0 Shares 1531 Views

5 films à voir à l’occasion de la réouverture des cinémas

23 juin 2020
1531 Vues

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v80), quality = 90

Après une fermeture de plus de trois mois en raison du COVID-19, les salles obscures ont enfin réouverts leurs portes aux spectateurs ce lundi 22 juin. De nombreux films vous attendent dans les salles, certains qui étaient déjà à l’affiche au début du confinement mais aussi des nouveautés.

BENNI, de Nora Fingscheidt

Ce film allemand explore comment un environnement toxique peut affecter une enfant à travers l’histoire de Benni, neuf ans, emprise à des crises de rage et d’agressivité. Négligée par sa mère, celle-ci sera prise en charge par une assistance sociale et un éducateur qui tenteront de l’aider à contrôler sa colère. Le premier long-métrage de la réalisatrice a écumé de nombreux prix en Allemagne dont celui du meilleur film.

FILLES DE JOIE, de Anne Paulicevich et Frédéric Fonteyne

En racontant l’histoire de ces trois femmes travaillant dans une maison close, les deux cinéastes font ici un plaidoyer pour la légalisation de la prostitution tout en montrant les violences auxquelles sont encore soumises les femmes d’aujourd’hui ainsi que les ravages de la masculinité. Le projet de ce film est d’ailleurs né d’une rencontre avec de vraies femmes ayant subi ces violences.

DARK WATERS, de Todd Haynes

Ce thriller s’inspirant de faits réels met en lumière un drame écologique. A la fin des années 1990, une étude dévoila qu’un des composants utilisé dans la fabrication du Téflon serait lié à de nombreuses maladies et empoisonnerait les gens. L’avocat Robert Bilott, interprété par Mark Ruffalo, décida de révéler cette information au grand public et se lança dans un long combat contre l’entreprise DuPont.

INVISIBLE MAN, de Leigh Whannell

Ce film d’horreur avec Elisabeth Moss, connu notamment pour son rôle dans The Handmaid’s Tale, offre une nouvelle vision de l’homme invisible. Ici, un ex petit-ami violent tourmente l’héroïne en devenant invisible. En représentant alors un prédateur que beaucoup de femmes ont pu rencontrer dans leur vie, le film parle du traumatisme et de la peur que vivent celles ayant connu une relation abusive.

THE HUNT, de Craig Zobel

Dans cette chasse à l’homme, le film tente d’apporter une réflexion sur la lutte des classes tout en dépeignant une Amérique misanthrope. Le film devait sortir en septembre 2019 aux Etats-Unis mais sa sortie s’est vue repoussée suite aux fusillades de Dayton et El Paso au début du mois d’août.

Propos de Nathalie Coste 

 

Articles liés

Jusqu’au 5 mars, découvrez l’exposition “D’une génération l’autre, mutations de l’abstraction”, à la Galerie Bessières
Agenda
136 vues

Jusqu’au 5 mars, découvrez l’exposition “D’une génération l’autre, mutations de l’abstraction”, à la Galerie Bessières

La Galerie Bessières Art Contemporain est fière de sa collaboration avec des artistes issus de nombreux pays et impliqués dans un partenariat créatif au cœur même de l’innovation picturale.  Jeunes artistes en devenir, grandes figures de l’art « ré-émergeantes...

Le duo show Seny et Jeremy N. Garamond chez NextStreet Gallery, c’est pour bientôt !
Agenda
132 vues

Le duo show Seny et Jeremy N. Garamond chez NextStreet Gallery, c’est pour bientôt !

Un sujet : Maere, kaitango et cinq autres enfants de la tribu des Himba vivant en Namibie. Deux artistes : Jeremy Garamond le photographe, Seny le peintre. Les enfants, immortalisés par l’objectif du premier et ensuite représentés par la...

L’Atlas : l’artiste emblématique du street art calligraphique vous accueille dans son univers avec son exposition “Going With the Flow”
Agenda
204 vues

L’Atlas : l’artiste emblématique du street art calligraphique vous accueille dans son univers avec son exposition “Going With the Flow”

Aller dans le sens du courant, c’est la proposition que nous fait L’Atlas avec cette nouvelle série d’œuvres inédites. Une invitation à se laisser porter dans le tumulte des remous, dans la calme d’un plan d’eau, dans la chute...