0 Shares 493 Views

Prix d’art urbain Pébéo-Fluctuart 2022 : à la rencontre de Mapecoo

Réalisation d'une fresque à Gijón par l'artiste Mapecoo

À l’occasion de la 6e édition du concours international d’art urbain Pébéo-Fluctuart, dédié aux artistes émergent.e.s de la scène du street art, nous avons rencontré l’artiste Mapecoo, l’une des 25 finalistes qui sera exposée sur Fluctuart du 24 juin au 20 août.

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre pratique artistique ?

Je suis María Peña, alias Mapecoo, une artiste espagnole d’Oviedo, une petite ville de la côte nord de l’Espagne. Je suis diplômée des Beaux-arts de Madrid, même si j’ai fait une partie de mes études entre les universités de São Paulo et de Londres, après avoir compris qu’avec des bourses je pouvais vivre et étudier à l’étranger. C’est ainsi que j’ai commencé à voyager et à mener un style de vie nomade. En 11 ans, j’ai vécu dans 8 pays et développé des projets dans autant d’autres. Actuellement, je suis installée à Paris.

© Mapecoo

Ma base de création est la peinture mais j’aime expérimenter, c’est pourquoi j’essaie toujours d’autres médias tels que l’installation, la sculpture ou la performance, à la recherche de nouvelles façons d’interagir avec le public. Par exemple, en Chine, j’ai réalisé une performance dans laquelle j’ai marché à l’aveugle et en talons pendant trois heures sur une partie de la Grande Muraille de Chine pour confronter symboliquement les barrières de genre. Afin de transmettre les sensations que j’avais éprouvées, j’ai réalisé une autre expérience similaire, mais cette fois en invitant le public à être celui qui affronte les obstacles en aveugle.

J’ai toujours travaillé d’une manière ou d’une autre dans la rue, en faisant du paste-up ou d’autres types d’interventions, et depuis trois ans la peinture murale est mon activité principale. Récemment, j’ai peint dans les rues d’Addis-Abeba (Éthiopie) dans le cadre d’un projet de l’Union Européenne, à Paris, à Gijón (Espagne) et en Sicile, entre autres.

Mur réalisé par Mapecoo à Sciara en Sicile

Que souhaitez-vous exprimer à travers votre travail ?

Question difficile. La première chose à laquelle j’ai pensé est que pour chaque travail ou projet, c’est différent. Et oui, mais c’est vrai qu’il y a des points communs. Pour créer, je dois être entourée de stimulations, peu importe que l’espace soit petit ou que les moyens soient rares si le mode “création” fonctionne. C’est pourquoi les voyages, la rencontre avec d’autres cultures, des personnes ayant des points de vue différents et des histoires à raconter m’inspirent tant. Lorsque je voyage, j’ai l’impression de regarder à travers les yeux d’un enfant, je suis dans ce mode, création, et ce sont ces sensations que je veux exprimer. Je ressens comme une anxiété de trouver le moyen et le moment de le faire sortir, comme si j’allais exploser à l’intérieur si je ne le communiquais pas, et ma façon de le faire est à travers l’art. Je travaille aussi avec des processus plus médités et rationnels, mais normalement la première idée d’un projet vient d’un moment comme celui-là.

Quelles sont vos sources d’inspiration en tant qu’artiste ?

Ce que je veux transmettre et ce qui m’inspire sont directement liés.

Je suis inspirée par les voyages, les personnes qui voient les choses sous des angles nouveaux pour moi, leurs histoires, les différentes cultures, les regards ; également les
couleurs et la lumière, parfois je suis obsédée par la représentation de la lumière que
j’ai vue dans un endroit ou un moment particulier.

L’indignation et la colère m’inspirent également. C’est pourquoi les défis sociaux et environnementaux sont des thèmes sur lesquels je travaille souvent, car ils m’indignent et activent ce mode créatif dont je parlais.
Récemment, à Paris, j’ai eu une expérience très négative en peignant une peinture murale. J’ai dû m’arrêter alors que j’étais sur le point de commencer à cause de deux personnes qui ne toléraient pas que je représente une femme noire sur ce mur. Des situations comme celle-ci ne font que confirmer l’impact que l’art peut avoir sur la société et l’importance de l’artivisme. En tant qu’artiste, cela m’inspire et me motive à vouloir faire partie d’une société active qui se bat pour améliorer les choses.

