0 Shares 955 Views

Cinéma à domicile : 3 films à voir en février 2019

Lucile Bellan 2 février 2019
955 Vues

La vie des films n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Carrière en salles trop fugace ou sortie en direct to VOD : chaque mois, Artistik Rezo vous propose de rattraper à la maison 3 films disponibles sur vos écrans et que vous n’avez sans doute pas encore vus.

1) Thunder Road, de Jim Cummings
C’est l’histoire d’un flic qui perd sa mère, fait un discours bizarre (teinté de danse) lors des funérailles, tente de récupérer la garde de sa fille… le tout en essayant de contrôler son tempérament singulier, fait d’hypersensibilité et de colères gigantesques. Devant et derrière la caméra, l’incroyable Jim Cummings se livre à un show démentiel, parfois hilarant et souvent déprimant, au rythme des hauts et des bas de son personnage. Rien que pour son interprétation, Thunder Road vaut le coup d’œil. Vous n’avez sans doute jamais rien vu de tel.

 

2) L’Amour flou, de Romane Bohringer et Philippe Rebbot
Dans ce film très autobiographique, Romane Bohringer et Philippe Rebbot racontent comment ils en sont venus à repenser la structure de leur petite famille (ils ont deux enfants ensemble, Raoul et Rose) afin de ne séparer personne tout en n’étant eux-mêmes plus un couple. En résulte une comédie tendre, entre l’insolite et l’intime, sur le fonctionnement de ce foyer atypique où père et mère ont deux appartements différents… qui fusionnent au niveau de la chambre des enfants, afin que ceux-ci puissent aller et venir chez l’un et chez l’autre, sans être ballottés à droite et à gauche une semaine sur deux. C’est joli, c’est tendre, et c’est d’une sincérité absolue.

 

3) RBG, de Julie Cohen et Betsy West
À bientôt 86 ans, Ruth Bader Ginsburg est juge à la Cour suprême américaine depuis 1993. C’est le portrait de cette femme exceptionnelle que dressent les deux réalisatrices, retraçant les principales étapes de son parcours et revenant sur quelques décisions qui ont fait date dans l’histoire de la justice américaine et du féminisme. RBG n’hésite pas à glisser aussi dans l’intime, en montrant une mère peu démonstrative, qui a laissé les clés de la famille à son mari, avocat de renom n’ayant pas hésité à laisser sa femme mener la carrière qui lui tendait les bras et à s’occuper davantage du foyer et des enfants. Un film fort, militant, attachant, qui donne envie de suivre quotidiennement l’activité de cette femme insubmersible.

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
78 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
35 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
41 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...