0 Shares 385 Views

Zoom sur Strawberry Fields Forever des Beatles

Souvent considéré comme l’une des meilleures chansons du groupe mythique, Strawberry Fields Forever n’est pas pour autant la plus connue du grand public. C’est une révolution musicale annonçant les prémisses du Rock psychédélique. Que se cache-t-il derrière cette chanson?

Les Paroles

En 1966, John Lennon alors encore sur le tournage de How I won the war où il porte pour la premières fois ses petites lunettes rondes qui deviendront emblématique du personnage, écrit cette chanson. Il y livre ses souvenirs d’enfance passés à Liverpool.

Strawberry Field était un orphelinat avec un terrain qui comportait une immense bâtisse pourvu d’un grand parc, où John et ses amis aimaient jouer. Cet endroit était pour lui non seulement un terrain de jeux où il aimait grimper aux arbres mais aussi un espace où il pouvait se sentir libre et explorer la solitude. Les paroles sont assez énigmatiques, évoquant ces souvenirs d’enfance “no one, I think, is in my tree”. Tout en les transformant en réflexion sur le monde et sa conscience.

Living is easy with eyes closed
Misunderstanding all you see
It’s getting hard to be someone, but it all works out
It doesn’t matter much to me.

Cependant, ce n’est pas la première chanson où John Lennon confie ses états d’âme (Help!).

Le texte n’est pas le seul élément à cette ambiance énigmatique et onirique. La musique y joue aussi un grand rôle.

L’enregistrement 

L’enregistrement débuta fin novembre 1966. Une première prise est enregistré le 26, on y retrouve Lennon à la guitare et au chant, McCartney, joue du mellotron, un clavier relié à des bandes enregistrées qui peut simuler le son de nombreux instruments, Harrison à la guitare et Ringo à la batterie. Mais cette première version ne convient pas.
Par la suite, il feront plusieurs prises pour arriver au résultat final, vingt-six prises seront enregistrées au total.  

Sur les prises suivantes , ils tentent plusieurs expérimentations :

  • Ringo va enregistrer ses cymbales et qui seront passées à l’envers.  
  • George va jouer du swarmandel (instrument indien à la sonorité proche du sitar).
  • George Martin va quant à lui écrire une partie plus classique en employant des violoncelles et des trompettes.

À la fin, deux prises où le tempos et les tonalités sont différentes ressortent, mais Lennon n’arrive pas à choisir entre ces deux versions bien différentes et à pour volonté de les assembler. Cette chanson annonçait le début des enregistrements de Sgt Pepper, cependant elle ne figure pas sur l’album.

George Martin regretta par la suite de ne pas l’avoir inclus.  Strawberry Fields Forever sort en single le 17 février 1967 avec Penny Lane. La pochette du single montre le groupe au recto et des photos d’enfance des quatre membres au verso .

Propos de Apolline Madaschi

Articles liés

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert
Agenda
107 vues

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert

Classique au Vert et les Festivals du Parc Floral ont dû plus que jamais se réinventer pour proposer une formule inédite adaptée à ce moment si particulier. L’essentiel est là, permettre à la musique de résonner et aux musiciens...

Jamais le deuxième soir à la Comédie Oberkampf
Agenda
138 vues

Jamais le deuxième soir à la Comédie Oberkampf

Quand les femmes font comme les hommes ! Et si les femmes étaient le sexe fort ? Et si les rôles étaient inverses ? Et si elles ne croyaient plus au grand amour ? Et si l’homme idéal venait...

Horéa : “En tant qu’artiste, je veux être libre”
Art
300 vues

Horéa : “En tant qu’artiste, je veux être libre”

Rencontre avec Horéa, une artiste alsacienne qui s’épanouit à travers son art et nous surprend avec des compositions toujours plus détonantes. Elle nous fait aujourd’hui le plaisir de répondre à nos questions. Pour ceux qui ne te connaissent pas,...