0 Shares 862 Views

Le premier jour du reste de la vie de Rémi Bezançon

Avec Le Mystère Henri Pick, le réalisateur signe son grand retour. Mais s’il était promis à un avenir étincelant, Rémi Bezançon n’a pas totalement tenu les promesses de ses débuts.

Ma vie en l’air. C’est le titre du premier film de Rémi Bezançon, mais aussi le descriptif de la façon dont on l’imaginait passer le plus clair de sa carrière. Le réalisateur français avait tout pour rester au sommet, enchaîner les succès populaires et enquiller les César. Tout ne s’est pas exactement passé comme prévu. Pas de catastrophe, juste une certaine difficulté à confirmer pleinement.

Justement, Ma vie en l’air, c’est par là que tout a commencé. Une comédie romantico-existentielle pas tout à fait comme les autres malgré les apparences, où Gilles Lellouche en parasite de canapé et Vincent Elbaz en antihéros angoissé parvenaient pourtant à composer bien au-delà des clichés. Et c’est Le Premier jour du reste de ta vie, incroyable deuxième long métrage, qui vint confirmer tout cela : en termes de regard sur l’humanité et les relations entre ses membres, il n’y avait pas mieux que Rémi Bezançon, et ça allait durer.

Et puis, sans doute par volonté de ne pas suivre tout à fait le chemin tracé, Rémi Bezançon a tenté des trucs. Adapter Éliette Abécassis (Un Heureux événement), tenter de s’accomplir dans le cinéma d’animation (Zarafa)… Il y a de l’ambition dans cette succession de projets, mais un certain manque d’éclat dans leur exécution. Sauf que c’est finalement en visant de nouveau le ton de Le Premier jour du reste de ta vie que le réalisateur a connu son plus gros échec. Jamais Nos futurs n’est parvenu à donner un centième du plaisir procuré par Le premier jour…, et ce, malgré les efforts surhumains déployés par Pierre Rochefort et Pio Marmaï.

Aujourd’hui, c’est avec une adaptation de David Foenkinos que Rémi Bezançon revient aux affaires. L’ensemble est à la fois prenant et classique, mais l’alliance Camille Cottin-Fabrice Luchini fait de véritables étincelles qui ne sont pas dues qu’aux deux interprètes. Rémi Bezançon a retrouvé un certain allant, et c’est extrêmement plaisant à voir. Ne lui reste plus qu’à se trouver désormais des projets plus personnels, lui qui a sans doute dans sa besace mille histoires passionnantes et dix mille personnages adorables.

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
261 vues
Art
261 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
181 vues
Agenda
181 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...