0 Shares 632 Views

Rencontre avec Inès Chable, photographe de mode

13 décembre 2022
632 Vues

Inès Chable

La relation entre le modèle et le photographe est essentielle à la conception d’une image de qualité. Passant de différents modèles tout en créant son univers, le photographe de portrait est un artiste qui s’adapte. La jeune photographe portraitiste Inès Chable s’inspire de la mode, des cowboys et des images kitsch des années 60-70 afin de construire son univers. Actuellement étudiante aux Gobelins à Paris, cette jeune photographe a décroché un contrat avec le magazine Playboy France pour le numéro du mois d’octobre 2022. À cette occasion, nous avons pu la questionner sur son art, son travail et ses différents projets.

Comment est née ta passion pour la photographie ? 

J’ai toujours eu un appareil dans les mains, pour prendre tout et n’importe quoi en photo. Mais ma passion pour la photographie est réellement née lorsque j’avais une dizaine d’années, quand mon père m’a offert mon premier Reflex. À 15 ans, quand je suis arrivée au lycée, j’ai compris que la photographie était un moyen de rassembler du monde autour de moi. Souvent, les gens venaient me demander de faire des photos pour leur Instagram. Mauvaise élève, j’ai eu mon bac de justesse puis je me suis dirigée vers la fac, par dépit. C’est là que j’ai réalisé que les études n’étaient pas faites pour moi. Comme j’avais besoin d’argent, j’ai ressorti mon appareil et j’ai commencé à prendre quelques-uns de mes camarades en photo, en échange d’un peu d’argent. J’ai eu de plus en plus de demandes et j’ai fini par arrêter la fac. Au bout de 2 ans, j’ai décidé de venir à Paris et c’est là que j’ai réellement commencé ce métier. 

Pourquoi se diriger vers la photo de mode ?

Pour moi, c’est le type de photo dans lequel il y a le plus de liberté. C’est un véritable travail d’équipe et aussi un bon moyen de rencontrer du monde. Quand on vit dans une grande ville, la mode est au cœur de tout ; pouvoir y mettre un pied en tant que photographe est une chance. 

© Inès Chable

Où puises-tu ton inspiration ?

Elle provient en grande majorité de la pop culture américaine, des années 60 jusqu’à nos jours. C’est un pays qui a tellement à donner en termes d’image, c’est simple d’y puiser ses idées. Beaucoup d’artistes ont des directions artistiques inspirantes. Je pense qu’il ne faut pas hésiter à ramener ça en France. Notre pays a besoin d’être secoué.

Que souhaites-tu transmettre à travers tes photos ? Peux-tu nous parler de ta publication dans Playboy France

On me demande souvent ce que je souhaite transmettre à travers mes images,  je ne crois pas encore pouvoir répondre à cette question. Je ne veux pas être porteuse d’un message mais simplement réaliser des visuels qui me parlent à moi : c’est avant tout un travail sur mes goûts, mes rêves, ma vision du monde. Quand Playboy France m’a proposé de shooter, j’étais plutôt surprise mais j’ai directement accepté. Je trouve que l’idée de prendre une photographe femme et jeune pour shooter pour un magazine comme Playboy montre que l’on a bien évolué.

Quels sont tes projets futurs ?

Dans le futur, j’aimerais beaucoup partir m’installer aux États-Unis. Je vais aussi bientôt réaliser et sortir des vidéos pour étendre encore un peu mon univers visuel.

Retrouvez toute l’actualité d’Inès Chable sur son compte Instagram, ainsi que sur son site Internet.

Propos recueillis par Emma Salvador

Articles liés

Vous avez aimé “La casa de papel” ? Alors retrouvez “El Professor” à l’Alhambra
Agenda
93 vues

Vous avez aimé “La casa de papel” ? Alors retrouvez “El Professor” à l’Alhambra

Un braquage entre amis ou en famille ça vous tente ? Une expérience immersive inédite, pour mettre son plan à exécution, El Profesor proposera de vous recruter. Du rire aux larmes, vous passerez par différentes étapes et dans différents...

Sobanova Dance Awards 2023 : ouverture des candidatures de la 7e édition
Agenda
87 vues

Sobanova Dance Awards 2023 : ouverture des candidatures de la 7e édition

Alors qu’Amalia Salle, lauréate 2021, vient de présenter sa création “Affranchies” au Festival Suresnes Cités Danse, Sophie Amri et Barbara van Huffel, fondatrices de l’association Sobanova, lancent les candidatures pour la 7e édition de leur concours de jeunes chorégraphes...

“Roméo & Juliette” repris par la Compagnie Raymond Acquaviva sur la scène du Lucernaire
Agenda
138 vues

“Roméo & Juliette” repris par la Compagnie Raymond Acquaviva sur la scène du Lucernaire

Une pièce planétairement connue, sans doute la plus célèbre, dont l’amour est le centre et qui fut déclinée de multiples façons depuis sa création en 1597. Roméo aime Juliette qui aime Roméo, mais la haine de leurs deux familles...