0 Shares 1160 Views

« La vie de Galilée » au Français : les lumières de la science contre les préjugés

©Vincent PONTET

Sur les traces de la mise en scène d’Antoine Vitez qui avait créé la pièce à la Comédie Française, Eric Ruf, qui en est l’actuel administrateur, choisit de la monter avec Hervé Pierre dans le rôle du scientifique. Truculent et clairvoyant, le comédien y est épatant avec la troupe sous d’immenses toiles peintes de la Renaissance et dans des costumes signés Christian Lacroix.

Un projet politique

©Vincent PONTET

Trente années, c’est la durée pendant laquelle Bertolt Brecht s’est attelé à l’écriture de sa pièce qui traversa le nazisme, la guerre, la bombe atomique, de 1926 à 1956, date du décès de l’auteur, en pleine répétition de la troisième version de son oeuvre. La première version, qui date de 1938, est composée au Danemark, en exil, et traverse 27 années de la vie de Galilée, de Padoue à Venise, de Florence à Rome, en quinze tableaux vivants qui brossent l’enthousiasme du personnage qui lance à la face des princes et de l’Eglise une théorie totalement renversante : la Terre n’est plus le centre du monde, c’est « un corps céleste ordinaire, un parmi des milliers » qui tournent autour du Soleil ! Aristote et Ptolémée n’ont qu’à se rhabiller, car jusqu’à la Renaissance et les grandes découvertes, la Terre trônait immobile au centre de l’univers où gravitaient, autour d’elle, la Lune, le Soleil et les autres planètes jusqu’à la huitième sphère à laquelle étaient accrochées les étoiles. 

Plongée dans la Renaissance

©Vincent PONTET

Eric Ruf nous plonge dans cet univers, à Padoue d’abord, sous des toiles peintes immenses, saisissantes -Le Caravage, Raphaël, Fra Angelico, Rembrandt- avec des visages doux de la Vierge à l’enfant, de la Sainte Famille et des scènes pieuses. Dès lors, il nous raconte une histoire, celle d’un savant bon vivant à la science prémonitoire et à l’intelligence vivace, qui va finalement sauver sa peau en connaissant trop bien les instruments de torture que l’Inquisition catholique se préparait à lui faire subir, au cas où il ne renierait pas ses théories impies. Par un coup de sa ruse, ses écrits et ses calculs seront finalement sauvés et légués à son élève Andrea Sarti qui part les faire connaître à l’étranger. Hervé Pierre compose un Galilée pédagogue et malin, farceur aussi, aux côtés de Jean Chevalier, toute jeune recrue, qui campe avec une belle fraîcheur  le tout jeune Andrea, surveillé de près par sa mère jouée par Florence Viala. 

Une pièce de troupe

©Vincent PONTET

Mais c’est une vingtaine d’acteurs de toutes générations qui fait revivre le drame, dont Guillaume Gallienne qui dessine un pape très sobre, Thierry Hancisse qui campe le Cardinal Inquisiteur après le Pasteur rigoriste de « Fanny et Alexandre », Véronique Vella en Côme de Médicis, Jérémy Lopez, étonnant petit moine railleur et révolté, une voix du peuple cher à Brecht. Les tableaux vivants se transforment aussi en images majestueuses à la composition picturale, moirées de dégradés aux teintes chaudes, imitant les gravures du 16°siècle, tandis que la robe du Pape est une enveloppe précieuse de gaze dorée. Tout fait signe ici, et parfois trop d’ailleurs, alors que le texte de Brecht, d’une pédagogie éclairée, pourrait se contenter d’une esthétique plus simple. Il n’en reste pas moins que la pièce, puissante, révèle une série de tensions et de conflits qui ont eu vraiment lieu au sein de la société et de l’Eglise, et à l’intérieur même du personnage de Galilée représenté ici comme un être humain ordinaire, adepte des compromissions et des petits arrangements pécuniaires et moraux. Cette bonhomie faussement désinvolte, ce regard amusé et ironique sur l’humanité porté par Hervé Pierre, auraient décidément plu à Bertolt Brecht.

Hélène Kuttner 

Articles liés

L’actualité de l’art contemporain
Art
70 vues

L’actualité de l’art contemporain

L’automne est un rendez-vous incontournable pour l’art à Paris. Musées, fondations, galeries et associations profitent de l’effervescence suscitée par la FIAC et sa cohorte de collectionneurs ou amateurs d’art venus souvent de l’étranger pour l’occasion. C’est donc aussi le...

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre
Art
45 vues

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre

Le lancement de cette nouvelle édition du fonds régional pour les talents émergents (FoRTE) est attendue puisqu’il concerne une cinquantaine de jeunes artistes par an. Créé en 2017 et doté de 1 M€ par an, ce fonds est un véritable...

Komunuma, dédié à la création artistique
Art
61 vues

Komunuma, dédié à la création artistique

L’ensemble dédié aux arts, conçu par le promoteur Fiminco, dans le quartier de la ZAC de l’Horloge, à Romainville sera inauguré le 20 octobre. Il réunira de nombreux acteurs culturels, aussi bien publics que privés. Ce site, baptisé Komunuma (« communauté »...