0 Shares 455 Views

Vers une diffusion artistique virtuelle

Aperçu du travail de Margot Millet du Collectif Fin du monde

Loin de nous l’idée de remuer les souvenirs pénibles du confinement, nous sommes tous las d’entendre parler à tout bout de champs d’un évènement que nous espérons derrière nous. Laissez-nous cependant mettre en lumière une dernière fois un des aspects positifs de cette expérience avec une sélection de comptes instagram !

Qui n’a pas observé, durant ces deux mois particuliers, la volonté irréductible de la jeune scène artistique de continuer à créer et partager ses créations par n’importe quel moyen ?Et pas de meilleur moyen dans ce cas de figure qu’internet.

En mars dernier, là où toutes les institutions, galeries ou centres culturels se voyaient dans l’obligation de fermer leurs portes et d’innover en matière de communication et médiation virtuelle. Les élèves d’écoles d’art, également mis à mal par la crise sanitaire, ainsi que d’autres fervents amateurs de la création contemporaine ont décidés qu’ils ne se laisseraient pas faire !

Pour entretenir une continuité dans leurs processus de création et dans l’effervescence artistique à laquelle ils sont confrontés quotidiennement, ils ont alors créé des comptes Instagram ou sites internet dédiés à la diffusion artistique, limitant ainsi les dégâts isolateurs du Covid-19. Non pas que l’art ne se soit jamais vu offrir auparavant une vitrine prometteuse via internet, voici néanmoins trois exemples d’initiatives liées au confinement qui nous confortent dans l’idée que la diffusion de l’art par la toile n’en est qu’à ses timides débuts.

 

1- @Co.vidartistes

Ils se définissent comme un “Virtual art center”. Créé par deux élèves des Beaux Arts de Paris, @Ante.antoine et @Linabenzbenz, ce compte Instagram proposait régulièrement un thème sur lequel n’importe quel artiste au courant de l’initiative était convié à produire une oeuvre dans un temps donné, sans contrainte de format. Trois oeuvres étaient ainsi sélectionnées et diffusées à posteriori par le compte, les projets qui ne se voyaient pas sélectionnés étaient, eux, partagés en story. Désormais la page sert à découvrir des artistes publiés pendant le confinement, les thèmes ne sont plus visibles.

2- @Quarante-zines

Née de l’initiative de trois ami(e)s, la page Instagram montréalaise visait à faire participer la communauté artistique de la ville. Ayant finalement pris de l’ampleur, certain artistes originaires du Mexique, de France ou d’Inde ont participé aux dernières parutions. Les candidatures se faisaient sur Facebook et les zines sur flipsnak, avant d’être eux aussi diffusés sur le réseau social. Le maitre-mot de l’initiative était de donner à tous une chance égalitaire malgré les différences sociales ou communautaires trop souvent relevées à tord dans la vie réelle.

3- Collectif-fin-du-monde

Dix-neuf élèves de première année de l’ENSP de Arles ont décidé de partager sur un drive leurs productions quotidiennes pour maintenir une dynamique de travail par la communication d’images sans but artistique mais par pur esprit de partage. L’idée de base était de fournir une édition avec le travail récolté, mais très vite la création d’un site internet s’est révélée évidente. Ainsi est né un calendrier répertoriant tous les travaux des étudiants au jour le jour, sans supervision scolaire ou consigne, un travail libre mais organisé à distance et dans la durée. Dédié avant tout à ses créateurs et à leurs proches, nous avons finalement la chance d’en profiter à notre tour !

Aperçu du drive du Collectif Fin du monde

Force est de constater que, depuis la fin du confinement, ces sites ne sont plus actifs. Ephémères certes, mais l’initiative et le travail fournis pour faire perdurer le partage artistique, malgré des conditions plus que défavorables, sont indéniablement à saluer. Ces initiatives sont aussi à prendre en exemple pour l’avenir culturel incertain qui tend à voir multiplier ce genre de concepts, non plus en complément de ce que proposent déjà les institutions mais comme moyen de médiation inévitablement actuel. 

Propos de Lucie Sammarcelli

 

Articles liés

Mon Premier Festival 2020, le festival de cinéma jeune public revient du 21 au 27 octobre
Agenda
56 vues

Mon Premier Festival 2020, le festival de cinéma jeune public revient du 21 au 27 octobre

Initié par la Ville de Paris et produit par l’association « Enfances au cinéma », Mon Premier Festival se déroule chaque année pendant les vacances de la Toussaint. Il réunit un public de plus en plus large, avec plus...

“Paris Silence” : une ville confinée et insolite vue par Stéphane Gizard
Agenda
42 vues

“Paris Silence” : une ville confinée et insolite vue par Stéphane Gizard

Stéphane Gizard, photographe de renom (connu plus particulièrement pour son travail de portraitiste) a saisi l’opportunité que lui offraient les rues de la capitale, vides de ses habitants, pour immortaliser ce moment unique de l’histoire parisienne : un silence...

Découvrez “Nous”, le nouveau clip de Julien Doré
Agenda
43 vues

Découvrez “Nous”, le nouveau clip de Julien Doré

Après La Fièvre et ses 12 millions de stream, Julien Doré sort aujourd’hui son nouveau clip Nous extrait de son album aimée. Nous : un atterrissage sur la plage en soucoupe volante vêtu d’une combinaison de la NASA, quelques...