0 Shares 465 Views

À (re)voir : Perfect Sense, Mackenzie avait eu du nez

Perfect Sense de David Mackenzie © Pretty Pictures

2012, c’était le naufrage du Costa Concordia, l’Ouragan Sandy, l’élection de François Hollande et la fin du Monde (reportée). Sortait la même année en France une romance apocalyptique étrangement prémonitoire. Les Mayas, prenez-en de la graine.

– Article certifié sans divulgâchis.

Écosse. Ewan McGregor est cuisinier, bourreau des cœurs et insomniaque. Eva Green, épidémiologiste, malheureuse en amour et un poil revêche. Tout les sépare sauf la cigarette, nocive mais bien pratique quand il s’agit de provoquer l’étincelle. En toile de fond, un virus qui prive ses hôtes de leur odorat, des visages masqués, des restaurants qui ferment et un coup de déprime généralisée. Une love story à priori banale dans un décor qu’on ne connait que trop bien – et qu’on voudrait fuir.

Alors, pourquoi faut-il (re)voir Perfect Sense ?

Parce que la pandémie n’est pas le sujet du film

Au bout du troisième confinement, on aurait plutôt tendance à privilégier les comédies musicales et les soirées Ravensburger, plus appropriées qu’un film qui reprend le JT de 20h en synopsis. S’il est ici question de pandémie, elle sert un tout autre propos, celui de la formidable faculté de l’Homme à s’adapter. Avec Michael et Susan, on réapprend à se contenter du peu, parce que c’est déjà beaucoup. Ça vaut bien la meilleure des parties de puzzle.

Parce qu’il ne ressemble à aucun autre

Drame romantique, science-fiction, documentaire, film d’auteur… un Rubik’s Cube cinématographique à l’accent british, à mi-chemin entre un épisode de Black Mirror et L’étrange histoire de Benjamin Button.

La forme, expérimentale, s’accorde au fond jusque dans l’image et le son. L’immersion devient sensorielle ; le vertige, lui, bien réel. Et que dire de l’amour ? Idylle qui tourne en passion, rongée par le passé mais dépêchée par l’urgence, confrontée au dérèglement chimique des humeurs, au tictac de l’horloge… et pourtant présentée en toute simplicité par David Mackenzie.

Parce que ça fait du bien de pleurer

Anti-stress naturel, régulateur de sommeil, hydratation de la cornée… Tant de bienfaits que les violons de Max Richter (BO de The Leftovers) vous inviteront à expérimenter.

Le générique de fin arrivé, ceux qui ne pleurent pas seront déjà partis retrouver leur âme sœur – dans les limites du couvre-feu.

Baudouin Vermeulen

– Film disponible sur Amazone Prime et MyCanal

À découvrir sur Artistik Rezo :

“Memento” de Christopher Nolan, un film à ne pas oublier, d’Annabelle Reichenbach

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
150 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
145 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
190 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...