0 Shares 1516 Views

Les Fouteurs de joie : des étoiles et des idiots

Sarah Meneghello 2 février 2019
1516 Vues
Fouteurs-de-joie

Le 12 février, au milieu d’une tournée fleuve, Les Fouteurs de joie présenteront leur dernier spectacle à La Cigale, de la chanson à voir autant qu’à entendre. On est définitivement fan de ces imbéciles heureux !

Ovnis musicaux de la scène française

Les Fouteurs de joie font salle comble partout où ils passent. Et pour cause ! Bien qu’ils évoluent en marge du système et des médias nationaux, ces gus-là fédèrent. Déjà, ils trimballent avec eux vingt ans d’amitié indéfectible. Et après plus de 900 concerts, ils sont toujours heureux de se retrouver. Leur complicité fait plaisir à voir et leur humanité est contagieuse.

Fouteurs-de-joie

Filante, la route est tracée, celle des potes, mais aussi des poètes. Chaque chanson a une saveur particulière, leurs histoires émeuvent et les textes, très bien écrits, marquent les esprits. De plus, ces musiciens hors pair maîtrisent tous plusieurs instruments, dont certains improbables : clarinette, grosse caisse, contrebasse, tuba, accordéon, banjo, scie musicale, haut-parleur… Leurs compositions sont mâtinées de plusieurs styles, de la musette au punk, en passant par le country. Ils sont aussi adeptes de la forme cabaret pour conjurer le sort, comme la « Supplique des patrons », référence à Bertold Brecht et à Kurt Weill. D’album en album, Les Fouteurs de joie prennent de la hauteur. Jusqu’aux étoiles !

Une troisième création très réussie

Leur dernier opus est encore teinté d’humour, parfois vachard : « Tu me quittes / tu me l’avoues à la baraque à frites / On rejoue la passion / dans l’odeur de graillons » ». Leur « géographie amoureuse » est pour le moins savoureuse. Ils aiment également affûter leurs armes. Amour, amitié, misère sociale… aucun sujet ne les arrête et leur imagination est foisonnante.

Ces idiots (Nicolas Ducron, Laurent Madiot, Alexandre Léauthaud, Christophe Dorémus et Tom Poisson) gesticulent sous une boule à facettes, chantent en allemand et pratiquent le karaoké au restaurant chinois. Mais c’est nous aussi, idiots que nous sommes, de nous laisser berner par le monde de la finance, de manger du poulet industriel, d’assister impuissants au réchauffement climatique !

Inspirés, plutôt perchés, ces olibrius décrocheraient la lune pour que la joie soit partagée par le plus grand nombre. Sous les étoiles exactement : « Les confettis de la nuit, qui en profite ? / Les sans-gîte ». Mais Les Fouteurs de joie ont toujours le mot pour rire, préférant désacraliser la mort pour mieux nous parler de la vie.

De la « chanson spectaculaire »

Pas de câble, pas d’ampli, très peu de micros. Cette option de sonorisation crée une intimité très forte avec le public. La scène, dépouillée, autorise toutes les folies. Tantôt lions enragés, tantôt primates chantants ou clowns récidivistes, tous déploient une belle énergie.

Les jeux de scène sont parfaits, car la part visuelle est aussi importante que l’aspect sonore. Enfin, chaque personnalité est mise en valeur : le dur au cœur tendre, le citoyen dupé, l’adulte enfantin, le mec décalé, le doux rêveur, le fieffé crétin forment un collectif aux visages multiples.

Fouteurs-de-joie

Ce sont des interprètes complets, épatants, car outre leurs talents de musicien, ils sont de vrais comédiens, avec un sens inné de l’autodérision. C’est d’ailleurs au théâtre que tout a commencé pour eux, au sein d’une compagnie itinérante (La Troupe du Phénix). Les représentations à ciel ouvert, la marche à pied, les nuits à la belle étoile et l’esprit de camaraderie ont forgé les tempéraments. Formidable terreau artistique et humain !

Alors, ne ratez pas leur concert à la Cigale ! Ce sera une soirée extra, d’autant plus qu’ils accueillent, en première partie, le Siffleur, autre ovni de la scène musicale, virtuose et hilarant. Voici l’occasion de découvrir ce drôle d’oiseau, la veille de sa 500représentation, au Palace, où il se produira avec un quatuor à cordes.

Plus de musique ici

Toutes des dates de la tournée ici

Sarah Meneghello

Articles liés

Nos années Saint-Germain au Théâtre de Nesle
Agenda
53 vues

Nos années Saint-Germain au Théâtre de Nesle

Nos années Saint-Germain est un spectacle consacré aux années 50 et 60, à Saint-Germain, au club le Tabou et à ses rencontres, au jazz, aux caves où l’on refait le monde avec Boris Vian, Greco et puis au Flore...

Temples et âmes, l’exposition d’Okuda et Remed
Agenda
45 vues

Temples et âmes, l’exposition d’Okuda et Remed

« Temples et âmes » s’installe ce mois d’octobre au 35 avenue Matignon, là où l’art contemporain est ancré depuis des décennies, là où les artistes issus de l’art urbain prennent peu à peu la place. REMED et OKUDA...

Chichinette, ma vie d’espionne – Le témoignage de Marthe Hoffnung
Agenda
51 vues

Chichinette, ma vie d’espionne – Le témoignage de Marthe Hoffnung

Allemagne 1945, Marthe Hoffnung connue sous le nom de “Chichinette, la petite casse-pieds”, infiltre les lignes ennemies et réussit à berner les nazis. 74 ans plus tard, âgée de 99 ans, elle fait le tour du monde comme une...