0 Shares 548 Views

Prix d’art urbain Pébéo-Fluctuart 2022 : à la rencontre de Marine Bonamy, gagnante du 3e Prix ex aequo

7 juillet 2022
548 Vues

À l’occasion de la 6e édition du concours international d’art urbain Pébéo-Fluctuart, dédié aux artistes émergent.e.s de la scène du street art, nous avons rencontré l’artiste Marine Bonamy, l’une des 25 finalistes exposée sur Fluctuart jusqu’au 20 août.

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre pratique artistique ?

Je suis Marine Bonamy, née à Paris en 1987 et je réside à Bruxelles. Après avoir été architecte pendant 5 ans en France et à l’étranger, je me suis tournée vers une pratique artistique, celle de la peinture et de la fresque murale. Je réalise des œuvres sur des supports variés, de la toile à des œuvres in situ, de la peinture sur textile au dessin digital.

Que souhaitez-vous exprimer à travers votre travail ?

Ma démarche artistique s’inscrit dans une recherche formelle plastique et expérimentale de la matière. Mon travail est basé sur la texture, la superposition et le mouvement : la retranscription picturale d’éléments organiques pour interroger la mémoire collective, guider le spectateur dans un voyage introspectif. Mon trait est l’expression d’émotions intérieures qui se révèlent par le dessin comme exutoire.

Marine Bonamy

Quelles sont vos sources d’inspiration en tant qu’artiste ?

Les sources d’inspirations sont nombreuses, l’univers qui m’anime est organique, minéral et aquatique. Je puise l’inspiration dans mes voyages, mes marches solitaires et mes souvenirs affectifs, créant ainsi des paysages oniriques que le spectateur s’approprie.

Y a-t-il un échange ou une rencontre qui vous a particulièrement marquée au cours de votre carrière ?

Il y a eu de nombreuses rencontres tout au long de ma carrière, l’une d’elle qui m’a particulièrement marquée est la rencontre avec l’artiste Leona Rose, que j’ai assistée lors de la réalisation d’une de ses fresques à Bruxelles l’année passée. Je suivais son travail depuis plusieurs années avec admiration et notre rencontre a été très inspirante, bienveillante et dynamisante.

Qu’est-ce qui vous a poussée à candidater à ce Prix d’art urbain ?

Ma candidature au Prix d’art urbain a été poussée par l’élan de faire connaître mon univers artistique qui mêle peinture sur toile et peinture murale. J’ai beaucoup apprécié le fait que ce prix lie à la fois la pratique de la peinture et la pratique de l’art mural au sein de mêmes critères de sélection. En effet tout est lié, mes recherches graphiques sur papier et sur toiles viennent nourrir le dessin de mes fresques murales.

Pouvez-vous nous parler de la pièce, Courants nocturnes, présentée dans le cadre du Prix ?

L’œuvre Courants nocturnes fait partie d’une série de toiles (75x115cm) réalisées en 2021 à Bruxelles.

Au retour de l’été, d’un périple de Normandie jusqu’à la région de Rome en Italie, j’ai capturé de nombreux moments contemplatifs, de paysages fascinants à l’aube ou aux aurores. J’ai tenté de retranscrire sur toile les émotions qui m’ont envahie dans ces instants-là, et, grâce à la couleur et la matière, créer une scène onirique.

Marine Bonamy, Courants nocturnes

L’abstraction des formes minérales et aquatiques, sous l’impulsion de gestes exutoires, produit un ensemble qui questionne le spectateur et l’invite à imaginer son propre paysage mental. La composition de l’œuvre se fait graduellement, du travail des textures acryliques à travers de grands gestes jusqu’aux petits traits fins qui viennent complexifier l’œuvre et donner lui donner son rythme.

Elle invite chacun à se plonger dans ce paysage semi-abstrait qui fait naitre des émotions, invoque des souvenirs et expériences, propres à chacun : certains voient un coucher de soleil, des montagnes, d’autres une mer agitée, et finalement le spectateur s’approprie ce qu’il voit. L’œuvre traduit sa façon de voir le monde.

Vous avez remporté le 3e Prix du jury ex aequo, cela va-t-il vous aider à produire un futur projet ?

Bien sûr ! Cette récompense est une très belle opportunité de faire connaître mon travail, de rencontrer de nouvelles personnes et m’encourage pour la suite. Notamment à créer une nouvelles série de toiles encore plus grandes que celle qui a remporté le prix.
Coté fresque murale, grâce au prix d’Art Urbain, j’ai reçu une nouvelle commande de fresque murale, que je réaliserai à la rentrée.


Découvrez l’univers de Marine Bonamy et suivez son travail sur son compte Instagram et son site Internet


Vous pouvez découvrir les œuvres des 25 artistes finalistes du concours Pébéo dans une exposition inédite jusqu’au 20 août 2022 sur Fluctuart.

Articles liés

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris
Agenda
75 vues

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris

Glazart s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable de la scène culturelle parisienne, en rassemblant des artistes d’horizons différents avec pour mots d’ordres : la qualité et la diversité. Lieu atypique, Glazart a su transformer en avantage sa position excentrée...

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
312 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
155 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...