0 Shares 762 Views

Rencontrer mon père : un film d’Alassane Diago sur les dessous de l’émigration

Léna Wattez 20 février 2019
762 Vues

Suite à une sécheresse au Sénégal dans les années 70-80, le père d’Alassane Diago a dû émigrer au Gabon pour subvenir aux besoins de sa famille. Il ne reviendra pas. Plus de vingt ans d’absence et de questionnements ont poussé le jeune Alassane devenu adulte à partir en quête de réponses, à la rencontre de son père. 

Une démarche émancipatrice

Rencontrer mon Père est l’aboutissement d’une vie de questions pour Alassane Diago. Accompagné de sa caméra, il va entreprendre le voyage au Gabon, depuis le Sénégal, à la rencontre de son père dont il n’a de souvenirs qu’en photos : « Je voulais savoir pourquoi ce départ, qui était une idée noble à la base, s’est transformé en abandon. »

Dans une démarche documentaire, le réalisateur va filmer ses conversations avec sa famille, au Sénégal et au Gabon, sur l’absence de son père et les raisons de son prolongement. « Son départ, initialement, n’était pas un abandon ; c’est avec le temps que son absence s’est transformée en abandon. Et, au pays, les familles continuent de vivre dans l’espoir de retrouver leur mari, leur fils ».

Un film intime sur l’émigration

Déterminant, le temps s’installe entre les interlocuteurs. En quête de réponses depuis vingt ans, Alassane en a, du temps. Derrière sa caméra, il est en équilibre entre la position du fils et celle du réalisateur, qui filme son propre père, sa mère, ses frères et sœurs. Il laisse poétiquement s’installer le silence, les regards, les petits gestes, qui représentent autant de réponses apportées à ses questions.

Un cinéma qui dérange

Alassane Diago est bien conscient que le cinéma est une arme. Après des études de philosophie, il se consacre au cinéma et réalise plusieurs courts-métrages et un premier long-métrage, les Larmes de l’Immigration, primé dans plusieurs festivals. Dans ses films, le réalisateur prend des positions jugées transgressives par sa société et la génération de ses parents : « Ils ne sont pas conscients des enjeux philosophiques et humains de mes prises de position », témoigne-t-il.

Entre l’incompréhension du fils face à l’abandon de son père, et l’incompréhension du père face à la démarche de son fils, Alassane Diago nous fait partager une rencontre aussi intime qu’universelle, à la croisée des générations.

Léna Wattez

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
265 vues
Art
265 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...