0 Shares 802 Views

Hayao Miyazaki, les femmes au centre de son œuvre

Léa Chanut Ferlin 22 novembre 2022
802 Vues

Image tirée du film “Le voyage de Chihiro”

Si les films de Hayao Miyazaki sont très appréciés pour leur qualité irréprochable d’animation, on ne peut pas les regarder sans constater une chose : les personnages féminins sont systématiquement mis en avant.

En effet, pour l’écrasante majorité des succès du fondateur des studios Ghibli, on ne suit pas les péripéties d’un héros mais bien d’une héroïne. En vérité cela découle d’une intention de l’auteur lui-même. La figure de la femme dans les films de Miyazaki s’émancipe de tous les stéréotypes souvent véhiculés dans l’animation.

La réalisation de films d’animation, notamment pour enfant, tombe souvent dans la facilité du recours à la caricature.  Ceux-ci proposent des personnages très stéréotypés. Malheureusement, ce sont souvent les personnages féminins qui en pâtissent. Elles tombent alors dans les clichés de femmes sans nuances, trop gentilles ou trop cruelles, trop belles ou trop laides.

En 1989, Disney sort La petite sirène où Ariel renonce à sa voix pour rejoindre l’homme de ses rêves. La même année Ghibli sort Kiki la petite sorcière où l’héroïne découvre les responsabilités de l’indépendance. Si tous les films de princesses Disney ont pour personnage principal une femme, celle-ci devra bénéficier systématiquement d’un homme (souvent le prince) afin d’accomplir sa destiné. Miyazaki déclare dans une interview en 2015 :

“Beaucoup de mes films comportent des personnages féminins forts. Des filles courageuses et indépendantes. Elles auront peut-être besoin d’un ami, ou d’un soutien, mais en aucun cas d’un sauveur”.

Ces femmes, jeunes filles et enfants deviennent ainsi seule maîtresse de leur histoire.

Image tirée du film “Kiki la petite sorcière”

La figure du personnage féminin de Miyazaki est d’une extraordinaire variété. Elle peut être magique ou maléfique, jeune ou vieille, orpheline ou en famille. Les héroïnes s’étalent dans une tranche d’âge large allant de la toute petite fille dans Ponyo sur la falaise à l’octogénaire dans Le château ambulant. Mère célibataire, chapelière, étudiante, si elles peuvent être belles ou laides, elles sont souvent tout à fait banales. Elles ont d’ailleurs souvent peu de signes qui les distinguent comme étant personnage principal de l’œuvre.

En effet, l’animation, notamment japonaise, est reconnue pour doter les personnages principaux de coiffures improbables ou de cheveux colorés. Les héroïnes d’Hayao Miyazaki arborent plutôt des cheveux bruns, une simple queue de cheval et des petits yeux communs. Cela les ancres dans la réalité et permet une identification assez universelle qui contribue à prouver aux jeunes audiences qu’il n’y a pas besoin d’être extraordinaire pour accomplir de grandes choses. Elles n’ont par ailleurs, pas besoin d’être des femmes “fortes” pour être mis en avant. Si San de Princesse Mononoké constitue l’archétype de la femme guerrière, Chihiro du Voyage de Chihiro est une enfant peureuse et pleurnicharde qui a cependant pris sont courage à deux mains pour sauver ses parents.

Image tirée du film “Le voyage de Chihiro”

Les personnages féminins mémorables des films de Miyazaki ne sont pas seulement les héroïnes, elles peuvent être des antagonistes, toujours nuancées. C’est le cas par exemple de la sorcière des landes du Voyage de Chihiro. Celle-ci apparaît d’abord comme une diva jalouse de Sophie, pactisant avec un démon afin de combler son avidité de pouvoir. On la retrouve finalement sous sa vraie forme et devient une très vieille femme, fragile et inoffensive. C’est en vérité le chagrin de voir son grand amour partir qui l’a conduite à se consumer dans une jalousie malsaine.

Image tirée du film “Le Château ambulant”

De la même façon, dans Princesse Mononoké, dame Eboshi représente la figure antagoniste de San. Quand cette dernière représente la faune et la flore, Eboshi est l’industrie et les armes. Elle apparaît comme la cheffe d’une communauté de lépreux qu’elle a recueillie et qui construisent des armes. Sa fidélité sans faille envers ses protégés la pousse à nourrir une haine aveugle envers le peuple de la forêt. Elle est une femme arrogante et forte qui a délivré les habitants du village de l’oppression. Cependant, elle a d’abord été elle-même victime et est consciente des injustices que subissent les minorités. Elle comprend à la fin du film qu’elle et San livrent en vérité la même sorte de combat et promet de laisser le peuple de la forêt en paix.

Image tirée du film “Princesse Mononoké”

Dans la culture japonaise, les normes de genres restent très conservatrices. Hayao Miyazaki proposent des modèles féminins mis en scène dans des fables destinées à un public plutôt jeune. Il permet ainsi de placer la femme en tant que véritable actrice de sa destiné.

Pour en savoir plus :

À lire également sur Artistik Rezo : “Hayao Miyazaki, entre univers fantastique et critique de la société moderne”.

Propos de Léa Chanut Ferlin

Articles liés

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse
Agenda
51 vues

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse

Il y 30 ans, RSF publiait le premier numéro de sa collection 100 photos pour la liberté de la presse. Cartier-Bresson, Lartigue, Doisneau, Ronis, Capa et beaucoup d’autres icônes de la photographie du XXe siècle se sont succédées à...

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari
Agenda
62 vues

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari

Le vendredi 16 décembre 2022, le Centre Wangari ouvre ses portes aux publics et aux artistes pour une grande fête autour des arts du cirque à travers son événement hivernal circassien Wangari Fait son Cirque ! Des artistes circassiens...

“Le Dindon”, adapté et mis en scène par Philippe Person au Lucernaire
Agenda
56 vues

“Le Dindon”, adapté et mis en scène par Philippe Person au Lucernaire

Si tu me trompes, je te trompe ! À partir de cette phrase, Feydeau met en place avec génie un hilarant jeu de dominos autour de son thème favori : l’adultère. Deux jeunes femmes jurent de prendre un amant...