0 Shares 506 Views

Xamaf : “J’espère ne pas me définir un style musical”

Romane Sorus 13 novembre 2020
506 Vues

Rencontre avec Max, alias Xamaf, un jeune rappeur de 20 ans qui nous propose des chansons et des freestyles sur sa chaîne Youtube.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Max j’ai 20 ans, je suis étudiant en deuxième année de communication à l’EFAP, et je suis passionné de musique.

Quand as-tu commencé la musique et pourquoi ?

Avant même de commencer la musique, j’ai commencé à écrire, c’était au collège en 4e/3e, j’avais écrit mon premier “poème” pour une fille. Puis j’ai remarqué l’effet que cela me faisait de mettre mes peines et mes pensées sur du papier donc j’ai commencé à écrire sur ce que je voyais, mes journées, mes voyages, mes peurs, mes rêves… Petit à petit, j’en faisais des chansons et le jour est venu où j’ai commencé le rap, c’était en seconde, là où j’ai vraiment décidé de me mettre dans la musique.

Peux-tu nous décrire la création type d’une de tes chansons ?

Il n’y a pas de création type, on va dire que j’écris comme je me balade, c’est juste une envie de m’évader parfois sans objectif précis juste une bouffée d’inspiration qui me frappe dans le crâne comme une bouffée d’air. Lorsque je suis en studio après j’ai deux façons de créer, sois je suis tout seul, la production arrive, je l’écoute je kiffe et je bosse dessus, soit je suis avec mes potes, de base on était au studio juste pour passer une soirée et là l’ambiance fait que des productions passent. Ça rappe à droite, ça rappe à gauche et il est possible qu’au fur et à mesure de la soirée on tombe sur des pépites musicales. Mais le plus important dans la création d’une de mes chansons, c’est la pression qui me fait ouvrir les yeux sur le fait qu’une chanson soit nulle ou pas. Lorsque je crée, je veux créer un son qui fera ressentir quelque chose au spectateur peut-être pas la même chose à tout le monde mais chacun aura sa propre interprétation, chacun pourra en faire ce qu’il veut. C’est une manière de rendre ma musique universelle et c’est surtout ça que je veux ! Je ne veux pas du tout une musique qui reste bloquée dans une case.

Comment définirais-tu ton style musical ?

J’espère ne pas me définir un style musical ! Pour l’instant je dirais rap évidemment mais j’aimerais explorer la musique. Si un jour ça marche, je veux vivre de ma passion et ma passion ce n’est pas que le rap mais la musique.

Si tu pouvais être une chanson, laquelle serais-tu ? 

Si je pouvais être une chanson, je serais Opposite of adults de Chiddy Bang.

Quelles sont tes ambitions dans le monde de la musique ?

Je voudrais bien sûr en faire mon métier mais pas seulement être artiste, j’aimerais monter mon label et faire monter des jeunes artistes dans mon entourage qui sont blindés de talent mais aussi m’écarter de la musique en faisant du cinéma, de la photo, des clips…

Pourquoi ce nom de scène ? Qu’est-ce qu’il représente ?

Alors au début je n’avais pas le même nom de scène, je m’appelais “Fannypack” car mes potes m’ont toujours appelé comme ça, c’était mon surnom donc au début j’ai décidé de m’appeler comme ça mais au niveau de l’histoire de distribution et de la Sacem ça ne pouvait pas marcher. Du coup avec un ami on a réfléchi et on est arrivé avec “Xamaf” qui est tout simplement mon prénom et mon nom contractés. La force c’est deux prénoms et d’ailleurs dans tout ce que j’entreprends (label, musique, écriture…) c’est ma relation avec mon équipe, mes potes, mes frères ! C’est cette loyauté incroyable qui nous unit.

As-tu des projets à venir dont tu peux nous parler ?

J’ai justement pas mal de projets en cours mais pas en solo cette fois-ci, on travaille avec mes potes sur un projet commun en full autoproduction. Je n’ai pas d’autres informations pour l’instant juste qu’on charbonne et qu’entre temps j’ai toujours des petits sons à droite à gauche qui pourront sortir en attendant le big bails !

Vous pouvez suivre son actualité sur son compte Instagram


Propos recueillis par Romane Sorus

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
22 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
28 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
37 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...