0 Shares 1054 Views

Nous pour un moment ou la vie liquide à l’Odéon

Hélène Kuttner 17 novembre 2019
1054 Vues

©ElizbethCarecchio

Immergés dans une somptueuse scénographie envahie d’eau, les personnages du Norvégien Arne Lygre passent leur temps à rechercher la compagnie des autres en ayant peur de l’extérieur. Un spectacle glacé comme les icebergs de Norvège et à l’élégance fébrile, signé Stéphane Braunschweig.

Silhouettes sur un lac

Les personnages d’Arne Lygre n’ont pas de nom. Ami, ennemi, relation, personne sont leurs seuls attributs pour cet auteur qui travaille selon des images mentales et les relations qu’entretiennent les individus avec les autres. Dans la belle scénographie de Stéphane Braunschweig, Virginie Colemyn et Chloé Réjon traversent l’étendue d’eau noire du plateau pour venir s’assoir prudemment sur une chaise en fer blanc. Les mots « personne » et « amie » s’impriment sur le bleu piscine de la paroi murale qui sert de décor, le spectateur est donc informé de leur relation, tandis que s’ébauche une conversation impressionniste entre les deux femmes. Un mari qui s’en est allé, l’amie qui devient sa nouvelle maîtresse, les sentiments contradictoires de compassion, de haine, de tristesse ou de regret émaillent les échanges, quand survient une autre personne.

Sur l’échiquier de la vie

©ElizbethCarecchio

Le comédien Jean-Pierre Vidal vient prendre place sur une chaise identique, et les comédiennes basculent soudainement dans un autre personnage. Anne Cantineau, Pierric Plathier, Glenn Marausse ou Cécile Coustillac seront aussi les partenaires de ces échanges mouvants sur l’eau, qui s’efforcent d’affirmer leur amour, leur amitié, leur vérité tout en paraissant se dérober à l’image que l’autre a de lui-même. Comme pour mieux brouiller les pistes, l’auteur mélange parfois le discours direct à l’indirect, et la distanciation à la Duras provoque une suspension de la perception du spectateur. Qui parle ? Pourquoi une telle insistance ? Est ce par les mots seuls qu’on existe vraiment ? Ou les mots ne sont-ils qu’une parure, une carapace pour mieux se cacher ?

Accidents de route

©ElizbethCarecchio

Ce qu’on comprend finalement, derrière le blanc clinique des chaises et le noir abyssal de l’eau qui envahit la scène, est que tous ces êtres ont traversé des traumatismes, ruptures, viols, accidents de vie, maltraitance, et que derrière leurs phrases, leur mystère, leur franchise provocantes, leur détour, se cache une souffrance qui les fait dériver vers un ailleurs un peu schizophrène, un refuge entre le réel et le rêve. A ce jeu entre retenue et impulsion, tous les comédiens sont remarquables. Entre froideur et magnétisme, un voyage surprenant qui ne peut laisser indifférent.

Hélène Kuttner

Articles liés

UMA présente la plus grande exposition virtuelle jamais réalisée
Art
39 vues

UMA présente la plus grande exposition virtuelle jamais réalisée

UMA (Universal Museum of Art) continue de nous impressionner depuis son lancement en 2017, avec une toute nouvelle exposition intitulée De la Renaissance au XXe siècle, les chefs-d’œuvre de la peinture dans les musées français en partenariat avec le CLIC (Club...

Mdee Blend : “Il y a des moments où l’inspiration est telle que tu es en transe”
Art
91 vues

Mdee Blend : “Il y a des moments où l’inspiration est telle que tu es en transe”

Véritable scénographe, Mdee Blend nous transporte dans ses performances artistiques, où se mêlent les énergies et la fusion de ses différents univers que sont la musique, la danse et la peinture.  Peux-tu te présenter ? Je m’appelle Mehdi et mon...

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”
Art
63 vues

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”

Irina Shark est une sculptrice autodidacte. C’est dans son atelier en Normandie que l’artiste franco-russe expérimente le plâtre. Elle propose des créations captant les émotions de ces modèles et en révèle ainsi la beauté intérieure. Durant cette année 2020, Irina Shark...