0 Shares 1340 Views

L’Hallier démasqué

19 mars 2009
1340 Vues
jean_edern_hallier

 

 

Collectés par l’association des « Amis de Jean Edern Hallier » de nombreux objets personnels, photos, dessins et manuscrits lèvent un peu le voile sur l’histoire du polémiste. Nous le suivons ainsi, rescapé du manoir familial d’Edern dans le Finistère, s’engager dans l’aventure de la revue Tel Quel, et entamer son parcours d’écrivain aux côtés du couple Sartre/ Beauvoir. Inspiré par le climat révolutionnaire ambiant, il participe aux évènements de mai 68 et devient rédacteur au quotidien Action. Sorte d’Hugo moderne, il traverse les barricades au volant de sa Ferrari gris argent, sa « Marie Madeleine », et distribue tracts et cocktails Molotov. Bourgeois militant gauchiste, il s’accommode de l’oxymore et proclame un « populisme raffiné » dans son grand roman post révolution, La cause des Peuples. Une série de photographies personnelles témoigne de ces premières années parisiennes. Ainsi cette rencontre avec Mitterrand encore premier secrétaire du parti socialiste, dans le jardin de Sartre, ou ses premières discussions avec Philippe Sollers aux bras de Julia Kristeva.

 

Le chagrin socialiste

Dans la continuité du « Mai français », Jean Edern Hallier crée le quotidien L’Idiot International, « une insulte à l’imbécillité ambiante, c’est-à-dire aux idiots nationaux ». Des exemplaires originaux, datés de 69 à 72, révèlent toute la force subversive du journal dans lequel exerçaient encore Sartre et Beauvoir. Parallèlement, Hallier poursuit son sacerdoce littéraire, et signe avec Chagrin d’amour un roman épique invoquant le romantisme de Chateaubriand. Quelques manuscrits, épreuves ou cahiers laissent entrevoir le travail de l’écrivain, ses humeurs, bons mots ou mauvaises pensées, et Dumas de devenir « le géant qui abat des forêts d’allumettes ». Plus loin une série de photographies présente un Hallier transformé, revenu des mystifications soixante-huitardes et du mirage socialiste. Ennemi juré de Mitterrand, il provoque pour éviter l’oubli, capable d’organiser son enlèvement, de plastiquer la maison de Régis Debray ou de mettre le feu à la porte de Bernard Pivot. Un besoin de reconnaissance constant qui semble déterminer la dualité quasi schizophrénique du « fou Hallier ». Le documentaire réalisé par Frédéric Biamonti qui conclut l’exposition revient sur cette période trouble de l’histoire de l’écrivain, qui rêvait trop fort de politique, d’académie et de panthéon.

 

La résurrection d’un phénix

Avec l’extension du domaine de la morale, le règne mielleux de l’émotion et l’émergence des manipulateurs de symboles, Hallier vivant ne pouvait que revenir. Le dernier des Don Quichotte réveille l’Idiot International en 1984, entouré de Topor, Sollers, Matzneff ou Nabe. Mais depuis quelques temps, il aspire à autre chose, reclus dans son atelier de l’Hôtel Normandy, il peint une cinquantaine d’œuvres, réunies pour la première fois à l’occasion de cette exposition. Sur papier artisanal, Hallier dévoile ses inspirations surréalistes, ses marins brindezingues aux comptoirs enivrés, ses « négresses assises sur un banc de sardines », ou ses clowns joueurs de mandoline. Plus loin, ses dernières œuvres réalisées en 1996 exhalent une énergie morte et une mélancolie grave. L’autoportrait, presque testamentaire, à l’encre noir sur chiffon, dévoile un Hallier fatigué, lèvre plongeante et regard résigné : un Hallier démasqué.

Romain Blondeau


Du 5 au 25 mars 2009

Lundi – Vendredi : 8h30 à 17h
Jeudi : 8h30 à 19h30


Mairie du 6ème arrondissement

78 rue Bonaparte

75006 PARIS
Métro Saint Sulpice

Articles liés

Une vie cachée, le dernier film de Terrence Malick au cinéma le 11 décembre
Agenda
24 vues

Une vie cachée, le dernier film de Terrence Malick au cinéma le 11 décembre

Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme,...

Perdre le nord au Théâtre du Rond-Point
Agenda
31 vues

Perdre le nord au Théâtre du Rond-Point

Les mots d’aujourd’hui sont à venir. Comédienne et autrice, Marie Payen a rencontré des déclassés, des exilés, sur le trottoir, dans des camps de fortune. Elle a intégré leurs mots, leurs voix. Elle n’a pas écrit, elle vient faire...

Dream, le chorégraphe Julien Lestel dévoile sa nouvelle création à Pleyel
Agenda
46 vues

Dream, le chorégraphe Julien Lestel dévoile sa nouvelle création à Pleyel

Dans la lignée des Jiří Kylián, Ohad Naharin ou encore Crystal Pite, le chorégraphe Julien Lestel impose un style singulier avec ses créations résolument modernes, uniques, esthétiques et puissantes. Julien Lestel nous offre sa nouvelle chorégraphie sur le thème...