0 Shares 2238 Views

La Belle Époque : la famille Bedos cartonne au cinéma

Lucile Bellan 5 novembre 2019
2238 Vues

Après M. & Mme Adelman, Nicolas Bedos revient derrière la caméra avec cette Belle Époque passée par le dernier festival de Cannes. Une nouvelle pierre à l’édifice familial en termes de réussites cinématographiques.

Nommé au César du meilleur premier film, M. & Mme Adelman a aussi valu à Doria Tillier une nomination au César de la meilleure actrice. Le signe d’un début de reconnaissance cinématographique pour un Nicolas Bedos déjà adoubé depuis des lustres en tant qu’auteur de théâtre. Le film, peinture d’une relation conjugale longue de 45 ans, est plein de moments sublimes, d’idées brillantes et d’émotions contrastées. Une vraie réussite.

Bedos fils revient avec un film au moins aussi ambitieux, au dispositif complexe et au casting chargé (Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Doria Tillier, Guillaume Canet)… Quasiment comme dans The Game de David Fincher, la surprise en moins, l’entrepreneur joué par Canet propose à sa clientèle de revivre l’époque de son choix afin de replonger dans ses souvenirs. Une mise en abyme ambitieuse.

Ce que l’on sait beaucoup moins, c’est que la sœur de Nicolas Bedos fait elle aussi partie de la fameuse grande famille du cinéma français. Et pour cause : après avoir écrit quelques épisodes de séries passées relativement inaperçues, elle a signé le scénario de La Famille Bélier, réalisé par Éric Lartigau en 2014, avec notamment Karin Viard, François Damiens et Louane Emera. L’histoire de cette famille dont une grande partie des membres est sourde lui a notamment valu une nomination au César du meilleur scénario original, et a réuni près de 7,5 millions de spectateurs et spectatrices dans les salles. Un très joli score. Ses scénarios suivants, de Pension complète à Christ(Off), n’ont pas connu le même succès, mais rares sont les artistes qui rencontrent le succès à tous les coups.

Tous deux marchent dans les traces de leur père, Guy Bedos, qui compte à son actif près d’une quarantaine de films. Parmi ses plus grosses réussites, le diptyque Un éléphant ça trompe énormément / Nous irons tous au paradis, réalisé par Yves Robert, qui a attiré 5 millions de personnes dans les salles (score cumulé pour les deux films). Des films comme Réveillon chez Bob ou Le bal des casse-pieds ont également marqué leur époque, même s’ils n’ont pas forcément bien vieilli depuis. Mais la famille Bedos, forte en gueule, forte en idées et forte en talent, a de toute façon beaucoup de ressources, puisque la nouvelle génération est en train de succéder de façon plus qu’honorable au légendaire patriarche.

Articles liés

Pierre Orefice : “Je voulais être là pour avoir des idées, pour qu’il se passe des choses”
Art
166 vues

Pierre Orefice : “Je voulais être là pour avoir des idées, pour qu’il se passe des choses”

Pierre Orefice est l’un des auteurs du projet Les Machines de l’île, à Nantes. Il nous raconte ici son parcours et nous présente la vision qu’il porte sur son activité. Pierre, vous dirigez aujourd’hui Les Machines de l’île à...

Bertille Rouillon : “Ce qui m’intéresse c’est de discuter le lien qui existe entre le corps et l’espace”
Art
163 vues

Bertille Rouillon : “Ce qui m’intéresse c’est de discuter le lien qui existe entre le corps et l’espace”

Créative et novatrice, Bertille Rouillon a développé son approche du design, de l’art et du textile, à Nantes, Lyon, Paris et Londres. Elle partage avec nous son attrait pour le développement durable et nous présente son projet textile.  Tu as...

Les 5 comptes Instagram d’illustration à suivre pour prendre confiance en soi
Art
131 vues

Les 5 comptes Instagram d’illustration à suivre pour prendre confiance en soi

Aujourd’hui, une grande communauté d’artistes et de comptes créatifs se trouvent sur Instagram. Nous avons donc sélectionné pour vous 5 comptes Instagram d’illustration, engagés dans l’acceptation de soi.  1) HARMONY – @harmonywillowart Avec plus de 21K abonnés, cette illustratrice...