0 Shares 1105 Views

Daniel Pennac raconte Bartleby, au Théâtre de La pépinière

18 mars 2009
1105 Vues
bartleby_affiche
Le narrateur, Daniel Pennac, incarne un notaire de Wall Street, qui engage dans son étude Bartleby pour un travail de copiste.

Un scribe, qui au début de sa carrière se montre disponible, ambitieux et travailleur.

 

 

Alors que son patron lui demande de lui corriger des copies, Bartleby refuse très poliment la tâche, en se justifiant d’un “je ne préfèrerais pas”.
Par la suite, c’est la totalité des tâches subalternes que Bartleby refuse, toujours en disant, comme un leitmotiv agaçant “I would prefer not to”.

Comme un renoncement à tout, ce dernier refuse de travailler, de sortir du bureau là où il dort, il « préfère » se nourrir exclusivement de biscuits aux gingembres, et refuse même l’aide de son patron, qui s’entête à vouloir le comprendre.

“Un face à face entre deux solitudes, donc : Bartleby, l’homme qui ne veut plus jouer à l’homme, et le narrateur, l’homme qui ne peut vivre sans comprendre les hommes. Le duel de nos deux tentations favorites, en somme.” Daniel Pennac.

La critique

Sur la scène de la Pépinière, on découvre un décor plutôt sobre et simple. Une corbeille à papiers renversée, des piles de dossiers entassées faisant aussi guise de chaise, et un long drap blanc longe le mur de la scène.
La narrateur tient dans ses mains un livre, certainement celui de Herman Melville, dont il commence à conter le récit.

bartleby_photo_large

 

On ne sait pas trop ce qui nous attend, mais d’emblée l’ambiance est donnée : il ne s’agit pas d’une pièce de théâtre mais bien d’une lecture, faite non pas par un comédien mais par l’écrivain récompensé Daniel Pennac (Chagrin D’école, Gallimard, 2007).

De ce postulat, une inquiétante curiosité se fait sentir. Daniel Pennac va-t-il réussir à animer les lieux malgré le manque de situations? Va-t-il convaincre que la nouvelle de Melville a sa place au théâtre avec une adaptation a priori risquée?

Et pourtant, Daniel Pennac, et son metteur en scène François Duval, ont eu raison de ne pas être prudents. C’est à travers une lecture généreuse et énergique, que le narrateur transmet avec aisance son agacement et sa peine face au renoncement de Bartleby.

L’auteur de Comme un Roman et Chagrin D’école donne à l’œuvre de Melville tout son rythme, devant l’absurdité et ce refus existentialiste de vouloir jouer le jeu des hommes.
A l’heure où le stress et l’agitation constituent de véritables valeurs, ceux qui ne jouent plus, comme Bartleby, sont-ils mis au rebus ?

Peut-être est-ce le message de “Bartleby le Scribe, Une histoire de Wall Street “, qu’exprime le narrateur à travers cette lecture ? Mais l’essentiel pour Melville est surtout de saisir les choses par soi-même. Et, d’après Daniel Pennac, c’est ce que répondrait Bartleby concernant le choix d’une lecture publique de cette oeuvre :

“Ne voyez-vous pas la raison de vous-même ? “

Aurélie GUISIANO

 

 

Bartleby Le Scribe. Une Histoire de Wall Street

De Herman Melville

Mis en scène par François Duval

Avec Daniel Pennac
Texte français Pierre Leyris (éditions Gallimard)
Adaptation Daniel Pennac
Scénographie Charlotte Maurel
Lumière Emmanuelle Phelippeau Viallard
Son Florent Dalmas
En coproduction avec Les Productions de L’Explorateur

À partir du 20 février et jusqu’au 30 Avril 2009

Du mardi au samedi à 19h

 

La Pépinière théâtre
7, rue Louis Le Grand 75002 Paris
Métro: Opéra-Bus: 68, 95, 27, 21
Parkings: Marché Saint Honoré, Pl. Vendôme
Location : 01 42 61 44 16

 

Tarif unique : 25 Euros

(moins de 26 ans : 10 Euros)

 

 

Articles liés

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
119 vues
Agenda
119 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons
Art
230 vues
Art
230 vues

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons

Avec Merci au Temple des Chartons à Bordeaux, Borondo prouve à nouveau sa capacité à embrasser un lieu pour y déployer son exceptionnelle profondeur poétique. A voir absolument ! Dans le petit monde de l’art urbain, Borondo est une figure...