0 Shares 1159 Views

5 œuvres pour découvrir l’univers de Tim Burton

Noémie Hausberg 16 décembre 2020
1159 Vues
Paolo Nicolello

Photographie libre de droits

Morbide, macabre, gothique, fantastique tels sont les mots avec lesquels nous pouvons qualifier le génie des films de Tim Burton. Passionné par les écrits d’Edgar Allan Poe, il peuple ses créations de monstres et de créatures sorties tout droit de son imagination. 

1 – Edward aux mains d’argent – 1990

Avec ce conte-merveilleux, Tim Burton entame les années 90 avec un énorme succès, le chef d’œuvre de sa carrière selon certains. Il s’illustre dans un film autobiographique qui raconte l’histoire d’Edward, un garçon loin d’être ordinaire. Il est la création d’un inventeur mort qui le laisse seul dans un immense manoir. Edward n’a pas de mains, il a des ciseaux à la place. Grâce à eux, il fait l’objet de la curiosité de la banlieue résidentielle, à côté de chez lui, pour qui il va réaliser différentes tâches. Mais aussi rapidement qu’il est accepté, il est vite rejeté pour sa différence.

2 – Big Fish – 2003

Big Fish est l’adaptation fantastique du livre de Daniel Wallace à l’écran par Tim Burton. Il permet à Marion Cotillard de se présenter pour la première fois au cinéma Hollywoodien. Les grands thèmes de ce film sont la paternité et la filiation faisant écho à la vie du réalisateur. Le vieux Monsieur Edward Bloom est sur le point de mourir, son fils William, lui rend visite. Pendant tout sa  vie il a entendu les histoires de son père sur sa vie, son passé, des histoires plus incroyables les unes que les autres. Seulement, maintenant, William veut savoir la vérité. Alors son père décide de reprendre du départ l’histoire extraordinaire de sa vie.

3 – Les Noces Funèbres – 2004 

Pour ce film, Tim Burton s’inspire de la légende de la mariée morte. La mort au travers du regard de Tim Burton est quelque chose de très coloré, joyeux. Il met cette vision de la mort en parallèle avec la vie qu’il illustre comme fade et triste. Avec ce film, il décroche un Oscar pour le meilleur film d’animation en 2006 grâce à son univers au thème macabre.

C’est l’histoire de Victor, un homme destiné à épouser une femme, Victoria. Ce mariage permettrait aux deux familles d’avoir un peu d’argent. Cependant, rien ne se passe comme prévu. Victor voulant s’entrainer pour sa demande en mariage se rend dans la forêt. Il met accidentellement la bague sur une branche, celle-ci est en réalité un cadavre d’une femme, Émily, en robe de mariée. Il se retrouve donc aspiré dans le monde des morts. Il n’aura de cesse tout au long du film de vouloir rejoindre sa fiancée Victoria dans le monde des vivants…

4 – Sweeney Todd – 2007 

En 2010, Tim Burton signe un film musical : une comédie noire : Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street. Il s’inspire encore une fois d’une histoire éponyme d’un tueur du folklore anglais avec en têtes d’affiche Johnny Depp et Helena Bohame Carter. L’histoire se déroule au XIXème, le barbier Benjamin Barker revient dans sa ville, Londres, dans laquelle il vivait avec sa femme et sa fille avant que le Juge Turpin ne les lui enlève. De retour et ayant changé d’identité, s’appelant à présent Sweeney Todd, il souhaite obtenir vengeance. Avec l’aide de Madame Lovett, une étrange cuisinière de tourtes à la viande, ayant sa boutique sous l’ancien appartement de Sweeney. Avec elle, il reprend sa profession de barbier. Ils montent ensemble une entreprise sanglante jusqu’à ce que justice soit faite.

5 – Alice In Wonderland – 2010 

Tim Burton réalise, pour Walt Disney, la libre adaptation du roman éponyme de Lewis Caroll mélangé au roman De l’autre coté du miroir. Il embarque le spectateur dans son univers fantastique et gothique en mettant en scène une Alice ayant vieillie dans un univers sombre, en ruine, sale et désolé. On y retrouve ses acteurs fétiches : Johnny Depp et Helena Boham Carter, accompagnés de monstres et créatures farfelues. Avec ce film, il obtient 4 oscars.

Alice in the Wonderland s’appuie sur l’histoire que nous connaissons bien : Alice, 19 ans, se retrouve fiancée malgré elle à un fils de Lord. Elle rencontre dans un jardin, un lapin à gilet bleu portant une montre à gousset, et décide de le suivre. Elle atterrit dans une forêt où elle fait la rencontre du chapelier fou, du lapin blanc et de biens d’autres créatures qui s’interrogent quand au fait qu’elle soit la véritable Alice, celle qui vaincra la reine rouge.

Propos de Noémie Hausberg

Articles liés

Poulain : “Je préfère faire passer un message de manière subtile”
Art
87 vues

Poulain : “Je préfère faire passer un message de manière subtile”

Rencontre avec Poulain, une artiste peintre issue d’une famille créative où chacun possède un univers artistique bien distinct. Immersion dans son monde poétiquement engagé, entre sujets sérieux et douceur. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Je suis Poulain, artiste...

CLAIRE COURDAVAULT – Le Mur Oberkampf n°327
Agenda
46 vues

CLAIRE COURDAVAULT – Le Mur Oberkampf n°327

Claire Courdavault interviendra sur Le Mur Oberkampf le samedi 15 mai à partir de 10h. Son œuvre recouvrira celle de Quentin DMR. Faiseuse d’images, défaiseuse d’écheveaux, gestatrice de chimères, Claire Courdavault a commencé par le format ténu d’une feuille...

Villette Sonique 2021 : une édition spéciale, gratuite et en plein air, avec 16 groupes de la scène indé !
Agenda
52 vues

Villette Sonique 2021 : une édition spéciale, gratuite et en plein air, avec 16 groupes de la scène indé !

Villette Sonique retrouve les pelouses du parc de La Villette les 29 et 30 mai prochains dans une version gratuite et ajustée aux contraintes sanitaires du moment (extérieur, public assis, jauge réduite, respect des gestes barrières). Fidèle à son...