0 Shares 1715 Views

Cinéma à domicile : 3 films à voir en août 2019

Lucile Bellan 10 août 2019
1715 Vues

La vie des films n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Carrière en salles trop fugace ou sortie en direct to VOD : chaque mois, Artistik Rezo vous propose de rattraper à la maison 3 films disponibles sur vos écrans et que vous n’avez sans doute pas encore vus.

1) Genèse, de Philippe Lesage
Le réalisateur québécois Philippe Lesage avait déjà fait très fort avec Les Démons, œuvre torturée et filmée à hauteur d’ados. Son retour fut accueilli avec enthousiasme par la critique, mais n’a hélas pas attiré le public mérité. Genèse s’intéresse à la naissance du sentiment amoureux chez les (très) jeunes gens, ainsi qu’à sa fin. Il montre notamment les sentiments naissants d’un jeune homme pour son meilleur ami, mais également l’entrée de sa demi-sœur dans le “marché” des relations libres. Celle-ci est incarnée par Noée Abita, vue dans l’incroyable Ava en 2017, qui contribue une fois encore à insuffler vigueur et rage dans un film qui de toute façon n’en manquait pas. On ne parle pas assez de cinéma made in Québec, et Genèse ne fait que confirmer à quel point c’est un tort.


2) L’Homme qui a surpris tout le monde, de Natalya Merkulova & Aleksey Chupov

Primé dans la section Orizzonti du dernier festival de Venise (l’équivalent du Certain Regard cannois), ce film russe est parvenu à se frayer un chemin jusqu’à nos salles, puis jusqu’à notre circuit VOD. Bonne nouvelle, tant L’Homme qui a surpris tout le monde a en effet de quoi nous terrasser sous l’effet de la surprise et de l’admiration. Il montre comment un dénommé Egor, garde-forestier de son état, va finir par effectuer des choix déconcertants après avoir appris qu’il était atteint d’une maladie incurable. En dire davantage risquerait de ternir le plaisir pris devant ce drame caustique, belle observation des mœurs limitées de cette société russe en particulier… et de notre monde en général. Un bijou singulier.


3) Nos Vies formidables, de Fabienne Godet

S’il n’est pas le premier film à se passer dans un centre réservé aux personnes atteintes d’addictions, Nos Vies formidables est sans doute l’un des plus sincères, dans la lignée du récent La Fête est finie avec Zita Hanrot. Fabienne Godet suit une bande d’écorchés vifs, et en premier lieu Margot (Julie Moulier), alcoolique et persuadée de ne pas pouvoir s’en sortir. La suite lui montrera qu’elle se trompe peut-être, et que des relations amicales avec des gens qui la comprennent, voire une relation amoureuse stable, pourront l’aider à se sortir du bourbier dans lequel elle aurait pu s’enliser pour toujours. Fort et sensible à la fois.

Articles liés

Mae Muller en concert le 19 février au 1999
Agenda
38 vues

Mae Muller en concert le 19 février au 1999

Après une série de concerts à travers l’Europe, de Dublin à Amsterdam en passant par Glasgow et Londres, l’artiste britannique Mae Muller clôture sa tournée avec un 8e concert au 1999 le 19 février. Mais qui est Mae Muller...

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur
Spectacle
119 vues

Le K : Grégori Baquet est un Kas à part, il se transforme en remarKable Konteur

S’appropriant quelques unes des nouvelles de Dino Buzzati, écrivain et journaliste, parues sous le titre Le K, Grégori Baquet nous emmène avec bonheur dans son monde d’une touchante poésie. En mêlant humour et fantastique, il joue sur le cynisme...

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue
Spectacle
96 vues

Christian Rizzo construit une maison chorégraphique suspendue

Christian Rizzo revient à Chaillot, avec une cérémonie pour quatorze danseurs sous une structure lumineuse stupéfiante. Une sorte de rituel de passage, un tendre adieu à un être cher qui ouvre sur la fête et nous parle du besoin...