0 Shares 1054 Views

Dans les forêts de Sibérie : un voyage spectral

Hélène Kuttner 18 novembre 2019
1054 Vues

© PhotoLot

Le comédien William Mesguich propose au Théâtre de la Huchette le récit du voyage qu’a effectué Sylvain Tesson en Sibérie dans une adaptation très réussie de Charlotte Escamez. Un spectacle de grand froid qui prend la forme d’une expérience fascinante magnifiquement écrite et incarnée.

Six mois dans une cabane au bord du lac Baïkal

Ce qu’il y a de merveilleux au théâtre, c’est que toutes les expériences sont possibles. William Mesguich est né la même année, 1972, que l’écrivain voyageur dont il se fait l’incarnation dans la cabane en bois qui lui sert de décor sur la petite scène du Théâtre de la Huchette. Carrure athlétique, regard bleu acier et chevelure de chevalier nordique, il nous embarque dans un voyage incroyable, celui que réalisa Sylvain Tesson en 2010 lorsqu’un camion le lâcha en pleine forêt sibérienne, dans une cabane chauffée au bois, avec quelques réserves de vivres et de la vodka pour survivre durant 6 mois, jusqu’au dégel de l’été. La solitude, le froid sibérien, le vertige de la lecture entre l’alcool à 40 degrés et le plat quotidien de poisson, le silence de la neige ou le bombardement tellurique de la tempête qui fait trembler les planches de bois de la pauvre habitation, de tout cela il sera question dans ce superbe récit, plein d’humanité, qui fut couronné par le Prix Médicis.

Vivre en ermite

© PhotoLot

William Mesguich se fait le conteur acteur de cette épopée, nous en faisant ressentir chaque émotion, chaque expérience, chaque danger et victoire. On le suit dans toutes les étapes de cet ermitage, loin des villes occidentales et du brouhaha des voitures, juste préoccupé à pêcher pour se nourrir, ramasser du bois pour faire du feu, conserver l’énergie physique et morale de marcher dans la neige comme un cosmonaute et savourer la percée du soleil sur le lac argenté qui ruisselle. Gorgé d’humour et d’aphorismes philosophiques, parsemé de références à la littérature, le texte est aussi terriblement actuel par son refus d’obéir au conformisme du désir omniprésent et des besoins fabriqués par la société de consommation. Jamais didactique, mais toujours sobre et poétique, cocasse et surprenant, poétique et virulent, douloureux et sombre parfois, le récit de l’écrivain trouve en son interprète une seconde vie magnifiée : l’écriture incarnée dans un présent vivace, offerte en partage aux spectateurs comme une expérience de vie et de sérénité. Superbe et nécessaire.

Hélène Kuttner

Articles liés

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”
Art
47 vues

Irina Shark : “Je m’inspire de tout ce qui me précède”

Irina Shark est une sculptrice autodidacte. C’est dans son atelier en Normandie que l’artiste franco-russe expérimente le plâtre. Elle propose des créations captant les émotions de ces modèles et en révèle ainsi la beauté intérieure. Durant cette année 2020, Irina Shark...

Charlotte Barrault : “La lumière sublime les couleurs”
Art
67 vues

Charlotte Barrault : “La lumière sublime les couleurs”

Charlotte Barrault est une artiste et médecin. Elle réalise des peintures figuratives dévoilant des scènes intérieures aux lumières intrusives et aux couleurs contrastées. Créant aussi des portraits, des natures mortes ou encore des paysages, Charlotte peint à partir d’une...

Audrey Noël : “Peindre c’est de l’ordre de l’obsession, c’est devenu une nécessité”
Art
62 vues

Audrey Noël : “Peindre c’est de l’ordre de l’obsession, c’est devenu une nécessité”

Rencontre avec Audrey Noël, une artiste éclectique et autodidacte qui nous présente ici son univers minimaliste et géométrique.  Pouvez-vous définir votre travail en quelques mots ? Ma peinture est abstraite. Mes toiles peuvent être qualifiées de minimalistes. En contraste,...