0 Shares 345 Views

Eraserhead : un cauchemar cinématographique mystérieux

Zoé Lavanant 25 août 2021
345 Vues

Eraserhead

Eraserhead est le premier film d’horreur et expérimental de David Lynch, sorti en 1977. Le film est diffusé en nocturne dans les cinémas : il est alors catégorisé de “midnight movies” et devient ensuite un film culte. Classique du cinéma fantastique, il a été sélectionné pour préservation en raison de son intérêt culturel et historique par le National Film Registry de la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

[Attention, cet article contient des spoilers]

Henry Spencer (Jack Nance) est un imprimeur au chômage austère. Il est invité chez les parents de sa petite amie, Mary (Charlotte Stewart), alors qu’il n’a pas eu de nouvelles d’elle depuis longtemps. À ce dîner, pour le moins étrange, il apprend qu’il est le père d’un enfant prématuré, et se voit alors contraint de se marier avec Mary et d’accueillir sa femme et la créature difforme qu’est le bébé. Ils emménagent dans la chambre sordide d’Henry, mais Mary les abandonne, ne supportant plus les cris de son enfant.
Henry plonge alors dans un monde de rêves dans le but de fuir une réalité angoissante et douloureuse. Ses rêves l’aideront-il ?

Ce long-métrage fantastique horrifique emporte le spectateur dans une expérience visuelle, sonore et angoissante. Ce film tourné en noir et blanc et présente peu de dialogues. Le réalisateur a fait ce choix, ce qui perd le spectateur dans son repère au temps. Cette histoire est étrange, terrifiante et fascinante. En effet, le spectateur découvre l’intimité la plus enfouie du personnage principal : ses rêves ! Des rêves déroutants et complétement farfelus. Les sons méticuleusement choisis accentuent cette angoisse constante que le spectateur ressent tout au long du film, et les images sont tellement puissantes qu’elles se passent de dialogues.

Les décors sordides, les sons inquiétants comme les cris du bébé mettent mal à l’aise le spectateur et l’emporte dans un tourbillon glauque. L’expérience se vit comme un cauchemar dans lequel le spectateur est lui-même piégé…

Eraserhead

Ce film de David Lynch est une véritable expérience pour le spectateur, pris dans l’imagination débordante du réalisateur. Une immersion à vivre, sans chercher à tout comprendre !

Zoé Lavanant

Articles liés

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !
Agenda
89 vues

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !

Paris, années 1930, dans le monde des petites fripouilles. Le gus de Loulou est à l’ombre. Pour croûter propre, il lui faut de l’oseille, du flouze, du pognon. D’autant qu’il en doit un paquet à la bande de Pierrot...

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris
Agenda
130 vues

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris

Créé en 2020, Photo Days propose de fédérer tous les événements relatifs à la photographie et à la vidéo dans Paris du 1er au 30 novembre.  Fort du succès de sa première édition en 2020, Photo Days présentera du...

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale
Agenda
179 vues

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale

 L’AFM Téléthon organise le 21 octobre prochain une soirée exceptionnelle au Casino de Paris.  Jérôme Commandeur, le présentateur, rassemblera les grands noms : Alice Renavand, danseuse Etoile de l’Opéra de Paris, les chorégraphes Angelin Preljocaj, Marion Motin et Mehdi...