0 Shares 761 Views

Les démons à Odéon-Berthier, un brûlant condensé

Adaptant le roman de Dostoïevski, Sylvain Creuzevault et sa troupe présentent un long spectacle foisonnant et hautement électrique.

Aux comédiens qui travaillent régulièrement avec Sylvain Creuzevault se sont adjoints Valérie Dréville et Nicolas Bouchaud, qui adoptent avec fièvre la touche de ce metteur en scène, dont résonnent encore notamment les formidables Le singe et son capital ou Angélus Novus AntiFaust. Le spectacle est élaboré au fil des propositions des acteurs eux-mêmes ; l’éventuel surplus, de même que le désordre des premières approches, est gardé et participe au caractère ébouriffé. Tous les acteurs déploient une démesure colorée et affolée qui donne aux Démons une puissance de feu et d’apocalypse. L’effet de chaos permanent occupe le plateau, reprenant en cela la fébrilité de Dostoïevski accolée à une polyphonie complexe ainsi qu’à la vitesse, la déraison, l’excentricité, la brutalité et l’ivresse qui monte des entrailles. N’hésitant pas à puiser du côté de Vincent Macaigne avec Idiot nous aurions dû nous aimer, et cela est respectable-, Sylvain Creuzevault affirme une voie scénographique qui prend la mesure de notre époque et restitue les conflits d’hier dans une actualité à vif. Le spectacle use donc largement du bruit à haute dose, du lâcher de fumigène qui absorbe les premiers rangs, des cris et des invectives qui se chevauchent, du faux sang, des tags inscrits en direct et des corps qui se dénudent dans un tempo à l’image de la mise à nu des personnages quasi-possédés.

© DR Compagnie

L’atmosphère correspond bel et bien à la bataille des idées qui a lieu et le socle de la véhémence tient aux insolubles grandes questions politiques et métaphysiques : nihilisme, socialisme, égalité, despotisme, aliénation, foi…. On retrouve avec netteté les personnages du roman, la première partie étant axée sur la notion de Dieu et de l’athéisme, la seconde se concentrant plus sur le versant du nihilisme. Mais la longueur de la pièce peut aussi laisser apparaître des inégalités et l’on peut aspirer quelquefois à des aires de repos. Cela notamment pour les spectateurs du fond de la salle qui peinent à démêler les empoignades tant domine le brouhaha. La troupe choisit d’invectiver le public comme si celui-ci faisait partie des réunions qui ont lieu sur scène sans pour autant l’autoriser à participer, et ce choix ambigu entrave l’agitation scandaleuse censée être reproduite. Quand Dostoïevski aborda la composition des Démons, il pensait écrire un livre de combat court et rapide, quasi-pamphlétaire. Mais, emporté par son inspiration, il travailla finalement plusieurs années sur ce qui devint ce roman de plus de cinq cents pages. Le bouillonnement du spectacle de Sylvain Creuzevault comporte une captivante frénésie avec des comédiens époustouflants de fougue, mais peut-être cela revient-il plus à l’intention première de l’auteur de clamer des idées plutôt que de construire un vaste paysage exalté, bouleversant et terrifiant.

Emilie Darlier-Bournat

Articles liés

Bio, ou la vie improvisée d’un héros anonyme à la Comédie de Paris
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

Bio, ou la vie improvisée d’un héros anonyme à la Comédie de Paris

La compagnie d’improvisation Eux vous présente Bio. A la découverte d’un héros anonyme… A partir de votre suggestion, les comédiens de la compagnie Eux vous proposent la biographie d’un héros encore inconnu à ce jour. Une histoire d’une heure...

La Commission des Destins – Une comédie fantastique à la Comédie des Boulevards
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

La Commission des Destins – Une comédie fantastique à la Comédie des Boulevards

Faut-il connaître son destin ? Existe t-il ? Et si vous aviez le choix ?… Les Destins MAT270195 et MAC120394 sont deux jeunes designers de destin en charge, respectivement, des vies de Marc et Martin. Tout deux sont en...

Café Polisson, du Second Empire à la Belle époque au Théâtre de l’Epée de Bois!
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Café Polisson, du Second Empire à la Belle époque au Théâtre de l’Epée de Bois!

Café Polisson réunit des chansons du Second Empire et de la Belle époque. Qu’elles soient cruelles ou drôles, le cabaret Parisien leur offre un écrin pour raconter les vicissitudes de l’existence. Dans la capitale du plaisir on se presse...