0 Shares 589 Views

Rencontre avec le tatoueur Zombie Tears

© Thomas Tears

Tatoueur depuis maintenant plus de trois ans, l’artiste illustrateur Zombie Tears travaille des lignes pures où légèreté et élégance convergent avec la culture des années 90. Il nous fait aujourd’hui découvrir ses influences, son cheminement artistique ainsi que ses projets actuels.

Comment as-tu construit ton style d’illustration ?

Mon style d’illustration s’inspire principalement de peintres contemporains tels que Matisse pour sa détermination et ses recherches perpétuelles qui l’ont mené à son style qui a influencé tant d’artistes ainsi que ses compositions et Egon Schiele pour ses croquis, ou encore Keith Haring.

L’imagerie populaire est très présente dans tes dessins, on la retrouve dans ta réinterprétation de la soupe Campbell ou encore dans ta dernière collaboration avec PlayStation. Quel sens ont ces références pour toi ?

Je suis né dans les années 90, période qui m’inspire. J’essaie toujours à travers l’art de représenter une vision dans laquelle les gens peuvent s’identifier.
Quand je dessine, je pense toujours au fait que quelqu’un puisse se retrouver dans le sens de cette illustration.

“I’m the cherry on the top” © Thomas Tears

Depuis plus de trois ans maintenant tu es aussi tatoueur, pourquoi avoir créé ce pont entre illustration et tatouage ?

Le tatouage représente une continuité du dessin pour moi, et m’a permis d’être une extension au support papier en passant sur de la peau.  

Ton travail de tattoo artist s’est développé vers un style abstrait et du line work, qu’est-ce qui t’attire dans cette esthétique ?

Ce qui m’attire dans cette esthétique c’est le minimalisme, la rapidité d’exécution et la légèreté en se concentrant sur une ligne pure.

© Thomas Tears

Dans quelle mesure considères-tu que ton activité de tatoueur nourrit aussi ton imaginaire d’illustrateur et vice versa ?

Mon activité de tatoueur me permet aujourd’hui de voir le dessin d’une façon organique, lorsque je dessine j’imagine toujours son rendu sur la peau.

Avec quels artistes rêverais-tu de collaborer ?

J’aurais rêvé de pouvoir collaborer avec Ren Hang, Patti Smith, Tomi Ungerer mais actuellement j’aimerais pouvoir collaborer avec des créateurs tels que Alexandre Mattuissi ou Marine Serre.

© Thomas Tears

Quels sont les futurs projets que tu aimerais réaliser ?

Mes projets sont en train de se réaliser, je viens d’ouvrir notre Store avec mon associée @laponey, regroupant notre marque de vêtement @Baca.paris et notre activité de tatouage @baca.ttt avec nos nouveaux tattoo artists résidents @viandebleue & @justelarroche.

Retrouvez toute l’actualité de Zombie Tears sur sa page Instagram !

© Thomas Tears


Propos recueillis par Hélène de Montalembert

Articles liés

Quand l’art est source d’inspiration…
Art
87 vues

Quand l’art est source d’inspiration…

L’art inspire l’art : si la peinture permet d’illustrer certaines œuvres comme Marc Chagall qui illustre les Fables de La Fontaine, la peinture influence aussi des écrivains et des cinéastes. Focus sur certaines oeuvres qui s’inspirent de la peinture et...

5 films d’animation à voir cet hiver
Cinéma
85 vues

5 films d’animation à voir cet hiver

Vous avez fait le tour des plateformes VOD et vous ne savez plus quoi regarder en cette période hivernale ? Nous avons sélectionné 5 films d’animation à regarder bien au chaud sous son plaid. 1 – Abominable de Jill...

Festival Ptit Clap 2021 : lancement de l’appel à films de cette 12e édition
Agenda
70 vues

Festival Ptit Clap 2021 : lancement de l’appel à films de cette 12e édition

Après une 11e édition bouleversée qui s’est déroulée en ligne, le Festival Ptit Clap est de retour et lance sa 12e édition avec son appel à films ! Vous avez jusqu’au 31 mars. Destiné aux jeunes réalisateurs âgés de...