0 Shares 1070 Views

Ce week-end à Paris… du 17 au 19 janvier

17 janvier 2020
1070 Vues

Thank God It’s Friday ! Qu’il fasse beau, qu’il pleuve ou qu’il neige, l’art et la culture sont toujours au rendez-vous. Alors profitez de ce temps off pour sortir, danser, rire ou pleurer… toutes les émotions sont bonnes à prendre.

Vendredi 17 janvier

Un road movie passionnant dans une obscurité lumineuse

Rendez-vous pour cela au théâtre du Roi René. Le spectacle restitue fidèlement les premières pages du roman Le Loup des Steppes de Hermann Hesse et nous plonge dans la dualité du Harry à travers son journal intime : Les Carnets de Harry Haller. Publié en 1927 et interdit sous le régime nazi, Le Loup des Steppes est redécouvert dans les années 60, 70 où il devient culte pour toute une génération éprise de liberté.

Pour ceux qui veulent danser jusqu’au bout de la nuit…

En 2020, l’International s’associe et soutient de nouveaux collectifs. C’est l’occasion de commencer l’année du bon pied avec Cahiers Électroniques. Pour cette première, L’International et Cahiers Électroniques vous propose une line-up riche en saveurs ! De la disco à la house, en passant par une pointe d’électro & Jungle, cette première s’annonce complète. Pasteur Charles, Aurèle, Anaïs Leszcynska et Mimi seront les DJ de cette soirée.


Samedi 18 janvier

Vous n’avez pas assez dansé cette nuit, le Bal continu…

Premier week-end de l’exposition La bête, un conte moderne de Yasmina Benabderrahmane au Bal. C’est une histoire entre deux rives, celle du Maroc d’hier où les matières sont à ras de la terre et des corps, et celle d’aujourd’hui, entre béton et rocailles. Depuis 2012, Yasmina Benabderrahmane traverse les dunes et les plaines de son pays d’origine qu’elle tente d’apprivoiser par l’image, après quatorze ans d’absence.

Si vous êtes plutôt street art, direction la galerie Openspace

Ce n’est pas 1 vernissage que nous vous conseillons, mais 3… et au même endroit ! La galerie Openspace reçoit l’Allemand SatOne, le Français Maxime Drouet et l’Américain Augustine Kofie. Ces trois artistes issus du graffiti représentés par la galerie, ont dépassé le cadre de la lettre afin d’explorer de nouvelles articulations formelles ainsi que de nouvelles formes d’expression. De 17h à 20h.

Carte blanche et rencontre au 104 Paris avec Ismaël Joffroy Chandoutis

Au CENTQUATRE-PARIS, dans le cadre du festival Les Singuliers, assistez à une conférence-performance d’Ismaël Joffroy Chandoutis, lauréat 2019 du Prix Icart Artistik Rezo. Artiste et cinéaste, il explore une pratique cinématographique qui s’étend jusqu’au champ de l’art contemporain. Il présentera son film Swatted qui nous plonge au cœur de la communauté des adeptes de jeux vidéo en ligne américains, pour aborder le cyber-harcèlement et le phénomène du swatting.

Et pour ceux qui veulent une histoire avant de s’endormir…

Pour la 4e année, la Nuit de la lecture se tiendra le 3e week-end de janvier avec pour temps fort la soirée du samedi 18 janvier et comme lieux privilégiés les bibliothèques et les librairies mais aussi les musées, les salles de spectacle, les centres culturels, les établissements scolaires et universitaires, les hôpitaux, les centres pénitentiaires… Organisé par le ministère de la Culture, l’événement a pour ambition, depuis sa création, de célébrer, partout et pour tous, le plaisir de lire.


Dimanche 19 janvier

Envie d’évasion, ne ratez pas l’exposition AlUla, merveille d’Arabie à l’IMA

En raison de son succès auprès du public, l’Institut du monde arabe prolonge exceptionnellement l’exposition AlUla, merveille d’Arabie, l’oasis aux 7000 ans d’histoire, jusqu’au 8 mars 2020. Alors si vous ne l’avez pas encore vue, profitez-en ! Fabuleuse plongée dans une région méconnue du nord-ouest de l’Arabie Saoudite, l’exposition dévoile le fruit de plus de vingt ans de recherches, pour la première fois révélées au grand public.

Envie de retourner à l’école, ou pas…

10 ans après le film (avec Isabelle Adjani), Jean-Paul Lilienfeld écrit la version théâtrale de La journée de la jupe. Sonia Bergerac est professeure de français dans un collège de banlieue sensible et s’obstine à venir en cours en jupe malgré les conseils du proviseur. Dépassée par l’attitude de ses élèves ingérables, au bord de la crise de nerf, elle tente tant bien que mal de faire son cours. À découvrir sur la scène du théâtre des Béliers.

Le film du dimanche soir : Système K, un film de Renaud Barret

Dans les rues de Kinshasa, l’Art est une urgence. Au milieu de l’indescriptible chaos social et politique, une scène contemporaine bouillonnante créée à partir de rien, crie sa colère et rêve de reconnaissance. Malgré le harcèlement des autorités et les difficultés personnelles des artistes, le mouvement envahit la rue et plus rien ne l’arrêtera !


Pour accompagner ce week-end en musique

L’Anglaise Låpsley annonce une mini tournée pour ce début d’année et un passage par Paris à La Boule Noire le 29 janvier. Elle y présentera These Elements, son nouvel EP sorti le 6 décembre chez XL et dont on a déjà pu voir un premier extrait avec l’excellent My Love Was Like The Rain, visible ici.


Très bon week-end à tous !

 

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
136 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
307 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
206 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...