0 Shares 344 Views

« Terrence Malick et l’Amérique » : USA, terre promise ?

16 février 2015
344 Vues
terrence-malick-et-lamerique

Terrence Malick et l’Amérique

D’Alexandre Mathis

Éditions Playlist Society

185 pages

14 €

Paru le 16 janvier 2015

 

Une nouvelle maison d’édition est née. C’est avec un ouvrage consacré au réalisateur de Tree of life que les éditions Playlist Society se jettent dans le grand bain. Exigeant mais accessible, ce bel essai est aussi un fort bel objet.

C’était au départ le blog personnel de Benjamin Fogel, mélomane et amoureux des mots. Playlist Society s’est ensuite transformé en webzine collectif, livrant des textes sur la musique, le cinéma ou la littérature. Et puis est venue l’envie de ne pas en rester là, de tenter de laisser une trace. C’est comme cela que sont nées les éditions Playlist Society, dont le premier livre vient de sortir.

Intitulé Terrence Malick et l’Amérique, il s’agit du premier ouvrage écrit par Alexandre Mathis, cinéphile âgé de 27 ans et appartenant au collectif Playlist Society (auquel, soyons transparents, appartient l’auteur de ces lignes) depuis ses débuts en 2011. Dans une langue souple et intelligible, l’auteur y déploie les thèmes chers à Terrence Malick, et notamment sa fascination pour l’Amérique et ses territoires, dont il livre une exploration toujours pleine de sens.

Très discret (il n’a accordé que deux interviews dans toute sa carrière), Malick a d’abord tourné avec parcimonie (25 ans entre son premier film, La Balade sauvage, et son troisième, La Ligne rouge), avant d’accélérer le pas en réalisant 4 films entre 2005 (Le Nouveau monde) et 2015 (Knight of cups, fraîchement revenu bredouille du festival de Berlin). Deux autres projets sont déjà en route. Sans se lancer à corps perdu dans un portrait du cinéaste, mystérieuse silhouette qu’on ne peut circonscrire qu’à coups d’interpolations, Alexandre Mathis réussit néanmoins en filigrane à capter les forces et les faiblesses de Malick, ainsi que son obsession pour certains schémas familiaux.

Disponible sur le site en version numérique ou en version papier (la version numérique étant alors offerte), Terrence Malick et l’Amérique est la première pierre d’une fort belle entreprise. Suivra un livre sur le nouveau cinéma argentin. Une année 2015 très cinéma, à laquelle succédera un cru 2016 plus mélangé, avec notamment un premier livre sur la musique. Exigeant en matière de contenu comme de contenant (la maquette est très travaillée, le choix du papier fait avec soin, la lisibilité à son paroxysme), voilà un jeune éditeur dont on reparlera à coup sûr.

Lucile Bellan

À découvrir sur Artistik Rezo : 
– Les films à voir en 2014


[Photo © Playlist Society, 2015 

Articles liés

« Retour à Reims » : une plongée dans l’intime et le politique
Spectacle
91 vues
Spectacle
91 vues

« Retour à Reims » : une plongée dans l’intime et le politique

Le grand metteur en scène allemand Thomas Ostermeier s’est plongé dans le récit autobiographique du sociologue Didier Eribon, l’histoire brûlante d’un homme aux origines modestes qui se révèle à travers le milieu universitaire parisien. Par les voix d’Irène Jacob,...

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule
Agenda
50 vues
Agenda
50 vues

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule

Un seule en scène drôle (mais pas que) sur la virilité de la femme et la sensibilité de l’homme. Avec sincérité, malice et émotion Julie se racoNte et se questionne sur la féminité, l’éducation et la virilité. Et si depuis le début...

Deneuve- Saint-Laurent chez Christie’s : une vente très haute couture
Art
261 vues
Art
261 vues

Deneuve- Saint-Laurent chez Christie’s : une vente très haute couture

L’actrice française la plus connue au monde a décidé de se séparer de 300 créations réalisées par Yves Saint-Laurent. Cette vente aura lieu chez Christie’s le 24 janvier (14h30), en pleine Fashion Week. Une salle de vente à la...