0 Shares 500 Views

Le Pulle d’Emma Dante au Théâtre du Rond-Point…

18 mars 2009
500 Vues
le_pulle_2

Un fond de scène de tentures rouges revêtu, et des voiles, rouges encore, qui se déploient et se replient à mesure que les tableaux défilent. A l’intérieur de cet écrin de pourpre qui n’est ni plus ni moins qu’un bordel que l’on situe palermitain, des créatures hybrides s’exhibent au croisement du théâtre, de la danse, du mime, et du chant. La « puellae », ou putain que nous impose Le Pulle, a ceci de complexe qu’elle n’est pas encore tout à fait femme, et qu’elle est dans l’impossibilité sociale, physique, et matérielle de devenir un jour celle à laquelle elle aspire.

 

Sans fausse pudeur, Le Pulle nous embarque sans nous enfoncer, dans un univers clôt, dans ce bordel qui ressemble à une prison, mais forte de préserver ses putes travesties ou transsexuelles d’un extérieur qui les menace. Et l’on est saisi, emporté par la fulgurance d’un jeu cadencé, absorbé par la douleur de figures ou marionnettes hystériques sans cesse animées de spasmes violents. Ces spasmes exagérés et mouvements saccadés, à mesure qu’ils confèrent une réelle identité chorégraphique à cette mise en scène d’Emma Dante, agissent en témoins artistes d’un mal être identitaire ainsi rendu dans un folklore détonant.

 

Ce qui fascine par-dessus tout dans cette création, c’est qu’elle soit parvenue à marier la simplicité à l’artifice, la joie à la douleur, et plus subtilement encore, le plaisir à l’agression. Le défi était si dangereux… Comment rendre l’insupportable et pourtant si juste idée d’une identité née dans le viol ou l’inceste, et ce sans remettre en question la gravité d’un acte qui doit demeurer des plus condamnables ? Au sortir de Le Pulle, on ne peut qu’applaudir un pari remporté avec brio, car à aucun moment on ne s’est senti altéré d’une gravité qui aurait pu se retrouver esquintée par l’omniprésence de la dérision.

 

Sans doute est-ce le recours au conte qui agit principalement en faveur de ce sans faute. La princesse Stellina, prostituée inaboutie puisque encombrée d’un sexe d’homme, se fera-t-elle enlevée, absoudre, par un mariage avec Rocco, client qu’elle veut voir devenir son prince ? Le conte moderne est poussé, de bout en bout, et trois fées évoluent dans cette ambiance inappropriée où les blessures crues de demi-femmes, cohabitent avec leurs préoccupations surannées.

 

Ce spectacle est un joyau singulier dans lequel se reflète une vision, celle qu’Emma Dante a de la vie, de Palerme, et plus encore « de l’âme du monde, sans cesse affairée et sans cesse mourante ». Mais Le Pulle est peut-être avant tout, une opportunité rare d’admettre qu’il faut bien que la vie conserve une part de rêve là où tout pourrait être vécu comme cauchemardesque !

 

Une œuvre exceptionnelle donc, d’une profondeur sans équivoque !

 

Christine Sanchez

 

Le Pulle, Opérette amorale

Une création originale d’Emma Dante

Du 17 mars au 11 avril à 20h30

Théâtre du Rond-Point

2 bis, Avenue Franklin D. Roosevelt

75008 Paris

Métro Franklin D. Roosevelt ou Champs-Elysées Clémenceau

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
47 vues
Spectacle
47 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...