0 Shares 1449 Views

Théâtre des Artisans – Le journal d’une femme de chambre

28 janvier 2010
1449 Vues
theatre_artisan_journal_dune_femme_de_chambre

theatre_artisan_journal_dune_femme_de_chambre::

 

Célestine, jeune employée de maison ballottée de place en place, au gré des caprices de ses maîtres, nous dresse un portrait au vitriol de la société bourgeoise de son temps, stigmatisant son hypocrisie et son immoralité.


La mise en scène très dépouillée de William Malatrat, centrée sur quelques objets symboliques, une valise, un journal intime, une paire de bottines, nous oblige avec délice à nous focaliser sur le texte. Et quel texte ! L’écriture incisive d’Octave Mirbeau nous plonge dans les méandres nauséabonds de la morale bourgeoise fin de siècle.


Tour à tour émouvante, odieuse, désespérée, perverse, l’héroïne se découvre à mesure qu’elle dépeint ses maîtres. Et, si l’actrice joue plus qu’elle n’incarne Célestine, sa performance – plus d’une heure sur scène – est à saluer assurément. L’espace scénique est parfaitement utilisé. Certaines impudeurs de jeu, jamais gratuites, instruisent avec justesse les violences sexuelles et les humiliations subies.


Ce sont de véritables portraits à charge que nous brosse la jeune femme. Entre l’avarice de Madame, la luxure de Monsieur, le fétichisme d’un autre et les vilénies des domestiques, nous voilà plongés au cœur d’une sévère critique des mœurs : véritable tragédie sociale dans laquelle la domesticité est l’avatar moderne de la mise en esclavage des hommes.


Comble de cette tragédie, la mise en scène de William Malatrat reste fidèle à la noirceur finale du roman de Mirbeau dont le metteur en scène, Luis Buñuel, avait choisi de s’écarter dans son film. Célestine, malgré la causticité de son regard, sa perversité, la révolte qui l’anime un temps, fera le choix elle aussi de la plus laide des duplicités, celle de couvrir un assassin et de le suivre dans ses aventures.


Triste constat en vérité pour cette société qui tue l’innocence – la petite Claire, violée et assassinée sauvagement et qui annihile tout désir de rébellion. Y aurait-il « quelque chose de pourri au royaume » de France, semble questionner Mirbeau à l’instar de Shakespeare ?


Karine Marquet



Le journal d’une femme de chambre

Mise en scène: William Malatrat

Interprétation en alternance: Karine Ventalon – Virginie Mopin

Du 7 janvier au 21 février 2010
Du jeudi au samedi à 21h00, le dimanche à 15h00
Réservations : 01 42 49 83 96


Théâtre des Artisans

14 rue de Thionville

75019 Paris

Métro Ourcq (ligne 5)


www.theatre-des-artisans.com


Articles liés

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
104 vues

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux

Au crépuscule de ses jours, Lili Boulanger compose D’un soir triste. Affaiblie, percluse de douleurs, c’est la dernière œuvre qu’elle eut la force de noter de sa main peu avant que la maladie ne l’emporte à l’âge de 24 ans....

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
95 vues

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux

On l’appelait « Mademoiselle ». L’orchestre Lamoureux célèbre Nadia Boulanger, musicienne complète, interprète, compositrice, cheffe d’orchestre (elle fût souvent à la tête de l’Orchestre Lamoureux) et pédagogue au rayonnement mondial, à travers sa musique, bien sûr, et celle de...

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !
Agenda
106 vues

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !

Du 1er décembre 2022 au 14 mai 2023, le Musée de La Poste propose au public de traverser un siècle d’histoire à hauteur d’enfant, quand La Poste s’invitait à l’école ou à la maison par le biais de planches...