0 Shares 674 Views

L’habilleur – Théâtre Rive gauche

19 mars 2009
674 Vues
l-habilleur-23588
Laurent Terzieff est incroyable. Plus que ça, il est au delà de toute critique. Magistral, rayonnant de sagesse, un grand maître, comme il se fait appeler tout au long de sa pièce. Un grand maître comme on en trouve de moins en moins au théâtre.


Mais plus encore qu’une performance d’acteur, l’Habilleur de Hardwood nous transporte dans une époque maintes fois visitée mais définitivement charnière pour le spectacle vivant : la guerre de 39-45. Sous les bombes allemandes, une troupe de théâtre « shakespearienne » écume les provinces de Grande Bretagne à la recherche de spectateurs prêts à les écouter.


Ce petit monde est dirigé de loin par le chef de troupe mais le tout est véritablement orchestré par l’habilleur., interprété par l’excellent Claude Aufore qui raconte, consulte, rassure, motive, écoute et habille l’ensemble de la troupe, composée de comédiens et comédiennes talentueux. On retiendra notamment Nicole Vassel, Philippe Laudenbach et Jacques Marchand qui apportent folie, farce et douceur. Mais Claude Aufore s’occupe surtout du maître qui, voyant venir la fin de sa vie, ne se supporte plus dans ce corps fatigué. L’homme voudrait arrêter de jouer mais l’acteur ne le fera jamais.


Personnage attachant, drôle, charismatique et enfantin, l’habilleur est le seul personnage capable de rivaliser sur scène avec le rôle du chef de troupe, interprété par Laurent Terzieff. Leur relation est très semblable aux relations «maîtres et serviteurs» du théâtre classique à la seule différence près que Claude Aufore existe et prend toute sa dimension uniquement aux cotés du personnage de Laurent Terzieff. Il ne peut exister qu’en présence de l’autre. Jolie métaphore avec le théâtre qui ne peut exister sans spectacteurs.


Une pièce constamment parsemée de références culturelles assez savoureuses, on y rit vraiment de bon cœur, on sourit volontiers et on est, la plupart du temps, touché par l’humanité que dégagent les personnages. On peut regretter que la pièce dure 2h00. On en ressort un peu flagada. Mais L’habilleur est une pièce importante si on aime le Théâtre , le génie, et l’Homme


Mathieu Metral



Du 4 Mars au 13 Juin 2009


Théâtre Rive Gauche

6 rue de la Gaîté

75014 Paris

Métro :Edgar Quinet (ligne 6) ou Gaîté (ligne 13) ou Montparnasse Bienvenüe (ligne 4-6-12-13)

Tel : 01 43 35 32 31

 

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
49 vues
Spectacle
49 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...