0 Shares 598 Views

« L’Horizon de Michael Mann » : au coeur de la ville

13 septembre 2015
598 Vues
Lhorizon-de-Michael-Mann copie

L’horizon de Michael Mann

D’Axel Cadieux

horizonParution le 3 septembre 2015

Après une petite anthologie des oeuvres inspirées de tueurs en série ayant réellement existé, Axel Cadieux se lance dans la monographie avec cette analyse passionnante et passionnée de l’oeuvre de Michael Mann…

C’est le genre d’ouvrage que l’on peut conseiller à tous, les cinéphiles pointus comme les amateurs de septième art pas voyant avant tout cela un spectacle : personne ne semble pouvoir être déçu par L’Horizon de Michael Mann, impeccable essai dont l’auteur déroule sur une centaine de pages les obsessions et les caractéristiques du cinéaste. L’ouvrage se veut aussi accessible que son sujet, Mann faisant partie des cinéastes faisant l’objet d’un culte aussi bien chez les rats de cinémathèque que chez les spectateurs de multiplexes.

Cette dimension populaire, Axel Cadieux ne l’oublie jamais lorsqu’il décortique avec ardeur cette oeuvre composée d’une douzaine de longs-métrages et de quelques séries télévisées (dont le Miami Vice d’origine). Mais il en souligne également le côté existentialiste, avec notamment une réflexion sur la figure du double, vu tour à tour comme vecteur de trouble ou comme guide philosophique. On sent chez l’auteur une véritable vénération du metteur en scène, mais pas d’aveuglement pour autant : jamais L’Horizon de Michael Mann ne sombre dans l’hagiographie pure et simple, ce qui aurait certainement été d’un ennui profond.

En fin d’ouvrage, un joli cadeau attend les fans de Michael Mann : un long entretien accordé en mai 2015 à Axel Cadieux, dont les lecteurs du mensuel So Film commencent à bien connaître la plume acérée et le tempérament bien trempé. Mann y revient sur sa carrière, mais aussi sur certains de ses personnages, et ne détourne pas le regard lorsqu’il s’agit d’évoquer l’échec commercial de Hacker, son dernier film. Un échange d’une grande franchise, à l’image de ce livre immédiatement digeste, qui donne envie de replonger par exemple dans le Los Angeles de Collateral. L’Amérique et ses grandes villes sont en effet au coeur de l’ouvrage : il en semble actuellement pas y avoir cinéaste plus urbain que Michael Mann, véritable architecte du grand écran.

Lucile Bellan

[Image 2015 © Playlist Society]

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
251 vues
Cinéma
251 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...