0 Shares 1733 Views

Basquiat, un adolescent à New York : un nouveau regard sur l’artiste

Cloé ASSIRE 21 décembre 2018
1733 Vues

Entrée dans la légende, la figure de Jean-Michel Basquiat fascine, et pas seulement parce qu’il est décédé en 1988, à l’âge de 27 ans. Le film de Sara Driver, qui sort en salle le 19 décembre, en témoigne.

 

Actuellement, l’artiste new-yorkais ne cesse de faire parler de lui, notamment avec l’exposition que lui consacre la Fondation Louis Vuitton, où son œuvre est mise en regard avec celle d’Egon Schiele. Il connaît aussi une fabuleuse ascension sur le marché de l’art contemporain avec Untitled vendue pour 110,5 millions de dollars à Sotheby’s le 18 mai 2017. Enfin, une place au nom de Basquiat vient tout juste d’être inaugurée dans le 13e arrondissement de Paris.

Un film énergique, à l’image des œuvres de Basquiat

Alors, en quoi le film de Sara Driver apporte-t-il un autre regard sur cet artiste au cœur de l’actualité ? En 1h20, Basquiat, un adolescent à New York éclaire la courte vie du peintre devenu culte au sein de cette métropole de 1978 à 1981 afin d’explorer ce qui l’a nourri et inspiré à travers ses rencontres et les mouvements politiques, sociaux ou culturels. Le documentaire mêle images d’archives, anecdotes et réflexion de personnes ayant côtoyé Basquiat personnellement ou professionnellement.

On passe vite d’un élément à un autre montrant la volonté de la réalisatrice de mettre en scène l’instantanéité du travail de l’artiste, personnalité tout en contrastes qui a marqué les esprits. De plus, la superposition d’images et de textes n’est pas sans rappeler l’équilibre de ses œuvres. Alexis Adler, amie de Jean-Michel Basquiat, confie : « Si nous ne racontons pas le contexte historique qui a vu naître ce peintre, d’autres – qui n’étaient pas là et ne connaissent pas la vérité – s’en chargeront. »

 

Un film humaniste

Ce documentaire s’attache davantage à présenter le contexte de création de Jean- Michel Basquiat et cherche à rendre compte de sa personnalité plutôt que de ses œuvres elles-mêmes. Le film s’achève en effet sur l‘achat de sa première toile pour 500 dollars, sept ans avant sa mort, présentant donc l’émergence de sa créativité avant l’ascension de sa carrière. Il présente l’artiste comme un être humain en faisant abstraction de sa mystification, ce qu’explique la réalisatrice : « Pour moi, il est à mi-chemin entre Rimbaud et Mozart – une sorte de farceur poétique et brillant dont la pulsion créative était incandescente. »

L’image de graffeur, avec SAMO à ses débuts, suit encore Jean-Michel Basquiat aujourd’hui, mais le film met un point d’honneur à expliquer que l’artiste peignait dans la rue, car il ne possédait pas de toile, et non parce qu’il voulait être graffeur. Son trait enfantin est certes sa marque de fabrique, mais cela n’empêche pas le peintre de connaître parfaitement l’histoire de l’art en se rendant régulièrement dans les musées. Il dira lui-même : « C’est en observant que j’ai appris l’art ». Sa ligne captive la pulsation incessante de New York qui était alors une zone de non-droit où la drogue avait investi les rues.

Bref, un film à découvrir pour comprendre en profondeur la personne qu’était Jean-Michel Basquiat et afin de mieux appréhender ses œuvres.

Cloé Assire

 

À découvrir sur Artistik Rezo :

Basquiat en salle, de Clara Journo

Schiele et Basquiat à la Fondation Louis Vuitton, de Sarah Meneghello

Articles liés

Mae Muller en concert le 19 février au 1999
Agenda
38 vues

Mae Muller en concert le 19 février au 1999

Après une série de concerts à travers l’Europe, de Dublin à Amsterdam en passant par Glasgow et Londres, l’artiste britannique Mae Muller clôture sa tournée avec un 8e concert au 1999 le 19 février. Mais qui est Mae Muller...

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur
Spectacle
121 vues

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur

S’appropriant quelques unes des nouvelles de Dino Buzzati, écrivain et journaliste, parues sous le titre Le K, Grégori Baquet nous emmène avec bonheur dans son monde d’une touchante poésie. En mêlant humour et fantastique, il joue sur le cynisme...

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue
Spectacle
97 vues

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue

Christian Rizzo revient à Chaillot, avec une cérémonie pour quatorze danseurs sous une structure lumineuse stupéfiante. Une sorte de rituel de passage, un tendre adieu à un être cher qui ouvre sur la fête et nous parle du besoin...