0 Shares 1296 Views

“D’Est en Ouest”, Grenade illumine le meilleur de la danse

Thomas Hahn 9 mars 2019
1296 Vues

D'EST EN OUEST Groupe Grenade : Extrait MONGER de Barak Marshall © Cécile Martini

La MAC de Créteil et le Théâtre de la Ville présentent une trentaine de jeunes danseurs à l’énergie débordante qui interprètent des extraits d’Akram Khan, Hofesh Shechter, Wim Vandekeybus, Crystal Pite et autre Eun-Me Ahn… Grenade ! Avec fraîcheur, virtuosité et enthousiasme, ces jeunes explosent la danse contemporaine, sous la direction artistique de Josette Baïz.

Le Groupe Grenade est le phénomène le plus étonnant du paysage chorégraphique français. Josette Baïz, interprète des origines de chez Jean-Claude Gallotta et devenue chorégraphe de renom, a créé entre Aix et Marseille une pépinière où se forment, dès le plus jeune âge, de nouveaux virtuoses de la danse. Ils sont de toutes les origines sociales et culturelles et forment pourtant une communauté soudée, qu’ils aient 7 ans ou 17. Car ils partagent le plateau, les créations, et parfois même des tableaux du spectacle.

Mais s’ils sont si jeunes, peuvent-ils se produire dans des spectacles de danse professionnels ? Oui, et ils sont absolument épatants ! La formation au sein de Grenade est joyeuse, mais aussi absolument rigoureuse et culturellement riche. La fraîcheur incomparable de ces jeunes a conquis les scènes les plus prestigieuses, depuis que Baïz a inauguré une série remarquable de programmes mixtes, à partir d’un gala contemporain qui fêtait les vingt ans de Grenade, en 2011, au Théâtre des Abbesses.

D’Est en Ouest du Groupe Grenade : Louder! Can You Hear Me d’Eun-Me Ahn © Cécile Martini

Comme le ballet, la danse contemporaine

Depuis, on se les arrache. Le succès de la formule inventée par Baïz est énorme. Elle transpose en danse contemporaine les soirées de gala en danse classique où s’enchaînent des morceaux de choix du répertoire. Chez Grenade, ces extraits sont pris dans le répertoire du meilleur de la danse contemporaine, des chorégraphes internationaux les plus brillants et célèbres qui les transmettent aux jeunes formés par Josette Baïz et son équipe constituée d’anciennes interprètes de la compagnie.

D’Est en Ouest commence par un clubbing coréen par les plus jeunes (9-13 ans), en tenues scintillantes, déployant un déluge de couleurs sur des rythmes pulsionnels et doux à la fois, dans un extrait de la star sulfureuse coréenne Eun-Me Ahn. On marche comme des modèles en défilé ou à quatre pattes, les fesses en l’air. Parmi ces jeunes-là, il y a déjà certains miracles de précision et de fulgurance gestuelle à retenir. Et ça ne fait que commencer…

D’Est en Ouest du Groupe Grenade : Kaash d’Akram Khan © Cécile Martini

Israël, Australie, Canada, Belgique…

Suivent des extraits d’Akram Khan (Kaash) et Barak Marshall (Monger), où la rigueur a rendez-vous avec des danses à la fois combatives et jubilatoires. Les robes noires de Kaash et les jupes en couleur terre des filles dans Monger ajoutent une touche d’art plastique soulignant la présence de forces régissant cosmos ou microcosmes. La gestuelle des bras des jeunes (12-15 ans) dans Kaash est bluffante. S’y ajoute chez ceux de Monger (13-18 ans) une belle capacité à alterner entre scènes dansées et vignettes théâtrales. On passe aux chorégraphes phares d’Australie (Lucy Guerin), du Canada (Crystal Pite) et de la Belgique (Wim Vandekeybus).

D’Est en Ouest du Groupe Grenade : Attractor de Lucy Guerin © Cécile Martini

Force galvanisante

Ce qui fait la force phénoménale D’Est en Ouest est d’avoir trouvé un lien énergétique fort entre tous ces univers, en mettant le curseur sur une énergie tribale débordante, sur l’hymne à la vie, à la fête et à la révolte. Le collectif puise son énergie dans la terre et se laisse pousser par des rythmes liés à la fête et aux rites, démontrant que, d’un bout à l’autre de la planète, la danse contemporaine puise dans les racines des communautés. C’est irrésistible. Sur le plateau se succèdent la fougue juvénile des plus jeunes et la maturité des plus âgés, créant une fusion avec la salle comme on en voit rarement en danse contemporaine.

Le tableau final appartient à Lucy Guerin, où on voit arriver sur le plateau l’ensemble des trente interprètes qui forment d’abord un énorme cercle et finalement une sorte de volcan humain, déversant un déluge de gestes et de cris, pourtant toujours finement orchestré. À une époque où tant de dirigeants misent sur la division entre les humains, D’Est en Ouest  est un fabuleux rappel chorégraphique de notre humanité partagée et de ce qui nous relie à travers la planète. Inutile de dire que ça tombe à pic.

Thomas Hahn

Articles liés

Cannes 2019, épisode 2 : hors la vie
Cinéma
237 vues
Cinéma
237 vues

Cannes 2019, épisode 2 : hors la vie

C’est une année à zombie. Il y a les zombies de Jim Jarmusch (compétition), ceux d’Atlantique (compétition), ceux de Zombi Child (quinzaine des réalisateurs), ceux de Little Joe (compétition). Il y a toujours un sujet ou une idée récurrente...

« Les Serge, Gainsbourg point barre » :  stand up brillant
Spectacle
443 vues
Spectacle
443 vues

« Les Serge, Gainsbourg point barre » : stand up brillant

Après « Comme une pierre qui… » qui célébrait Bob Dylan au Studio de la Comédie-Française, Sébastien Pouderoux et Stéphane Varupenne remettent le couvert pour Serge Gainsbourg avec un spectacle formidable, en forme de stand-up musical et théâtral. Sur scène, guitares,...

Des ondes celtiques avec Mercedes Peón au Pan Piper
Agenda
56 vues
Agenda
56 vues

Des ondes celtiques avec Mercedes Peón au Pan Piper

Le Festival Interceltique de Lorient pose ses valises au Pan Piper dans le cadre du Paris Celtic Live pour une soirée spéciale autour de la Galice, à l’honneur de cette 49ème édition du festival breton. Mercedes Peón est une...