0 Shares 941 Views

Rencontrer mon père : un film d’Alassane Diago sur les dessous de l’émigration

Léna Wattez 20 février 2019
941 Vues

Suite à une sécheresse au Sénégal dans les années 70-80, le père d’Alassane Diago a dû émigrer au Gabon pour subvenir aux besoins de sa famille. Il ne reviendra pas. Plus de vingt ans d’absence et de questionnements ont poussé le jeune Alassane devenu adulte à partir en quête de réponses, à la rencontre de son père. 

Une démarche émancipatrice

Rencontrer mon Père est l’aboutissement d’une vie de questions pour Alassane Diago. Accompagné de sa caméra, il va entreprendre le voyage au Gabon, depuis le Sénégal, à la rencontre de son père dont il n’a de souvenirs qu’en photos : « Je voulais savoir pourquoi ce départ, qui était une idée noble à la base, s’est transformé en abandon. »

Dans une démarche documentaire, le réalisateur va filmer ses conversations avec sa famille, au Sénégal et au Gabon, sur l’absence de son père et les raisons de son prolongement. « Son départ, initialement, n’était pas un abandon ; c’est avec le temps que son absence s’est transformée en abandon. Et, au pays, les familles continuent de vivre dans l’espoir de retrouver leur mari, leur fils ».

Un film intime sur l’émigration

Déterminant, le temps s’installe entre les interlocuteurs. En quête de réponses depuis vingt ans, Alassane en a, du temps. Derrière sa caméra, il est en équilibre entre la position du fils et celle du réalisateur, qui filme son propre père, sa mère, ses frères et sœurs. Il laisse poétiquement s’installer le silence, les regards, les petits gestes, qui représentent autant de réponses apportées à ses questions.

Un cinéma qui dérange

Alassane Diago est bien conscient que le cinéma est une arme. Après des études de philosophie, il se consacre au cinéma et réalise plusieurs courts-métrages et un premier long-métrage, les Larmes de l’Immigration, primé dans plusieurs festivals. Dans ses films, le réalisateur prend des positions jugées transgressives par sa société et la génération de ses parents : « Ils ne sont pas conscients des enjeux philosophiques et humains de mes prises de position », témoigne-t-il.

Entre l’incompréhension du fils face à l’abandon de son père, et l’incompréhension du père face à la démarche de son fils, Alassane Diago nous fait partager une rencontre aussi intime qu’universelle, à la croisée des générations.

Léna Wattez

Articles liés

La matière des possibles de Clément Bagot, à voir jusqu’au 21 décembre 2019
Agenda
76 vues

La matière des possibles de Clément Bagot, à voir jusqu’au 21 décembre 2019

Hier, Art [ ] Collector et la Société Cornu inauguraient le solo-show de Clément Bagot “La matière des possibles”, premier lauréat du Prix Art [ ] Collector – Entreprise. Le prix Art [ ] Collector – Entreprise complète le...

Viktor Vincent dans Mental Circus – un spectacle exceptionnel
Agenda
34 vues

Viktor Vincent dans Mental Circus – un spectacle exceptionnel

Dans son nouveau seul en scène Mental Circus, Viktor repousse une nouvelle fois les limites de son art. Dans l’ambiance des années 30 aux États-Unis, il crée autour de lui un cirque imaginaire où s’expriment les performances mentales les...

La dame céleste et le diable délicat s’invitent au Studio Hébertot
Agenda
303 vues

La dame céleste et le diable délicat s’invitent au Studio Hébertot

Il a 34 ans, elle en a 70. Lors d’une soirée de gala au Palais Garnier, leurs mains se frôlent. Un hymne à l’amour absolu tiré d’une histoire vraie. Décembre 1982. Il a 34 ans, elle en a 70....