0 Shares 1455 Views

Radiographik, la fréquence street art pour la rentrée à la Maison de la Radio

16 septembre 2016
1455 Vues
RADIOGRAPHIL 00 VISUEL RADIOGRAPHIK C Art Azoi

Radiographik

Du 7 septembre au 31 octobre 2016

Maison de la Radio
116, avenue du Président Kennedy
75016 Paris
RER C, Avenue du Président Kenedy

www.maisondelaradio.fr
www.artazoi.com

RADIOGRAPHIL NASSYOLe Hall Seine de la Maison de la Radio est recouvert d’un manteau de street art à l’occasion de sa réouverture au public et inaugurée le 7 septembre dernier. Une fresque éphémère qui a des allures de vitraux filtrant la lumière de la Maison Ronde, qui a ainsi des allures de cathédrale de verre.

 

Carte blanche a été donnée à 9 artistes de l’association Art Azoï pour recouvrir d’une fresque enveloppante les murs de verre de la Maison de la Radio. La raison ? La réouverture au public du Hall Seine le 29 août et le lancement de la saison culturelle et radiophonique 2016-2017. Le maître d’œuvre est Lek, qui a coordonné cette ode à la géométrie, célébrant les ondes, le flux radiophonique, le son, les voix, la musique, la tension de l’actualité…

RADIOGRAPHIL RB9B7194Une histoire de chiffres

Le défi était d’unifier cette vague et de ne pas créer des frottements entre les styles des différents artistes, d’où le parti pris de jouer sur la géométrie et sur une unité colorée. D’où le choix de ces 9 artistes au vocabulaire compatible : Aleteïa, Tarek Benaoum, Lek, Arnaud Liard, Nassyo, Nelio, Romain Froquet, Sifat, Zeky.

Pour l’anecdote, le projet en chiffres peut impressionner : 116 mètres linéaires, 638 m2 de surface, 120 litres de peintures, 230 sprays, 420 marqueurs. La fresque aux allures de moucharabieh ou de vitraux de cette cathédrale laïque sera malgré tout éphémère et visible jusqu’au 31 octobre.

 

RADIOGRAPHIL RB9B7453Le street art, un argument marketing rodé

On le sait, le street art s’institutionnalise et devient un outil de promotion, de marketing, de communication (comme ici), c’est dans l’air du temps. On se souvient des maniques customisées par Natsy pour Monoprix, des foulards Hermès de Kongo, et même du code civil relooké par des artistes de la galerie Le Feuvre ! Un art détourné sous prétexte qu’il crée l’événement.

On ne peut que se demander d’ailleurs pourquoi cette fresque ne restera pas après le 31 octobre, après tout, elle aurait pu devenir pérenne et prendre racine.

Stéphanie Pioda

 

[ Photo © Art Azoï]

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
56 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
56 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
66 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...