0 Shares 550 Views

“Le Maître et Marguerite”, un merveilleux chaos à la Tempête

© Pascal Gely

Feu d’artifice littéraire, Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov est adapté et mis en scène par Igor Mendjisky qui en restitue le foisonnement et la sublime folie avec une troupe enflammée.  

Pour ce prodigieux tourbillon, la compagnie Les Sans Cou s’investit avec un sens du burlesque et de l’onirisme qui emporte le public. Celui-ci est d’ailleurs quelquefois sollicité et les quelques allers et retours entre la salle et le plateau rajoutent un cocasse brouillage des pistes entre réalité et fiction. Sur la scène présentée comme un ring cadré de néons et délimité par des gradins tri-frontaux, les comédiens endossent avec une énergie sans faille des rôles démesurés allant du diable à Ponce Pilate, d’un gros chat qui parle à la frêle Marguerite, l’amante pure et passionnée, en passant par des artistes enfermés dans des asiles et des médecins qui ont subrepticement quelque chose à voir avec la dictature soviétique.

Le Maître et Marguerite © Pascal Gely

La fresque théâtrale particulièrement bien rythmée parvient à reproduire l’univers de Boulgakov qui écrivit son roman de 1928 à 1940 tout en sachant que la censure de son pays entraverait la publication. Pour vaincre les interdits et passer outre les barrières du régime, le romancier s’est frayé un chemin grâce à une imagination décuplée et un sens de la fusion entre fantasmes et réel portée à un sommet. Théâtraliser une œuvre aussi enfiévrée requiert une adresse particulière dont le metteur en scène fait preuve à travers une palette de couleurs enivrante. Avec peu d’accessoires mais un écran en fond de scène judicieusement utilisé, des musiques classiques et contemporaines, et surtout des mouvements et des jeux de comédiens au tempo inventif et captivant, la gageure est relevée avec brio.

Que ce soient Jésus et Ponce Pilate qui manient la langue araméenne ou des amoureux qui  déclinent leurs désirs en russe, les registres se croisent avec brio. Un directeur de théâtre en panique, des hommes à la plage auxquels le diable rend visite, une infirmière sournoise, une sorcière irrésistible, un magicien justicier, les personnages que l’on rencontre sont nombreux et tous se croisent dans des récits qui s’emboîtent, des époques qui se juxtaposent et un dérèglement du temps qui embarque le spectateur entre monde démoniaque et tentative idyllique. L’amour, le bien et le mal, la réalité de l’existence ou du néant, et surtout l’incroyable défi posé par l’art sont tour à tour explorés et brassés par des comédiens formidablement à la hauteur de cet univers carnavalesque, tragique, sublime et apocalyptique.

Émilie Darlier-Bournat       

 

 

Articles liés

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ
Agenda
16 vues
Agenda
16 vues

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ

La Galerie LJ est heureuse de retrouver pour la 2e année consécutive Matt Wagner (Hellion Gallery, Portland) comme commissaire de son exposition estivale. Après l’été 2017 consacré au Mexique, Matt Wagner propose pour cet été 2018 un focus sur la scène contemporaine japonaise. Les 8 artistes exposés reflètent la vitalité et la diversité des médiums, […]

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
554 vues
Art
554 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
283 vues
Spectacle
283 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]