0 Shares 1119 Views

Los Silencios – un film de Beatriz Seigner

Julia Wahl 9 avril 2019
1119 Vues

On connaît – plus ou moins – le sort des migrants en Europe de l’Ouest. C’est à une autre découverte que le film de Beatriz Seigner nous convie ici : celle d’une famille qui fuit les affrontements colombiens pour le havre d’une petite île – Fantasia.

Loin de la renommée quelque peu étouffante d’Ingrid Betancourt, ce sont les souffrances du commun des Colombiens qui sont évoquées ici. Notons d’emblée que ces derniers sont logés à la même enseigne que les paramilitaires, les familles que nous suivons cherchant avant tout à retrouver la paix.

Mais, bien entendu, l’intégration dans leur nouveau lieu de vie ne se fait pas sans heurt. Bien qu’ils parlent la langue de leur terre d’accueil, et qu’ils se trouvent finalement peu exposés au racisme, les personnages que nous suivons connaissent la misère et les difficultés des procédures administratives.

Complication supplémentaire : Fabio, le fils de la famille, dont les bulletins scolaires étaient si bons en Colombie, semble farouchement déterminé à n’en faire qu’à sa tête. Le voilà qui refuse de plus en plus l’autorité de sa mère et qui se mêle précocement à une bande d’adolescents désœuvrés. À côté de ses provocations, sa sœur Nuria semble traverser le film comme une barque vogue sur l’eau : toujours muette, le visage grave et penché, son attitude intrigue le spectateur.

C’est donc elle qui, de personnage apparemment marginal qu’elle était au début, nous mènera d’un bout à l’autre de l’île de Fantasia. Et, progressivement, c’est une île bien différente que celle de la pauvreté qui se révèle : celle de la magie et du mystère.

Merveilleusement filmé par une caméra qui fait la part belle aux ombres et à la lumière, ce long métrage entend nous interroger sur notre rapport au monde et à ce qui nous semble vrai. Cet univers réaliste qu’était Fantasia devient bientôt celui de l’imagination et des fantômes, d’une réalité complexe où l’on ne distingue plus vraiment qui est, de qui n’est plus.

Un film qui parvient formidablement à rendre compte d’une réalité sociale peu connue en France tout en nous plongeant dans un monde fantastique.

Julia Wahl

Articles liés

Les Damnés – Splendeur sanglante d’Ivo Van Hove
Spectacle
71 vues

Les Damnés – Splendeur sanglante d’Ivo Van Hove

Les Damnés raconte la vie de la famille Essenbeck lors du début de la Seconde Guerre Mondiale. Au fur et à mesure qu’avance le temps et que monte le nazisme dans le pays, nous voyons le vice monter dans...

5 exemples d’engagements d’artistes dans les clips
Musique
96 vues

5 exemples d’engagements d’artistes dans les clips

Les clips sont comme une extension de la musique d’un artiste. Parfois, certains artistes portent des messages dans leur musiques, et le clip vidéo apparaît comme un des meilleurs moyens de rendre ce message solide grâce à des visuels...

Jaeraymie : “J’aime pouvoir exprimer mes idées graphiquement”
Art
96 vues

Jaeraymie : “J’aime pouvoir exprimer mes idées graphiquement”

À 34 ans, Jaeraymie sème dans l’espace urbain des mots et des dessins pleins d’humour et de poésie. Vous pouvez retrouver ses créations décalées autant au pied d’un escalier parisien que sur un pilier d’autoroute à Saint-Brieuc. Vous meniez...