0 Shares 265 Views

Pelléas et Mélisande : le ténébreux mystère de l’amour au TCE

59-20170505-68VP

Pelléas et Mélisande

De Claude Debussy

Mise en scène de Eric Ruf

Avec Patricia Petibon, Jean-Sébastien Bou, Kyle Ketelsen, Jean Teitgen, Sylvie Brunet-Grupposo, Jennifer Courcier et Arnaud Richard

Du 9 mai 2017 au 17 mai 2017
A 19h30

Tarifs : de 5 à 145 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 01 49 52 50 50

Durée : 3h

Théâtre des Champs Elysées 
15, Avenue Montaigne
75008 Paris
M° Alma-Marceau

www.theatrechampselysees.fr

59-20170505-68VP copieDu 9 mai 2017 au 17 mai 2017

Dans une scénographie plus noire que les ténèbres marines, le patron de la Comédie Française, Eric Ruf, propose sa vision de l’opéra unique de Debussy sur le poème de Mæterlinck. Le mystère de ce drame passionnel et la puissance vibrante des chanteurs, dont Patricia Petibon, contribuent à rendre ce spectacle captivant.

61-20170429-66VPUn royaume au finistère du monde

On échoue au royaume d’Allemonde on ne sait comment, par distraction ou par fatalité. Il n’y a ni étoile, à peine un croissant de lune, et les murs du château sont insurmontables. Seuls flottent, nuages de vapeur marine, des filets de pêcheurs suspendus en forme de nids géants. Eric Ruf, metteur en scène et scénographe -c’est son quatrième décor dans ce même théâtre- nous plonge hardiment dans les ténèbres les plus hostiles : bordant une mare d’eau noire, vaseuse, une haute enceinte de béton sombre et incurvée tout juste trouée d’une longue fenêtre, celle d’où coulera, tel un flot d’or liquide, la longue chevelure de Mélisande.

31-20170505-37VPGustav Klimt au Moyen-Age

Un tel parti pris de radicalité peut surprendre le spectateur, happé par ce brouillard impressionniste qui sied à l’époque (1902) où Claude Monnet peint ses Nymphéas, Richard Wagner compose Siegfried et Schoenberg la Nuit transfigurée. La partition somptueuse de Debussy, avec ses vagues symphoniques, ses dentelles d’intimité déchirante, ses fulgurances mélodiques, emplit l’espace dépouillé de la scène, mais la rend aussi inquiétante. Le chef Louis Langrée s’en saisit et dirige l’Orchestre National de France avec une passion communicative, un ardent engagement. Lumineuse, solaire, la Mélisande de Patricia Petibon imprime à cet univers sombre un éclat de feu et d’or. Sa chevelure rousse, sa peau de porcelaine et le timbre particulièrement pur et présent de sa voix, un soprano projeté parfaitement, qu’elle maintient de manière mate et soutenue, innocente, magnifient son incarnation de la jeune épouse habillée par Christian Lacroix.

66-20170429-70VPDrame de la jalousie

Dans cet espace de non dits, Mélisande, la jeune et fraiche épouse s’oppose à Golaud, seigneur autoritaire et fragile, qu’incarne puissamment et dans une langue française parfaite l’Américain Kyle Ketelsen. Massif, rustre, visage taillé à la serpe et serti d’une barbe brune, la baryton-basse exprime violemment la jalousie dévorante, irrationnelle d’une époux qui voit sa femme lui échapper. Quelle humanité des sentiments, quelle modernité des situations ! Le Pelléas de Jean-Sébastien Bou, brillant baryton, est l’amoureux transi qui transgresse aussi les codes sociaux. Bottes de pêcheur breton et long pardessus de mer, il est l’enchanteur mystérieux, l’amant secret et spontané qui, contrairement à Golaud, en oublie sa virilité supérieure et baisse la garde. Dans le rôle d’Arkel, roi sage et pacificateur, Jean Teitgen est magnifique de profondeur et de sensibilité. Jennifer Courcier dans le rôle du petit Yniold, Sylvie Brunet-Grupposo dans celui de Geneviève font preuve d’un même élan dans cette production toute empreinte de lenteur, de gravité et de profondeur. 

Hélène Kuttner

[Crédits Photos : © Vincent Pontet]

Articles liés

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
77 vues
Art
77 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
172 vues
Spectacle
172 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition

Depuis sa création en 1981, sous l’impulsion de Jean-Paul Boutellier, le Festival Jazz à Vienne célèbre l’univers du jazz, cette année pour la 38e fois et pour 16 jours de fête… Devenu une véritable institution, le festival propose aux amateurs ou aux avertis de venir découvrir et partager dans toute la ville des moments festifs […]