0 Shares 875 Views

La danse, rien que la danse

Thomas Hahn 17 janvier 2019
875 Vues

« Plaisirs inconnus » par le CCN Ballet de Lorraine © Arno Paul

« Plaisirs inconnus » ! A Chaillot, on pourra assister à une expérience unique : Quatre pièces de danse, chacune par un.e chorégraphe différent.e. Plus les intermèdes, signés d’un.e cinquième. Et alors ? Vous ne saurez jamais les noms des cinq auteurs. Même pas à la fin. Et ça change tout. Sauf la danse. Ou bien, si ?

Le concept est totalement incongru : on vous propose donc de voir plusieurs pièces de danse à la suite, sans vous révéler l’identité des chorégraphes. A-t-on déjà lu un livre, a-t-on jamais regardé un film ou une pièce de théâtre sans connaître le nom de l’auteur ou du réalisateur ? C’est impensable. En danse, c’est désormais possible. Ce qui prouve, une fois de plus, que cet art est bien différent des autres.

« Plaisirs inconnus » par le CCN Ballet de Lorraine © Arno Paul

« Plaisirs inconnus », donc. Nous devons l’idée à Petter Jacobsson, directeur du Centre Chorégraphique National de Nancy et son assistant, Thomas Caley. Sans oublier Emma Gladstone du Sadler’s Wells de Londres, complice et partie prenante. C’est à Londres qu’a eu lieu la première de ce programme, il y a quelque temps. Et depuis, personne n’a réussi à décrypter l’identité des auteurs de ces créations. Le succès de l’expérience est donc total. Tout le monde joue le jeu, tout le monde est partant pour changer de regard sur le spectacle chorégraphique. Ni plus, ni moins.

Blind test chorégraphique

La démarche est subversive, même si elle est née au cœur de l’institution. Une contradiction ? Peut-être…  Mais une contradiction délicieuse ! Dans la danse aussi, il y a un marché de l’art avec ses effets de mode, où tel chorégraphe est plus côté que tel autre. Et si on regardait la danse, et rien que la danse ? Si on se débarrassait des a priori, comme s’il s’agissait de faire un blind test chorégraphique ? Le public serait-il alors plus libre ? Après tout, c’est la danse et les danseurs qu’on aime et qu’on vient voir…

« Plaisirs inconnus » par le CCN Ballet de Lorraine © Arno Paul

La troupe du Ballet de Nancy a par ailleurs prouvé, dans des créations des chorégraphes invités les plus côtés dans la catégorie avant-garde, qu’elle sait se plier avec bravoure à toutes les exigences. Et elle le prouve encore, dans « Plaisirs inconnus ». Car justement, Petter Jacobsson participe lui aussi à ce jeu qui consiste à miser sur des noms qu’il valorise et qui le valorisent en retour. Et il en est assez conscient pour tenter de se remettre en question. Son rôle était de forger une soirée cohérente à partir des propositions chorégraphique pour permettre au spectateur d’entrer en contact avec les œuvres, sans se poser plus de questions.

Mesures anti-paparazzi

Est-ce que ça marche ? Oui, absolument ! « Plaisirs inconnus » apporte la preuve de ce que la danse est suffisamment attirante en elle-même. Le plaisir en sort renforcé, purifié. Etait-ce facile à mettre en place ? Non, trois fois non ! Les curieux et les paparazzi sont partout. Il a fallu répéter dans un lieu secret dans les Vosges, masquer les chorégraphes qui sont venus à la première à Londres, écrire « Chorégraphe 1 » etc. sur les portes des loges, s’assurer de la complicité du personnel entier. En plus, les artistes n’ont rédigé aucune note d’intention, pour éviter que l’écriture ou la pensée ne permettent aux professionnels de les identifier.

« Plaisirs inconnus » par le CCN Ballet de Lorraine © Arno Paul

Après, même Jacobsson ne peut éviter que le public intéressé tente d’identifier les auteurs. « A Londres, une personne a même avancé une personne qui a effectivement créé l’une des pièces. Mais il ne l’a pas attribuée à la bonne œuvre », s’amuse-t-il. Et l’erreur dans la réussite n’est peut-être pas arrivée par hasard. Car les chorégraphes aussi sont drôlement libres quand ils savent que le résultat de leur travail ne leur sera pas attribué. Certains vont donc essayer un style qu’ils ne peuvent pas pratiquer « en clair », car le marché attend d’eux de livrer un produit identifiable. D’autres peuvent brouiller les pistes en chorégraphiant « à la manière de… ».

La seule information que Jacobsson a concédée : parmi les chorégraphes qui ont accepté de jouer le jeu, il y a une majorité de femmes. Seraient-elles plus facilement d’accord pour renoncer à la gloire d’avoir été invitées par une compagnie aussi prestigieuse ? Accepteraient-elles plus volontiers de se remettre ainsi en question ? Les styles sont en effet variés. On peut rapprocher telle pièce à l’univers de Cunningham ou de Balanchine, telle autre aux facéties d’une Robyn Orlin et telle autre à des chorégraphes contemporaines radicales qui ont déjà été invitées par Jacobsson. Mais on n’en sait finalement rien, et le but est bien de ne pas se poser la question. Il n’y a qu’à se laisser porter par une soirée aussi variée, divertissante et unique en son genre.

Thomas Hahn

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
263 vues
Art
263 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...