0 Shares 826 Views

Un jardin dans les ténèbres

10 juillet 2009
826 Vues
afficheunjardindansles_tnbres2

 

Les ténèbres ont rarement été aussi envoûtantes. En plein cœur de Paris, différentes artistes, toutes passionnées par le fantastique, vous invitent à pousser les portes d’un jardin oublié. Un lieu intemporel à l’atmosphère insondable où se côtoient carrousels sinistres, créatures humaines ou animales et masques énigmatiques.

 

Les poupées de Beth Robinson, artiste américaine autodidacte, dégagent une puissance mystérieuse et angoissante. Difformes et disproportionnées, ces créatures mettent mal à l’aise. Parfois amputées de leurs jambes, remplacées par des dizaines d’écorces végétales, ces poupées inquiètent et interpellent. Rappelant parfois « L’Etrange Noël de Monsieur Jack », les figurines laissent chacune entrevoir leur histoire, qu’on imagine sans mal tragique et pleine de tristesse.

 

Les masques de Tanith Hicks nous entraînent, quant à eux, dans une sorte de bal macabre. Réalisés entièrement en papier et en fil de fer, ces déguisements, que l’on pourrait aisément retrouver lors d’une soirée mondaine vénitienne, racontent leur histoire, occulte et tourmentée. Celui qui les porte parviendra peut-être à percer les secrets de ces masques de carnavals, à la fois mornes et raffinés.

 

cadre_de_laetitia_miralLes créations en papier mâché de Laetitia Mieral mettent en scène des créatures mi-humaines, mi-animales, sinistres et captivantes. Licorne, chien et lapin nous entraînent dans un univers onirique, où fait rage une bataille surréaliste entre le végétal et l’animal sur fond d’une horreur hypnotisante. Dans cette rêverie funèbre, les princesses ont le regard vide, statufiées dans un manteau floral, prisonnières d’une nature toute puissante. La délicatesse des œuvres de l’artiste est au service d’un conte de fées ténébreux. A l’image de ce carrousel abandonné où une tête de loup surplombe la lutte entre les animaux (hibou, cerfs…) qui tentent de se dépêtrer du piège tendu par une myriade de fleurs fânées…

 

Un jardin dans les ténèbres est une exposition étrange, sombre, où le fantastique et le merveilleux sont au cœur de cette vision funèbre.

 

Julien Brossard

 

 

 

Un jardin dans les ténèbres

Jusqu’à fin août 2009

Du lundi au samedi de 9h à 19h dimanche de 13h à19h

GALERIE MADAME DES VOSGES

14, rue de Birague 75004 Paris
Tel :01 42 77 99 97-

Site www.madamedesvosges.com

Métro Saint-Paul (ligne 1)

Articles liés

Jan dans la peau d’Ella Styx : “La visibilité des minorités est quelque chose d’extrêmement important”
Spectacle
28 vues

Jan dans la peau d’Ella Styx : “La visibilité des minorités est quelque chose d’extrêmement important”

Burlesque, glamour, fashion ; Jan nous raconte son expérience dans le monde du drag et du cabaret, ainsi que la façon dont il se met dans la peau d’Ella Styx avant ses performances.   Tout d’abord, peux-tu nous donner...

Aiste Stancikaite : “Je dessine des humains, pas des ethnicités”
Art
21 vues

Aiste Stancikaite : “Je dessine des humains, pas des ethnicités”

D’origine lituanienne mais résidant aujourd’hui à Berlin, Aiste Stancikaite travaille, au crayon de couleur, la vie sous toutes ses formes. Traits d’une rare précision et couleur(s) vibrante(s) : rencontre avec la dessinatrice qui voit la vie en rouge. Dans...

Festival Paradisio, l’humain au service du patrimoine cinématographique
Cinéma
41 vues

Festival Paradisio, l’humain au service du patrimoine cinématographique

Créé en 2017 à Flagy, en Seine-et-Marne, le festival Paradisio s’intéresse au cinéma de patrimoine. Depuis trois ans, 70 bénévoles travaillent chaque année pour faire découvrir le cinéma des années 1900 à 1960 à travers divers événements. L’édition 2020...