0 Shares 366 Views

Entretien avec Margot Berthe de la société de distribution Le Pacte

18 juillet 2020
366 Vues

Vous souhaitez en savoir plus sur le métier et la fonction du distributeur dans le cinéma ? Nous aussi, en ce sens nous avons rencontré Margot Berthe, en charge de la communication et du marketing au sein du Pacte, société de distribution de films basée à Paris. 

Pouvez-vous tout d’abord nous présenter Le Pacte ?

Le pacte est une société de distribution et de ventes de films fondée en 2007 par Jean Labadie. Nous distribuons une vingtaine de films en salle chaque année en France, selon un line-up toujours très varié. Nous travaillons à la fois sur des documentaires comme Tout est possible ou encore L’intouchable Harvey Weinstein, sur des films d’animation comme Parvana, une enfance en Afghanistan ou la saga Minuscule ainsi que des films de fiction tel que Madre ou encore The perfect candidate qui sortiront tous deux en salle cet été.

Vous vous occupez de la communication et du marketing. En quoi cela consiste exactement ?

Je suis en effet en charge de la communication au sein du département marketing du Pacte. Cela se traduit par l’organisation des évènements liés à la promotion en France de nos films (Avant-premières, Projections dédiées, Festival de Cannes, Festival d’Angoulême, junket…), la gestion des relations presse en lien avec les attachées de presse de chacun de nos films, et tous les partenariats hors-média (Réédition des livres ayant inspiré nos films, partenariats avec des marques et associations et mise en place d’opérations scolaires).

Quel rôle joue le distributeur dans la production d’un film ? Quelle relation entretient-il avec le réalisateur et les producteurs ?

Le distributeur n’est pas obligatoirement coproducteur des films qu’il distribue. Cela peut bien sûr arriver mais ce n’est pas une règle générale. Le distributeur acquiert les films dont il souhaite s’occuper sur scénario ou sur film finit en vue de s’occuper de la promotion et de la diffusion du film en France. Il arrive que le distributeur acquiert aussi le droit de vente des films à l’internationale.

Comment votre société a-t-elle été affectée par la fermeture des cinémas liée à la crise du COVID-19 ?

Le Pacte a dû fermer ses portes dès le début du confinement, et nous avons pu reprendre le travail qu’à la réouverture des cinémas. Cela a entrainé le bouleversement de notre line-up avec le décalage de films tel que Madre de Rodrigo Sorogoyen, The perfect candidate de Haifaa Al Mansour, ou encore La Daronne de Jean-Paul Salome sans parler de la vente de Pinocchio de Mattéo Garrone à la plateforme Amazone.

Les cinémas sont de nouveau ouverts mais avec peu de nouveautés. Comment cela va-t-il se traduire pour les distributeurs dans les mois à venir, en particulier cet été ?

En effet, il y a peu de nouveautés en salle, pour la simple et bonne raison que les distributeurs n’ont pu mettre en place aucune campagne de promotion pendant le confinement. En ce qui concerne Le Pacte, nous sortirons 3 films en salle cet été : Madre, The perfect candidate ainsi que Citoyens du monde, en espérant que le public revienne le plus vite possible en salle. C’est vital pour notre beau secteur qu’est la culture !

Plus d’informations sur le site du Pacte. 

Articles liés

Alexis Le Rossignol au Point Virgule
Agenda
52 vues

Alexis Le Rossignol au Point Virgule

Vous l’avez découvert sur France Inter ? Ne le ratez pas sur scène ! Le 9 mai 2019, CNews a écrit à son sujet: “de digressions en digressions, il a l’art de sublimer le quotidien de son humour délicieusement...

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”
Art
134 vues

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”

À 33 ans, Ërell sème ses motifs géométriques tous autant accessibles qu’énigmatiques dans l’espace urbain. Ses compositions qui évoluent au fil des rues constituent une ode à la nature. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? J’ai commencé à pratiquer...

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”
Art
153 vues

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”

C’est à l’Atelier de Charenton que Sandrine Sananès exerce et prône l’expression de la créativité sans thème et sans modèle, selon sa méthode “Le Geste de peindre”.  Pouvez-vous exposer votre parcours ? J’ai d’abord vécu dans le sud de...