0 Shares 1274 Views

Médée – Marc-Antoine Charpentier – TCE

16 octobre 2012
1274 Vues
medee_audi_tce

Il était à son époque dans l’ombre de Jean-Baptiste Lully. Il jouit aujourd’hui d’un retour en grâce. C’est Marc-Antoine Charpentier. Après la renaissance de son David et Jonathas (1688) cet été à Aix-en-Provence (et programmé en janvier à l’Opéra Comique), voici que le Théâtre des Champs-Elysées convie son public à redécouvrir son trop oublié Médée. L’œuvre a tous les ingrédients de la tragédie lyrique française: un prologue, de la danse, des divertissements et un mythe revisité par Thomas Corneille, frère cadet du célèbre Pierre.

Des yeux et des pas… perdus

Lors de la scène 5 de l’Acte IV, alors que Médée sombre dans une vengeance de plus en plus terrible, sa confidente Nérine affirme à part : « Ses yeux sont égarés, ses pas sont incertains.» Il semble que le scénographe et artiste contemporain allemand Jonathan Meese n’ai gardé en tête que ces vers pour concevoir une mise en espace haute en couleurs (jaune de chrome et vert primaire façon Watchmen) et disproportionnée.

MEDEE-TCE-12Photo--Jean-Philippe-Raibaud-530x351Il y a d’abord ces collages enfantins où une multitude d’yeux et de bouches sensuelles rappellent l’âge d’or du dadaïsme. Puis il y a d’immenses étagères éclairées par des néons, oh combien présente dans toute mise en scène conçue par un artiste encré dans l’ère du temps (bien que Meese soit un vrai amateur d’opéra). Et si on y ajoute quelques Croix de fer géantes, alors nous avons devant nous une énième mise en scène envahie par des clichés on ne peut plus contemporain. A choisir, les clichés baroqueux d’Hippolyte et Aricie de Rameau à l’Opéra de Paris l’année dernière étaient nettement plus recommandables (et surtout plus agréables pour les yeux).

Haïm x 2

Point commun entre ces deux productions, la présence dans la fosse d’orchestre d’Emmanuelle Haïm et de son Concert d’Astrée. Chez Rameau comme chez Charpentier, rien à redire sur sa direction vivifiante qui permet d’entendre des flutes et hautbois parfaitement aérés. Autre point en commun, la présence du baryton Stéphane Degout qui après un splendide Thésée revêt les costumes d’un Oronte troublant (et même fumant !).

Après un prologue qui associe astucieusement Louis XIV et Créon et les deux premiers actes qui posent l’action, c’est la Médée de Michèle Losier qui se révèle à nous avec la montée en puissance d’une folie destructrice. Face à elle, le Créon de Laurent Naouri s’impose dès son arrivée sur scène grâce à une gestuelle symboliquement théâtrale et un timbre toujours aussi puissant. Le Jason de Thomas Corneille colle à la peau du haute-contre suédois Anders Dahlin qui l’incarne comme l’antihéros voulu, tandis que Sophie Karthaüser prouve une fois de plus qu’elle excelle aussi bien ici dans le baroque que dans le classicisme (Mozart) et le romantisme (Weber).

On regrette seulement que par effet de mode cette vision Médéenne soit réduite à une simple exposition contemporaine. Prochain épisode en novembre avec la « Médée » de Pascal Dusapin, avant celle de Cherubini en décembre prochain dans la mise en scène de Krzysztof Warlikowski déjà présentée à la Monnaie de Bruxelles.

Edouard Brane
Twitter : Cinedouard

Médée

Tragédie lyrique en cinq actes et un prologue (1693)
Livret de Thomas Corneille

Emmanuelle Haïm, direction
Pierre Audi, mise en scène
Jonathan Meese, scénographie
Marlies Forenbacher, scénographe associé

Jorge Jara costumes // Willem Bruls, dramaturgie // Jean Kalman, lumières // Kim Brandstrup,  chorégraphie)

Michèle Losier, Médée, La Gloire
Anders Dahlin, Jason
Stéphane Degout, Oronte, un chef des habitants, un berger
Sophie Karthäuser, Créuse, La Victoire, 2e bergère
Laurent Naouri, CréonAurélia Legay Nérine, Bellone
Elodie Kimmel, Cléone, 1ère bergère
Katherine Watson, une Italienne, un fantôme, une bergère
Benoît Arnould, Arcas, un habitant
Clémence Olivier, l’Amour

Le Concert d’Astrée
Chœur d’Astrée

Les 12, 15,17, 19 et 23 octobre 2012 à 19h30
Le 21 octobre à 17h

1ère partie : 1h20 environ – Entracte : 20 mn – 2ème partie : 1h30 environ

Tarifs : 140, 100, 70, 35, 10 et 5 euros

Théâtre des Champs Elysées
15, avenue Montaigne
75007 Paris

www.theatrechampselysees.fr

Articles liés

Thibaut Sauviat, l’art de modeler les émotions
Art
163 vues

Thibaut Sauviat, l’art de modeler les émotions

Thibaut Sauviat est un peintre et sculpteur-modeleur. C’est dans son atelier, nommé L’Avenue des charmes à Paris, que Thibault réalise ses créations d’après le modèle vivant, notamment à partir du corps féminin. L’artiste propose des séances de dessin ouvertes à tous...

La BAFTA récompense le jeu Sayonara Wild Hearts avec le prix de la réalisation artistique
Art
167 vues

La BAFTA récompense le jeu Sayonara Wild Hearts avec le prix de la réalisation artistique

En mars dernier a eu lieu eu la cérémonie de la BAFTA pour les jeux vidéos. Cette année, c’est le jeu Sayonara Wild Hearts qui a remporté le prix de la réalisation artistique, parfaite rencontre entre jeu vidéo, design...

Le Handpan, l’instrument du XXIe siècle
Musique
189 vues

Le Handpan, l’instrument du XXIe siècle

L’invention du Handpan par des musiciens suisses sonne comme une réussite. Cet instrument à percussion en forme de soucoupe volante dévoile une multitude de tonalités. Son succès résonne à travers le monde. Composé de deux demi-coques métalliques collées l’une...