0 Shares 858 Views

Cinéma à domicile : 3 films à voir en février 2019

Lucile Bellan 2 février 2019
858 Vues

La vie des films n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Carrière en salles trop fugace ou sortie en direct to VOD : chaque mois, Artistik Rezo vous propose de rattraper à la maison 3 films disponibles sur vos écrans et que vous n’avez sans doute pas encore vus.

1) Thunder Road, de Jim Cummings
C’est l’histoire d’un flic qui perd sa mère, fait un discours bizarre (teinté de danse) lors des funérailles, tente de récupérer la garde de sa fille… le tout en essayant de contrôler son tempérament singulier, fait d’hypersensibilité et de colères gigantesques. Devant et derrière la caméra, l’incroyable Jim Cummings se livre à un show démentiel, parfois hilarant et souvent déprimant, au rythme des hauts et des bas de son personnage. Rien que pour son interprétation, Thunder Road vaut le coup d’œil. Vous n’avez sans doute jamais rien vu de tel.

 

2) L’Amour flou, de Romane Bohringer et Philippe Rebbot
Dans ce film très autobiographique, Romane Bohringer et Philippe Rebbot racontent comment ils en sont venus à repenser la structure de leur petite famille (ils ont deux enfants ensemble, Raoul et Rose) afin de ne séparer personne tout en n’étant eux-mêmes plus un couple. En résulte une comédie tendre, entre l’insolite et l’intime, sur le fonctionnement de ce foyer atypique où père et mère ont deux appartements différents… qui fusionnent au niveau de la chambre des enfants, afin que ceux-ci puissent aller et venir chez l’un et chez l’autre, sans être ballottés à droite et à gauche une semaine sur deux. C’est joli, c’est tendre, et c’est d’une sincérité absolue.

 

3) RBG, de Julie Cohen et Betsy West
À bientôt 86 ans, Ruth Bader Ginsburg est juge à la Cour suprême américaine depuis 1993. C’est le portrait de cette femme exceptionnelle que dressent les deux réalisatrices, retraçant les principales étapes de son parcours et revenant sur quelques décisions qui ont fait date dans l’histoire de la justice américaine et du féminisme. RBG n’hésite pas à glisser aussi dans l’intime, en montrant une mère peu démonstrative, qui a laissé les clés de la famille à son mari, avocat de renom n’ayant pas hésité à laisser sa femme mener la carrière qui lui tendait les bras et à s’occuper davantage du foyer et des enfants. Un film fort, militant, attachant, qui donne envie de suivre quotidiennement l’activité de cette femme insubmersible.

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
262 vues
Art
262 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...