0 Shares 1187 Views

La Vie scolaire : Grand Corps Malade slame sur le septième art

Lucile Bellan 25 août 2019
1187 Vues

Deux ans après Patients, Grands Corps Malade et son comparse Mehdi Idir sont de retour avec un film moins autobiographique mais tout aussi inspiré, qui plante son décor dans un collège de la Seine Saint-Denis.

Lorsqu’on a appris que Fabien Marceau, alias Grand Corps Malade, allait passer derrière la caméra, il y avait de quoi se poser des questions. En quoi un slameur, aussi brillant soit-il, allait-il pouvoir s’imposer en tant que réalisateur ? Le résultat, Patients, s’est finalement avéré bien plus qualitatif que prévu : il y avait autant de drôlerie que de tendresse dans cette évocation de la vie d’un centre de rééducation à travers l’arrivée d’un nouveau patient, double à peine fictif de Grand Corps Malade.

Quatre nominations aux César plus tard, Grand Corps Malade et Mehdi Idir ont décidé de ne pas s’arrêter là. Comme son nom l’indique, La Vie scolaire se déroule au sein d’une équipe éducative d’un collège de la Seine Saint-Denis. C’est l’arrivée d’une conseillère principale d’éducation inexpérimentée, joué par Zita Hanrot (Fatima, Paul Sanchez est revenu !), qui fait office d’événement déclencheur. À travers ses yeux, le film propose de découvrir comment fonctionne la vie d’une bande de surveillants et surveillantes, leurs relations avec les élèves, et la façon dont les CPE tentent de créer du lien, en faisant à la fois preuve d’autorité et de psychologie.

L’angle est original : si les profs ont souvent fait l’objet de films, donc le plus célébré est sans doute la Palme Entre les murs de Laurent Cantet, les autres sont souvent réduits au statut de personnages secondaires, lorsqu’ils ne sont pas tout simplement ignorés. On retrouve ici la patte de Patients : même regard tendre mais franc, mêmes scènes hilarantes mais jamais dépourvues de fond, et un Alban Ivanov encore une fois décapant, lui qui était déjà de la première aventure et qui nous a aussi régalés dans Le sens de la fête du duo Toledano – Nakache ainsi que dans Les bonnes intentions aux côtés d’Agnès Jaoui. Allez-y, c’est mieux que deux heures de retenue.

Lucile Bellan

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
46 vues
Spectacle
46 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...