0 Shares 2599 Views

J’ai des doutes : François Morel réinvente Devos

Hélène Kuttner 10 novembre 2019
2599 Vues

Sur la scène de la Scala, l’humoriste et acteur François Morel reprend un spectacle en forme d’hommage à Raymond Devos avec le pianiste Antoine Sahler. Un moment de tendresse absolue et d’humour coriace, entre les mots et les notes de musique. Réjouissant et apaisant par les temps qui courent.

Sur les traces de Raymond Devos

© M_Toussaint

François Morel est un admirateur, depuis très longtemps, de Raymond Devos en qui il voit un maître, un magicien des mots. En son honneur, il a même écrit un texte pour une émission de radio, tentant de saluer le « miracle » de ses apparitions scéniques. Folie, jeux de mots d’une incroyable ironie, esprit d’une vivacité remarquable d’un homme orchestre empoignant l’accordéon ou la clarinette avec la même aisance qu’il jouait avec les mots. François Morel, frère de coeur et d’esprit, possède suffisamment de talent pour ne pas tomber dans l’imitation. Il réinvente son maître avec la grâce, la légèreté et la roublardise qui lui sont propres. Les sketches, en duo avec le pianiste Antoine Sahler, coulent de source. L’absurde, le rêve, la métaphysique du quotidien nous reviennent par la fantaisie de l’acteur, sa connivence amicale avec le public, son brio lexical et ses mimiques élastiques.

Un moment de grâce

© M_Toussaint

Le résultat, c’est un véritable moment de grâce. On retrouve l’esprit, le rire, la folie jouissive de Devos, sous les traits d’un Morel en smoking et noeud papillon, jouant avec le piano, le clavier à piston et divers ustensiles tandis qu’il nous raconte des histoires d’amour, pour son chien, ou de haine, pour les murs. Une philosophie du bonheur en forme de pied de nez à la médiocrité, à la méchanceté, à l’égoïsme. L’acteur se fait passeur, interprète d’un monde trop étriqué, qu’il ouvre avec son intelligence, son imaginaire. Antoine Sahler est un partenaire idéal de jeu, complice de tous les délires, tandis que des extraits d’interviews radiophoniques nous ramènent à la parole originelle de Devos tentant d’analyser les raisons de son succès. De tels artistes, Raymond Devos, François Morel, nous aident à vivre, en allégeant un peu le poids du monde. Que cette facétieuse fantaisie nous fasse encore longtemps planer, rire, et réfléchir.

Hélène Kuttner

Articles liés

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations
Agenda
121 vues

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations

Jeune ou vieux tout est relatif… une chose est sûre, vous appartenez à une génération ! Vos petites habitudes vous ont dénoncés. Et elles sont drôles ces petites manies. Pour relativiser le cap de la trentaine, Marion Pouvreau dresse...

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale
Agenda
129 vues

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale

« Paressons en toutes choses, hormis en paressant. » dixit Lessing, écrivain allemand. Une chambre devient le théâtre d’une réflexion politico-poétique sur un sujet connu de tous : le travail. Librement inspiré du Droit à la paresse, manifeste social écrit par Paul...

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”
Agenda
147 vues

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”

Visual System propose de s’approprier par le biais du son et de la lumière le théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles | Paris. La performance mettra en scène l’installation réalisée pour “A Circular Journey” à l’Atomium en 2018. Elle s’en inspirera...