0 Shares 2207 Views

L’Éveil du printemps : dans le vertige brûlant de l’adolescence

© Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française

À la Comédie-Française, Clément Hervieu-Léger monte le chef-d’œuvre de Wedekind dans son intégralité et dans la traduction de François Regnault avec 23 comédiens pour 40 personnages. C’est une première, tout comme la scénographie de Richard Peduzzi, fidèle complice de Patrice Chéreau. Un spectacle d’une bouleversante beauté, d’un romantisme absolu.

Conte cruel

C’est l’histoire de Moritz et de son ami Melchior, de la libre Wendla et de ses copines Martha et Théa, d’Hans, Ernst, Otto et les autres, collégiens de 14 ans dans la Prusse de la fin du XIXe siècle, broyés par un système scolaire qui les transforme en singes savants, maintenus dans l’ignorance pieuse qui érige la pudeur en morale sociale, mais saisis par une extraordinaire énergie vitale, une fureur de vivre démoniaque et une curiosité toute naturelle. Plus tard, Sigmund Freud fera de ces non-dits la base de sa théorie nouvelle.

Acteurs

© Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française

Dès lors, puisqu’il s’agit dans cette pièce qui fit scandale en 1891 de très jeunes gens qui vont se livrer, malgré eux parfois, en toute innocence, à des actes que réprouve la morale de l’époque, Clément Hervieu-Léger a particulièrement soigné une distribution qui offre aux nombreux comédiens de la troupe – quel luxe ! – une créativité éblouissante. Christophe Montenez donne à Moritz une sensibilité exacerbée, en faisant de ce “loser” une créature angélique, riche de sentiments brûlants et contradictoires. Sébastien Pouderoux est un Melchior saisissant d’intelligence et Georgia Scalliet explose dans le rôle de Wendla, fantasque et si grave. Habillés de costumes 50-60, ces ados-là deviennent les cousins des Beatles.

Choc de générations

Entre les hauts murs de cette citadelle bleutée, Legos géants qui se meuvent comme les ombres fantastiques d’une forêt, ou remparts dangereux qui séparent deux mondes, celui des enfants et celui des adultes, garçons et filles se côtoient, se jaugent et s’épient, partageant leurs secrets comme les miettes d’un repas de fête. Corps excités par le désir, yeux rageurs, la mise en scène insuffle aux corps une vivacité contagieuse et permanente qui se heurte, justement, à la verticalité imposante du décor.

Adultes dépassés

© Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française

Dans le clan des parents, totalement dépassés par la curiosité rageuse de leurs enfants, Cécile Brune et Clotilde de Bayser sont formidables, tout comme Éric Génovèse dans le rôle de Gabor et de l’Homme masqué. Mais il suffit d’une esquisse, d’un pastel pour que le conflit éclate entre parents et enfants, ou que le drame survienne. Alors que le texte aborde clairement la problématique de la masturbation, de l’homosexualité ou de l’avortement, le metteur en scène n’alourdit jamais les effets. Il laisse avec beaucoup de subtilité les comédiens exprimer leurs propres affects et replonger, non sans souffrance, dans le vertige de leur adolescence. La lumière de Bertrand Couderc, les costumes de Caroline de Vivaise parachèvent l’esthétique brumeuse et romantique de l’ensemble et servent à merveille un texte d’une puissance terrible et prémonitoire. 

Hélène Kuttner                                                                                

Articles liés

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière

A soixante ans Bernard Hubert s’est enfin fixé et vit le parfait amour avec Juliette qui a plus de vingt ans de moins que lui. Bernard Hubert et Juliette sa jeune compagne voient débarquer, Thomas, un séduisant trentenaire qui...

Sébastien Giray – Un bonheur acide !
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Sébastien Giray – Un bonheur acide !

Dans ce nouveau spectacle d’humour musical, Sébastien Giray s’acharne à « trouver le bonheur » ! Malgré les coups portés par le quotidien, il élabore une stratégie toute personnelle… Textes percutants et incisifs, chansons drôlissimes, il propose un one-musical subversif...

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris accueille, du 14 septembre au 2 décembre, l’exposition « Quelque part dans le désert » du photographe israélien Ron Amir présentée au Musée d’Israël à Jérusalem en 2016. Composée de...