Y a-t-il un échange ou une rencontre qui vous a particulièrement marquée au cours de votre carrière ?

Il y a beaucoup de moments, de personnes et de lieux importants dans ma vie, en fait, je commence un projet artistique sur ces histoires qui m’ont marquée pendant ces années de voyage.
Le premier était une professeur de peinture. Elle m’a expliqué certaines techniques et
m’a parlé de certains artistes, mais lorsqu’il s’agissait de créer, elle me laissait faire ce que je voulais indifféremment du fait que le résultat soit bon ou pas. C’est comme ça que je suis devenu accro à la peinture.
Il y a beaucoup d’endroits qui m’ont marqué et l’un d’entre eux est sans aucun doute São Paulo (2011). J’y ai réalisé mon premier projet d’art et d’impact social dans la rue avec un groupe d’adolescents, dans la favela où ils vivaient. Ce projet m’a permis de réaffirmer l’idée que j’avais du potentiel de l’art comme outil d’action sociale.
Pékin (2016) et Bali (2015) ont également été très importants, les artistes que j’y ai rencontrés m’ont ouvert les yeux sur d’autres façons de comprendre le monde et de
créer.

Favela Penha à São Paulo

Qu’est-ce qui vous a poussée à candidater à ce Prix d’art urbain ?

La première chose à laquelle j’ai pensé quand j’ai vu l’appel à candidatures a été de savoir si mon travail et ma trajectoire pouvaient être définis comme de l’art urbain. Il m’est difficile de définir mon travail dans un seul mouvement ou domaine artistique, mais en y réfléchissant, je suis arrivée à la conclusion qu’il a beaucoup à voir avec la rue, en fait, il est indissociable de l’urbain. Non seulement à cause des peintures murales ou des paste-up que j’ai réalisés dans les lieux où j’ai voyagé, mais surtout parce que mes œuvres sont le résultat de déambulations dans les rues de différents pays, de quartiers aux contextes sociaux et culturels très différents, de conversations de rue. C’est cette prise de conscience qui m’a poussée à me présenter.

Pouvez-vous nous parler de la pièce présentée dans le cadre du Prix ?

L’œuvre s’appelle Home is no longer in place ; et est un lieu inventé, un mélange de souvenirs et de paysages qui traversent ma mémoire.
En se déplaçant continuellement d’un à un autre, le foyer en tant qu’espace physique cesse d’être un lieu et devient un état, une sensation.
Les styles architecturaux et les histoires se mélangent et je me retrouve à imaginer ma
ville comme ça, comme un lieu inventé qui change en fonction de ce que je ressens à chaque moment.

Mapecoo, Home is no longer in place

Dans cette ville, il n’y a personne, mais les murs sont peints et les lumières sont allumées, ce sont des traces que nous avons été là. Les messages sur les murs sont liés à mes pensées automatiques, lorsque je peins, des souvenirs, des soucis, des personnes me viennent… et ces pensées sont capturées dans les écritures ou les symboles sur les murs.
Il y a aussi une valise et un botari, qui est un sac de voyage que nous associons
principalement à la migration des pays africains. Quelqu’un l’a laissé là et est parti.

Découvrez l’univers de Mapecoo et suivez son travail sur son compte Instagram et son site Internet


Vous pourrez découvrir les œuvres des 25 artistes finalistes du concours Pébéo dans une exposition inédite du 24 juin au 20 août sur Fluctuart.

Articles liés

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris
Agenda
75 vues

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris

Glazart s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable de la scène culturelle parisienne, en rassemblant des artistes d’horizons différents avec pour mots d’ordres : la qualité et la diversité. Lieu atypique, Glazart a su transformer en avantage sa position excentrée...

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
312 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
155 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...