0 Shares 652 Views

« Histoire intime d’Elephant Man » : Éloge de la différence

Clémence Mary 22 novembre 2018
652 Vues

©GiovanniCittadiniCesi

Pour son premier solo théâtral, l’auteur-compositeur-interprète Fantazio nous embarque dans les méandres de son esprit mouvementé.

Une chaise, un bureau, un micro… C’est tout ce qu’il faut à ce merveilleux ovni qu’est Fantazio pour surprendre et interroger son public durant une heure et demie de spectacle. Ses pensées se chevauchent, s’entremêlent ou sont interrompues par des cris, des rythmes et des intervenants (ou plutôt « intravenants ») étrangers. Il n’hésite pas non plus à interagir avec les spectateurs de façon inattendue ce qui ne cesse de surprendre et de maintenir en éveil.

©GiovanniCittadiniCesi

Un spectacle en rupture avec les conventions

Toute la pièce semble dévoiler la machinerie intérieure complètement désorganisée de cet homme assis à son bureau. Ouvrant un à un les tiroirs de sa pensée où se cachent rires, inquiétudes, et réflexions philosophiques, Fantazio ne se confie pas au public, mais se parle à lui-même, comme s’il était seul dans la salle intimiste Roland Topor du Théâtre du Rond-Point.

Le public n’assiste alors plus à une pièce de théâtre, mais plutôt à la création de la pensée elle-même. Grâce à ce format, Fantazio s’autorise une liberté absolue, quitte à embarrasser les spectateurs, voire à les choquer. Son rejet des conventions et sa détente libératrice lui permettent en effet de se défaire des carcans de la société.

©GiovanniCittadiniCesi

Elephant Man, une réflexion sur la différence

Inspiré par le film de David Lynch, Fantazio explore la difformité de l’esprit et s’interroge sur le fait de trouver sa place dans la société lorsque l’on est différent. À travers ses réflexions, valables en tout lieu et tout temps, il fait d’Elephant Man un être universel et intemporel.

En référence à Elephant Man, devenu une bête de foire, Fantazio est exhibé comme un monstre aux comportements étranges et grotesques. Le spectateur endosse ainsi le rôle de voyeur, qui observe, dans la pénombre de la salle, cet homme écrasé par la solitude qui s’amuse de ses propres délires.

©GiovanniCittadiniCesi

Interroger pour guérir

Même si la confusion nous gagne aussi, parfois, nous sommes comme hypnotisés par le rythme, les gestes et les paroles de Fantazio qui tout à coup prennent sens, comme s’ils pénétraient notre inconscient. Derrière l’aspect naïf et désorganisé du discours, le personnage soulève avec humour des questions essentielles telles que la conformité, la place dans la société, le temps qui passe, etc.

Et si, en fait, Fantazio improvisait une thérapie de groupe pour soigner la société de ses maux grâce au rire, à l’introspection et à l’expression de soi ? Un spectacle, certes déroutant, mais qui fait du bien. À prescrire, donc, sans modération !

Clémence Mary

Articles liés

Cannes 2019, épisode 2 : hors la vie
Cinéma
235 vues
Cinéma
235 vues

Cannes 2019, épisode 2 : hors la vie

C’est une année à zombie. Il y a les zombies de Jim Jarmusch (compétition), ceux d’Atlantique (compétition), ceux de Zombi Child (quinzaine des réalisateurs), ceux de Little Joe (compétition). Il y a toujours un sujet ou une idée récurrente...

« Les Serge, Gainsbourg point barre » :  stand up brillant
Spectacle
433 vues
Spectacle
433 vues

« Les Serge, Gainsbourg point barre » : stand up brillant

Après « Comme une pierre qui… » qui célébrait Bob Dylan au Studio de la Comédie-Française, Sébastien Pouderoux et Stéphane Varupenne remettent le couvert pour Serge Gainsbourg avec un spectacle formidable, en forme de stand-up musical et théâtral. Sur scène, guitares,...

Des ondes celtiques avec Mercedes Peón au Pan Piper
Agenda
56 vues
Agenda
56 vues

Des ondes celtiques avec Mercedes Peón au Pan Piper

Le Festival Interceltique de Lorient pose ses valises au Pan Piper dans le cadre du Paris Celtic Live pour une soirée spéciale autour de la Galice, à l’honneur de cette 49ème édition du festival breton. Mercedes Peón est une...