0 Shares 943 Views

Bérénice, création mondiale explosive à Garnier

Hélène Kuttner 2 octobre 2018
943 Vues

©Monika_Rittershaus

Commande de l’Opéra de Paris, cette Bérénice composée par le Suisse Michael Jarrell s’inspire directement de Racine et en respecte les précieux alexandrins. En une heure et demi, c’est un précipité de passion et de violence incarné par un trio de chanteurs exceptionnels dans une mise en scène au cordeau.

©Monika_Rittershaus

Une héroïne intemporelle

Qui était cette femme passionnément amoureuse, et que l’empereur Titus, à la mort de son père, répudie ? Quel est-il, lui, trop épris d’honneur ou de droiture pour renvoyer cette reine juive qu’il aime depuis cinq ans ? Paulin, son fidèle serviteur, lui enjoint de la laisser partir, retourner chez elle, car le peuple romain veut une romaine et non une immigrée. Tandis qu’Antiochus, l’ami fidèle de Titus, aime la belle reine en secret et se meurt d’amour lui aussi. Trio infernal, secoué par les soubresauts de l’amour et de la politique, et dont l’avenir dénouera tristement chacun de ces destins solitaires. Michael Jarrell a choisi d’isoler le coeur de cette intrigue dont il extrait la sève brûlante, sur une partition très exigeante, colorée et riche, aux accents tumultueux et déchirants. Les sentiment des personnages y sont exposés crûment, cruellement, face public, et leurs contradictions aussi.

©Monika_Rittershaus

Des interprètes de premier ordre

La scénographie de Christian Schmidt souligne la particularité de chacun des univers dans un même palais. Sur la gauche, l’appartement de Bérénice, dont la Canadienne Barbara Hannigan donne une interprétation magnifique et déchirante, en robe de soie rouge sexy, chevelure auburn léonine. Au centre, l’entrée officielle, siège du politique, où Antiochus, incarné par Ivan Ludlow, torturé, bouleversant, se crucifie de désespoir. Enfin à droite, l’appartement de Titus auquel Bo Skovhus, carrure de géant nordique, prête une puissance et une fragilité tout à fait saisissantes. Les projections vidéos subtiles et évocatrices de rocafilm impriment au voile de tulle et sur les murs du palais des scènes de foule mouvante, bruissante, que la création sur ordinateur de Jarrell personnalise à merveille.

Une composition puissante

A la baguette, le chef Philippe Jordan se saisit de la partition en entraînant l’orchestre de manière vaillante, précise. Les cuivres rugissent, les cordes déchirent l’espace en hurlements hystériques, les percussions vont tressaillir une houle lancinante, les orages, les éclairs, la pluie acide ne cessent de modeler l’espace et les esprits au fil d’une tension inéluctable, électrique. Et bien qu’il faille souvent s’aider des surtitres pour comprendre totalement les vers de Racine, le spectacle parvient à une totale harmonie entre musiciens et chanteurs grâce à une mise en scène physique, quasi sportive de Claus Guth, qui plaque les interprètes sur le sol, les faisant ramper à l’horizontale ou basculer en diagonale, dans un déséquilibre constant et justifié par la pièce. Une vraie, belle et totale réussite !

Hélène Kuttner

Articles liés

 La première exposition française de Dan Rawlings à la Galerie Openspace !
Agenda
9 vues
Agenda
9 vues

 La première exposition française de Dan Rawlings à la Galerie Openspace !

À l’instar d’un Vhils, Dan Rawlings fait partie de cette génération d’artistes virtuoses, capables de générer des oeuvres hautement poétiques en creusant la matière. Au-delà de la finesse de ses découpes de métal et de sa technicité, la puissance de Dan...

Biarritz : après le G7, la danse
Spectacle
55 vues
Spectacle
55 vues

Biarritz : après le G7, la danse

La valse des Trump, Johnson, Merkel etc. sera à peine terminée, que le festival Le Temps d’Aimer aidera les Biarrots à tourner la page. Ce festival de danse propose une autre vision des relations internationales, tournées vers l’humain. Du...

«La Vie scolaire» : Grand Corps Malade slamme sur le septième art
Cinéma
345 vues
Cinéma
345 vues

«La Vie scolaire» : Grand Corps Malade slamme sur le septième art

Deux ans après Patients, Grands Corps Malade et son compare Mehdi Idir sont de retour avec un film moins autobiographique mais tout aussi inspiré, qui plante son décor dans un collège de la Seine Saint-Denis. Lorsqu’on a appris que...