0 Shares 836 Views

Une saison Roumaine au Centre Pompidou

La Saison Roumaine met en valeur les relations internationales et la synergie artistique entre la France et la Roumaine, au-delà des clichés et des méconnaissances qui peuvent exister entre ces deux pays. Il s’agit d’une invitation pour renouveler l’image que nous avons de ces deux cultures.

 

Un enjeu politique

 La Saison Roumaine vient d’être inaugurée au Centre Pompidou, avec quatre expositions et une installation contemporaine. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’une volonté politique commune entre la France et la Roumanie qui vise à mettre à l’honneur les liens culturels qui les réunissent. Le déroulement de la saison coïncidera avec la Présidence roumaine du Conseil de l’Union Européenne, les célébrations du centenaire de la création de la Roumanie moderne et la fin de la Première Guerre Mondiale.

 

Au Centre Pompidou

L’une de principales installations de cette saison se retrouve dans l’atelier Brancusi sur la Piazza du Centre Pompidou, où on retrouve le travail de Mihail Olos, artiste conceptuel roumain encore méconnu en France. Les artistes Ciprian Muresan et Serban Savu convertiront l’atelier en un observatoire, une chambre d´’écho.

Un parcours est proposé sur les deux étages du musée qui permet de redécouvrir les œuvres de l’exposition permanente dans un dialogue avec les Barres de bois rond de Cadere. En outre, l’exposition du tableau La blouse roumaine de Matisse met en avant la relation entre Matisse et Pallady. On retrouve aussi une installation d’Adrian Ghenie, dont le Centre Pompidou a fait l’acquisition l’année dernière, et dans l’espace focus une exposition sur le poète Ghérasim Luca. Enfin, la Galerie du Musée rendra hommage, en 2019, à l’œuvre d’Isidore Isou avec une grande monographie.

 

Ailleurs

Les deux commissaires généraux de la Saison Roumaine, Jean-Jacques Garnier et Andrei Tarnea, ont voulu trouver un équilibre entre l’aspect mémoriel et la projection vers l’avenir. La saison au Centre Pompidou sera donc complétée par des focus sur la jeune génération d’artistes plasticiens au Mucem et au Frac Pays-de-Loire. En Roumaine on verra des expositions consacrées à Victor Brauner, Eli Lotar, et notamment l’exposition Les nouveaux réalistes qui sera présentée au Musée nationional d’art contemporain de Bucarest.

Voilà donc une belle saison qui invite à questionner les clichés sur la France et la Roumanie pour renouveler l’image des liens existants entre ces deux pays.

 Alejandra Rotondaro Ferreira

 

Articles liés

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !
Agenda
206 vues
Agenda
206 vues

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !

Boule nous revient le 24 mai avec son second album Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel et une vaste tournée. Aux manettes, on retrouve le duo Robin Leduc – Cyrus Hordé (Gauvain Sers, Revolver). À travers des anecdotes autobiographiques, Boulepropose...

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !

Cette pièce est l’histoire du meurtre d’Elisa Orlando. C’est l’histoire de la violence faite aux femmes immergées dans un monde d’hommes. Un patelin paumé entre Gènes et Milan. La nuit. Boy rentre de boite. Emboutit la voiture dans un arbre. Descend, fait quelques pas,...

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique
Agenda
248 vues
Agenda
248 vues

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique

Depuis 11 ans, les étudiants en management culturel et marché de l’art de l’ICART animent leur campus parisien avec un événement de taille. Cette année, la Nuit de l’ICART fournit l’occasion de célébrer la fête de la musique avec...