0 Shares 1109 Views

Thomas, régisseur : “Lorsqu’on voit la réaction du public, c’est comme un travail accompli”

Kenza 16 décembre 2020
1109 Vues

© Lucille Schoenhentz

Rencontre avec Thomas, un jeune régisseur qui nous explique son métier et nous parle de sa passion pour ce qu’il fait. Malgré les obstacles, il reste toujours optimiste.

Peux-tu te présenter, ainsi que ton parcours, en quelques mots ?

Je m’appelles Thomas, j’ai 22 ans et je suis régisseur général à l’Espace Bernard Mantienne, à Verrières-le-Buisson, depuis la crise de la Covid19. À la base j’étais comédien, je faisais du théâtre depuis mes 5 ans et je suis allé jusqu’au conservatoire. Entre temps, je me suis intéressé à la technique. À partir de 16 ans j’ai commencé à faire des stages, à me renseigner. Petit à petit je suis monté en compétences, j’ai fait de l’évènementiel, j’ai travaillé au Grand Point Virgule à Paris pour finir à l’Apollo Théâtre. J’ai arrêté mes études et continué à l’Apollo Théâtre en étant que régisseur. En étant intermittent, j’ai eu la chance d’aller dans plein d’endroits et de faire beaucoup de choses.

En quoi consiste le métier de régisseur ?

Le métier de régisseur consiste à gérer la technique d’un spectacle, de la création à la représentation. On doit faire la création lumière, la création son, puis on suit le spectacle sur les différentes tournées. Si on est basé sur une salle fixe, on accueille les spectacles pour pouvoir faire les régies et leur offrir les meilleures conditions techniques.

Quels sont les artistes avec lesquels tu as particulièrement aimé travailler, et pourquoi ? 

J’ai beaucoup aimé travailler avec Les Danseurs Fantastiques. C’était un groupe de sept danseurs avec qui j’ai commencé quand je suis arrivé sur Paris. On a travaillé ensemble pendant sept mois, c’était vraiment cool : le spectacle et l’ambiance étaient incroyables. J’ai par ailleurs créé de forts liens d’amitié avec eux. Sinon, j’ai travaillé avec un hypnotiseur qui était super, El Lokoho. Ce qui était bien avec lui c’est que chaque représentation était unique, puisque chaque personne qui montait sur scène pour se faire hypnotiser réagissait d’une manière différente et amenait quelque chose au spectacle.

Que préfères-tu dans ta profession ? 

Ce que je préfère c’est toute la phase de création et l’accomplissement du travail devant le public. Lorsqu’on voit la réaction du public, on a le sentiment d’un travail accompli.

© Lucille Schoenhentz

Quelle est la tâche la plus difficile dans ton métier ?

Le plus dur c’est quand on doit conduire le camion pour faire 700 km (rires). Quand tu as 7 heures de route à faire tout seul, ce n’est pas très fun.

Fais-tu autre chose à côté de ton métier de régisseur ? 

Oui, parfois j’enregistre des amis, j’écris des sons et j’enregistre des musiques. J’aime bien jouer l’artiste pour rigoler, pour savoir ce que c’est et se mettre à leur place.

As-tu une anecdote particulière à nous raconter sur un événement ?

Une fois avec un artiste humoriste, Kallagan, on discutait beaucoup et on est devenu très amis. Pour sa dernière représentation, je lui avais promis que j’allais mettre le bazar dans son spectacle. Alors lui pour anticiper, il a donné un coup de pied dans un projecteur pour m’appeler sur scène : “Oui Thomas, le projecteur est tombé. Tu peux venir ?”. Je me suis donc retrouvé sur scène avec lui, à dire des bêtises devant le public, prendre des vidéos. C’était un vrai moment de complicité, j’ai vraiment aimé.

Comment as-tu été impacté par la Covid19 ?

La Covid et le premier confinement ont un peu détruit ma vie sur le coup. J’ai tout perdu puisque j’étais toujours en train de faire mon statut d’intermittent. J’ai donc préféré chercher un travail en tant que régisseur général dans une salle fixe, histoire d’être bloqué le temps que cette crise passe, pour pouvoir toujours gagner ma vie et continuer ce métier que j’adore.

Quels sont tes projets à venir dont tu pourrais nous parler ?

En ce moment, je suis sur un spectacle de danse qui s’appelle Enjoy Production : un spectacle avec beaucoup de références au cinéma et à la Pop Culture. Je vais également, si tout se passe bien, travailler sur un spectacle d’hypnose. Enfin, je suis sur un spectacle de danse hip-hop qui devrait se monter. Pour l’instant je ne peux pas en dire plus mais quand ça arrivera, ce sera génial et il faudra rester brancher !

Articles liés

Festival Chorus des Hauts-de-Seine 2021 : du 7 au 11 juillet à la Seine Musicale
Agenda
78 vues

Festival Chorus des Hauts-de-Seine 2021 : du 7 au 11 juillet à la Seine Musicale

La  programmation du Festival Chorus des Hauts-de-Seine est connue ! Benjamin Biolay, Philippe Katerine, PLK, ou encore Maes rejoignent les artistes qui se produiront du 7 au 11 juillet 2021 à La Seine Musicale. Pour cette édition exceptionnelle, le...

Pierre-Marie Meekel : “Le but de Zik’Occitanie est de faire voyager ses artistes sur les ondes sans frontière !”
Musique
232 vues

Pierre-Marie Meekel : “Le but de Zik’Occitanie est de faire voyager ses artistes sur les ondes sans frontière !”

Musicien et webmaster, Pierre-Marie Meekel crée en 2017 la plateforme Zik’Occitanie. Parrainée par Sanseverino, elle est destinée à mettre en avant les artistes émergents et les acteurs de la filière musicale en région Occitanie. Véritable vecteur de communication pour les utilisateurs...

Plongez dans l’histoire du Graffiti à travers 8 conférences virtuelles
Agenda
118 vues

Plongez dans l’histoire du Graffiti à travers 8 conférences virtuelles

Du 24 avril au 12 juin prochain, La Manufacture 111 vous invite à découvrir l’histoire du Graffiti à travers huit conférences virtuelles à suivre en intégralité ou en parties, animées par Henry Hang, artiste plasticien, danseur, et professeur de l’histoire du hip...