0 Shares 2381 Views

A Chaillot « Two, seul » met la danse sur briques

Thomas Hahn 12 février 2018
2381 Vues

"Two, Seul" d'Annabelle Bonnéry © Christian Rausch

Deux musiciennes, un contreténor, deux artistes chorégraphiques européennes et un danseur burkinabè: A Chaillot l’étonnante Annabelle Bonnéry réussit un formidable tissage chorégraphique des cultures et des disciplines. Dans un bain d’argile et sur un tapis de briques, les vivants dansent avec  les morts, sur le Stabat Mater de Vivaldi, revu pour violoncelle et accordéon.

Annabelle Bonnéry est une dure-à-cuire. Avec son corps d’athlète de haut niveau, la Savoyarde peut s’époumoner à danser en tant que serveuse, en servant le repas aux spectateurs qui dégustent l’art d’un grand chef du Jura. Mais c’était un autre spectacle.

“Two, Seul” d’Annabelle Bonnéry © Christian Rausch

Dans « Two, seul » elle prend un bain d’argile et sacrifie sa peau, littéralement. Sous ses pieds, la trame si ordonnée des pavés, destinés à la cuisson, se transforme en marécage. Elle frappe, elle danse, mais ses pieds tâtonnent et se posent avec difficulté. Tout est fait pour que Bonnéry perde l’équilibre. Mais dans sa chute, elle se transforme en grue et s’envole en direction de l’outre-monde, enroulée dans un linceul.

Danser sur un tapis de briques

Son passage vers un ailleurs mythologique ouvre la voie au couple Nuria Navarra – Romual Kabore qui danse sur un tapis de briques rouges aux contours évoquant le continent africain. L’Europe et l’Afrique se croisent sur ces pavés, dans une pièce où le chant, la musique, la danse, les arts plastiques et la recherche s’imbriquent en bonne intelligence.

“Two, Seul” d’Annabelle Bonnéry © Christian Rausch

Les deux danseurs, la violoncelliste, l’accordéoniste et le contre-ténor peuplent une terre d’Afrique imaginaire, en sautant toutes les frontières. La musique n’est pas burkinabè, la partenaire chorégraphique de Romual Kabore est catalane et le haute-contre congolais Serge Kaludji interprète sa propre adaptation du Stabat Mater de Vivaldi, accompagné par Marie Ythier au violoncelle et Fanny Vincens à l’accordéon.

Terre crue, terre cuite

Aussi  « Two, seul » est le fruit de multiples rencontres artistiques, culturelles et humaines, faites lors d’une résidence de création à Ouagadougou, en octobre 2016. La pièce est nourrie d’expériences  faites au Burkina sous une chaleur étouffante, où Bonnéry n’a pas seulement arpenté la poussière rouge des  routes de campagne, mais aussi recueilli des impressions intenses d’un mode de vie en lien profond avec la terre.

“Two, Seul” d’Annabelle Bonnéry © Christian Rausch

Ensuite, elle a assisté à la cérémonie  « des grandes funérailles » qui rend hommage aux défunts. Dans « Two, seul », elle aborde ce rite comme un rituel festif qui explore les relations entre la vie et la mort par toutes les facettes de l’amour. De la terre crue à la terre cuite, les morts peuvent ici danser avec les vivants, jusqu’à fonder un ménage à trois et nous sommes autant dans une cérémonie du Burkina que dans un requiem occidental.

Cuisson spéciale

Décidément, quand il s’agit de cuisson, Annabelle Bonnéry sait trouver les grands chefs. Les briques plates qui composent ce sol âpre et fragile sont cuites sur place selon un protocole développé par les Grands Ateliers de Villefontaine, en collaboration avec le plasticien François Deneulin qui signe la scénographie. Roses comme des flamants, ces pavés servent également à construire des ponts et des chaussées, à moins qu’il s’agisse de châteaux ou de palais.

“Two, Seul” d’Annabelle Bonnéry © Christian Rausch

Dans « Two, seul », personne n’est seul. Tout se fait ensemble, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une seule entité organique. Les frontières se déplacent et  deviennent transversales.  Tout le monde occupe le centre d’une aventure commune. Grâce à la mobilité des humains et des briques, tout se déplace, se construit ou se reconstruit à volonté. Par le tissage des allers-retours entre les arts et les continents, « Two, seul » ouvre de nouvelles perspectives de partage humain et artistique.

Thomas Hahn

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
53 vues
Spectacle
53 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...