0 Shares 1350 Views

Au Théâtre du Châtelet, Angelin Preljocaj nous parle de “Mythologies”

Stéphanie Nègre 30 octobre 2022
1350 Vues

"Mythologies" © Jean-Claude Carbonne

Pour sa dernière création, Angelin Preljocaj s’est intéressé aux mythes, qu’ils soient contemporains ou antiques. Conçu pour des danseurs issus du Ballet Preljocaj et du Ballet de Bordeaux, Mythologies nous transporte du catch aux grands récits grecs en passant par les traditions mayas dans une profusion d’images somptueuses et pleines de sens.   

Comme Roland Barthes dans son essai de 1957 intitulé Mythologies, Angelin Preljocaj a choisi de démarrer son ballet par l’évocation du catch. Sur scène, les danseurs tout de cuir vêtus se livrent à des duos de gladiateurs. Cette gestuelle guerrière est le fil conducteur qui nous conduira chez les Amazones ou encore au côté de Persée affrontant les Gorgones.

Mythologies © Jean-Claude Carbonne

Si la gestuelle futuriste d’Angelin Preljocaj évoque particulièrement bien l’esprit martial, elle sait aussi se faire fluide et sensuelle pour donner vie aux Naïades ou nous donner à voir l’irréel des étreintes de Danaé et Zeus transformé en pluie d’or.

Images échappées d’un dessin postmoderne, d’un vase grec ou d’une mosaïque symboliste, les esthétiques fusionnent dans des scènes parfaitement structurées où chaque geste a un sens.

Mythologies © Jean-Claude Carbonne

Les danseurs des deux compagnies se mêlent naturellement sans qu’il soit possible de les distinguer, formant ainsi un ensemble parfaitement homogène. Thomas Bangalter, membre du duo Daft Punk a lâché les platines pour composer une musique pour orchestre, de facture classique.  Après la projection sur le fond de scène, dispensable, de photos de visages, le ballet se termine sur des images de guerre alors que des corps enveloppés de linceul sont abandonnés sur le plateau. Hommes et femmes en costume cravate parcourent la scène. Ainsi s’achève ce ballet. Après avoir voyagé dans le temps et l’espace, la réalité contemporaine nous rattrape. La guerre traverse les mythes et l’histoire se répète. A aucun moment Mythologies n’est un ballet pessimiste mais il nous interroge : La violence serait-elle intrinsèquement liée à la nature humaine ?

Stéphanie Nègre

Articles liés

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
104 vues

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux

Au crépuscule de ses jours, Lili Boulanger compose D’un soir triste. Affaiblie, percluse de douleurs, c’est la dernière œuvre qu’elle eut la force de noter de sa main peu avant que la maladie ne l’emporte à l’âge de 24 ans....

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
95 vues

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux

On l’appelait « Mademoiselle ». L’orchestre Lamoureux célèbre Nadia Boulanger, musicienne complète, interprète, compositrice, cheffe d’orchestre (elle fût souvent à la tête de l’Orchestre Lamoureux) et pédagogue au rayonnement mondial, à travers sa musique, bien sûr, et celle de...

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !
Agenda
106 vues

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !

Du 1er décembre 2022 au 14 mai 2023, le Musée de La Poste propose au public de traverser un siècle d’histoire à hauteur d’enfant, quand La Poste s’invitait à l’école ou à la maison par le biais de planches...