0 Shares 510 Views

La Vie parisienne – Théâtre Antoine

24 février 2010
510 Vues
La Vie parisienne - Theatre Antoine

La Vie parisienne - Theatre Antoine::

 

Deux gandins effrontés attendent leur maîtresse à la gare. Mais celle-ci apparaît au bras d’un autre drôle… Déçus, les deux garçons décident de ne plus courir qu’après des femmes du monde. Se faisant passer pour un guide parisien, l’un des deux trompe sans vergogne un baron suédois et sa charmante femme en leur faisant croire qu’il les introduit auprès de la haute société parisienne – alors que ces colonels, comtes et vicomtesses sont en fait des bottiers, gantières et domestiques. Le baron souhaite rencontrer des femmes parisiennes, le jeune homme voudrait s’attirer les faveurs de la baronne. Alors que le couple suédois découvre les joies de la vie parisienne, les personnages évoluent en chantant et en dansant dans un tourbillon d’effervescence contagieuse. Et, bien entendu, tout finit bien…


L’astucieuse trouvaille d’Alain Sachs, c’est d’avoir mis la pièce en abîme. Sur scène se joue l’opéra-bouffe d’Offenbach, mais par une troupe d’amateur. Cela n’est jamais dit, mais le décor, les costumes et le jeu de mime des comédiens permettent de tout de suite faire comprendre au public qu’il assiste en fait à une répétition. D’où un décor de bric et de broc, des costumes défraîchis, des accessoires tous plus farfelus les uns que les autres. On fait avec les moyens du bord, et cela donne à la pièce un parfum de performance jouée par la troupe de théâtre d’un petit village, ce qui ne manque pas d’attirer le capital sympathie du public.


Sauf que le professionnalisme et le talent des comédiens empêchent toute impression d’amateurisme ou d’à peu près de s’installer. Chanter du Offenbach, c’est loin d’être évident. Cette troupe le fait avec un brio et un bonheur contagieux. Si la première partie met un peu de temps à se mettre en place, l’opéra-bouffe prend toute son envergure après l’entracte, et ne souffre plus un seul temps mort.


Une bien charmante production pour redécouvrir l’opéra-bouffe par Offenbach, créateur inégalé du genre. En sortant du Théâtre Antoine, le public a l’impression de quitter une bande d’amis, et n’a qu’une envie : que cette pétillante vie parisienne se prolonge au delà des murs du théâtre.


Audrey Chaix



La Vie parisienne
Un opéra-bouffe de Jacques Offenbach
Livret : Henry Meilhac et Ludovic Halévy
Adapté et mis en scène par Alain Sachs
Avec David Alexis, Adrien Biry, Emmanuelle Bougerol, Stéphane Corbin, Thomas Dalle, Noémie Delavennat, Hervé Devolder, Isabelle Fleur, Anna Lafont-Jouan Marie-Charlotte Leclaire, Marion Lépine, Clément Pouillot, Sarah Tullamore.


A partir du 13 janvier 2011
Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 17h et le dimanche à 15h30
Durée : 2h15 avec entracte
Tarifs : de 17 à 45€
Réservations au 01 42 08 77 71 ou sur le site du théâtre.


Théâtre Antoine
14 boulevard de Strasbourg
75010 Paris
Métro Strasbourg Saint Denis (lignes 4 et 9)


www.theatre-antoine.com

 

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
242 vues
Cinéma
242 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...